Changer d'édition

Toutes les rames TER sécurisées... en juin 2020
Luxembourg 3 5 min. 22.11.2019 Cet article est archivé

Toutes les rames TER sécurisées... en juin 2020

Les rames équipées du système de sécurité obligatoire disposent toutes du petit triangle jaune.

Toutes les rames TER sécurisées... en juin 2020

Les rames équipées du système de sécurité obligatoire disposent toutes du petit triangle jaune.
Photo : Lex Kleren
Luxembourg 3 5 min. 22.11.2019 Cet article est archivé

Toutes les rames TER sécurisées... en juin 2020

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
13 rames sur 25 n'étant toujours pas équipées de l'indispensable système ERTMS, une grande partie des passagers des trains express transfrontaliers devront changer de wagons sur le quai de gare à Thionville. Une bascule qui devrait durer jusqu'aux vacances de Pâques.

La nouvelle campagne de communication de la SNCF prévient d'emblée ses passagers habitués aux trains reliant la Lorraine à Luxembourg: «Il va peut-être falloir jongler (un peu)». Et à compter du 15 décembre, les usagers du TER lorrain et des liaisons CFL vont vite en avoir la démonstration: à certains horaires, il faudra quitter en direction du Grand-Duché sa rame pour reprendre un convoi bel et bien équipé du système de sécurité ERTMS. Le fameux jonglage...

La SNCF l'a confirmé ce vendredi : «Seules 12 rames sur les 25 actuelles seront bien en mesure de circuler sur les deux réseaux nationaux. La majeure partie des 13 rames mises en conformité n'arriveront sur le réseau qu'à compter du 6 avril.» Voilà donc quatre mois bien particuliers qui s'annoncent. 


29.5. IPO / Min Dev Durable / PK Francois Bausch ,  Modu 2.0 Foto:Guy Jallay
Bausch s'exprime enfin sur le blocage des TER français
Le ministre de la Mobilité s'est exprimé ce mercredi matin sur les reproches faits au Luxembourg suite à son refus de voir des trains frontaliers non équipés du système de sécurité européen circuler sur le territoire national en 2020.

Même si Jacques Weill, directeur adjoint SNCF TER Grand Est, assure que tout a été fait pour que cette bascule soit «indolore», cela va être sportif. D'autant que la saison hivernale est réputée pour constituer un pic dans l'usage de ces lignes ferroviaires dont la fréquence d'usage a doublé en dix ans. 

Mais, à la vérité, il y a quelques semaines, une situation plus catastrophique encore était à redouter. Et le patron de la région Grand Est, autorité organisatrice du transports TER côté lorrain, n'avait pas manqué de rappeler la SNCF à ses devoirs.

Sur les 95 TER circulant quotidiennement entre Metz et Luxembourg, 25 nécessiteront donc un changement de train pour les usagers en gare de Thionville (à l'aller comme au retour). «Nos voyageurs auront deux-trois minutes pour passer d'une rame à l'autre. Sachant que nous avons étudié un dispositif pour que cette opération se fasse le plus souvent sur des trains à l'arrêt sur le même quai et en vis-à-vis», assure le représentant de l'opérateur français. L'idée étant, au maximum, d'éviter aux personnes en transit de venir s'engouffrer dans le tunnel de la gare. 

L'idée majeure dans la réflexion de la SNCF a été de maintenir la capacité de transports au même niveau qu'aujourd'hui, en respectant les mêmes fréquences de navettes et sans bousculer les horaires et les habitudes. «Nous adapterons d'ailleurs au mieux les départs depuis la gare de Thionville pour éviter qu'en cas de retard d'une liaison, le matin ou le soir aux heures de pointe, les passagers ne se retrouvent avec un quai vide face à eux, en descendant.» Une tolérance de quelques minutes qui devra faire ses preuves.

Pour les quatre rames CFL injectées sur le réseau pour assurer une part de ce trafic transfrontalier, aucun problème attendu. Les rames sont déjà toutes équipées de ce fameux système ERTMS que le Luxembourg impose à compter du 1er janvier à tous les trains passagers circulant sur son réseau. «Nous avons investi 40 millions pour cette mise en conformité de toutes nos machines», rappelle Marc Hoffmann, directeur de l'activité voyageurs CFL. 

Après le drame de Bettembourg

«Il va de soi que cet effort a porté sur les rames qui vont en France, sachant que l'activité transfrontalière représente 20% de nos voyageurs», précise Marc Hoffmann. Et le représentant luxembourgeois de saluer l'effort entrepris par son homologue pour respecter la norme imposée par le Grand-Duché, et sans possibilité de dérogation

Il est vrai que le drame de la collision de trains à Bettembourg en 2017 était passé par là. «Ce n'est qu'une période assez courte d'inconfort à passer. Mais la sécurité de tous les passagers se trouvera sensiblement améliorée.»

Côté français, il aura fallu trouver un budget de près de 28 millions d'euros pour financer la mise à niveau de l'ensemble des 25 rames TER. Une somme cofinancée par la région Grand Est (23 millions) et la Commission européenne (5). Et si les TER sont à la traîne dans l'installation du système ERTMS, leurs homologues et belges ont su s'adapter en nombre et dans les délais. Mais dans ces deux cas, le nombre de rames à équiper et la longueur de voies où installer les capteurs indispensables étaient moindres. 

«Il faut tout de même imaginer que pour équiper une rame qui transporte 660 passagers, il y a plus d'un kilomètre de câblage à installer, une nouvelle informatique à positionner à bord, des tests à effectuer avant la mise en circulation», souffle Jacques Weill. Un directeur adjoint qui sera bien content de voir juin 2020 arriver avec, normalement, l'ensemble des rames en service. «Nous aurons alors non seulement de quoi assurer les liaisons Metz-Luxembourg sans changement de rame à Thionville, mais même des rames de réserve prêtes à rouler en cas de panne. Elles pourront être mises en œuvre dans les dix minutes.»


À eux de vous faire préférer le train
Pour répondre à la croissance constante des frontaliers français travaillant au Luxembourg, comme de ses usagers, la SNCF entend doubler ses capacités d’ici 2026. Analyse des détails de sa stratégie.

Et puisque l'heure est aux (presque) bonnes nouvelles, Marc Hoffmann rappelle que côté gare de Luxembourg un quai supplémentaire va entrer en service dès début décembre. De quoi là encore aider à fluidifier le trafic. 



Sur le même sujet

Plus de policiers dans les trains CFL
Il faudra encore attendre avant la mise en place d'une unité de police ferroviaire au Luxembourg. Pour assurer la sécurité des passagers du rail, le ministère de la Mobilité s'appuie pour l'heure sur la police «classique». Mais l'idée d'une brigade spécialisée à l'ensemble des moyens de transports n'est pas abandonnée.
L'an dernier, 28 cas de violences physiques ont été signalés au CFL pour 23 millions de passagers.
«Pas de retard» dans la livraison des TER sécurisés
La SNCF livrera-t-elle, avant le 31 décembre, douze rames équipées du système ERTMS indispensable pour rouler sur les voies luxembourgeoises. Pas sûr, avance un syndicaliste. Certainement, avancent les chemins de fer français et la région Grand Est.
la voix du luxembourg