Changer d'édition

Tout est prêt pour l'arrivée du vaccin
Luxembourg 6 min. 26.12.2020

Tout est prêt pour l'arrivée du vaccin

Luc Feller, ici au centre de vaccination du Limpertsberg, a veillé à la bonne organisation de la campagne vaccinale.

Tout est prêt pour l'arrivée du vaccin

Luc Feller, ici au centre de vaccination du Limpertsberg, a veillé à la bonne organisation de la campagne vaccinale.
Photo : Chris Karaba
Luxembourg 6 min. 26.12.2020

Tout est prêt pour l'arrivée du vaccin

Alors que les premiers flacons du sérum anti-covid arrivent ce samedi 26 décembre, voilà des mois que le Luxembourg élabore sa campagne de vaccination. Explications avec Luc Feller, haut-commissaire à la Protection nationale.

(pj avec Annette WELSCH) - Onze ans maintenant que le Luxembourg n'avait pas organisé de campagne massive de vaccination. A l'époque, il était question d'endiguer la grippe H1N1. 2020 se finira sur un autre virus, le covid 19, mais avec ce même défi à relever : immuniser au mieux et au plus vite une majeure partie de la population. Une vaccination gratuite et basée sur le volontariat sur laquelle Luc Feller et la cellule de crise du ministère de la Santé travaillent... depuis l'été dernier.


A healthcare worker prepares a dose of COVID-19 vaccine at Clalit Health Services in the Israeli coastal city of Tel Aviv, on December 23, 2020. - Israel has ordered 14 million coronavirus vaccine doses -- covering seven million people, as two doses are required per person -- from US pharmaceutical giant Pfizer and US biotech firm Moderna. (Photo by JACK GUEZ / AFP)
9.700 vaccins anti-covid reçus dès samedi
La première livraison de flacons Pfizer/BioNTech devrait avoir lieu deux jours avant le début de la campagne de vaccination au Grand-Duché.

La campagne de vaccination doit commencer lundi 28 décembre. Qu'est-ce que cela signifie ?

Luc Feller : «Qu'il a fallu la préparer depuis des mois. Car cette campagne n'a rien de commun avec ce que le pays a pu organiser depuis des décennies. La vaccination anti-covid se déroulera probablement en trois phases. La première phase commencera lundi, mais plus encore lorsque nous saurons quelle quantité de vaccins nous obtiendrons au fil des semaines.

Le vaccin de Biontech/Pfizer a été approuvé par l'Agence européenne des médicaments en début de semaine seulement, et ni la Commission européenne ni Pfizer n'ont confirmé le volume de vaccins qui sera alloué et selon quel timing. Ces données changent encore toutes les heures. En fonction de cela, nous ouvrirons progressivement les cinq centres de vaccination prévus. Mais d'abord le Hall Victor-Hugo à Luxembourg (lundi 28 décembre) puis dans le hall de Luxembourg Air Rescue au Findel, à Ettelbruck, à Belval et dans l'Est.

Ce 26 décembre, chaque Etat européen a reçu exactement la même quantité de vaccins. La suite des livraisons se fera en fonction de leur population respective.
Ce 26 décembre, chaque Etat européen a reçu exactement la même quantité de vaccins. La suite des livraisons se fera en fonction de leur population respective.
Photo : AFP

Nous espérons qu'au printemps nous entrerons dans une deuxième phase. Davantage de vaccins devraient alors être disponibles et davantage de centres de vaccination pourront être ouverts. Mais nous examinons également dans quelle mesure les hôpitaux pourront aider à la vaccination.

Quel est le plan pour la première phase ? 

«Le gouvernement a désigné les soignants comme cibles prioritaires. Pour cette catégorie, il est prévu de vacciner dans trois endroits : en centre de vaccination,  dans les centres hospitaliers (qui en principe vaccineront ensuite eux-mêmes leur personnel) et en janvier avec des équipes mobiles dans les maisons de retraite et de soins . Mais ce sont là des endroits qui relèveront les défis complexes et logistiques liés à la nature du premier vaccin Pfizer/BioNtech. 

Ce n'est qu'ensuite que débutera véritablement la vaccination de masse ?

«Oui, c'est la troisième phase, après les soignants et les personnes âgées. La manière dont nous la gérerons dépendra de la nature des différents vaccins qui seront alors validés et diffusés en Europe. Il faut en effet s'adapter à des produits qui n'ont pas les mêmes caractéristiques en termes de transport, stockage, manipulation. L'un se présente sous forme d'ampoules permettant cinq injections, l'autre assure dix ou vingt piqûres. Pour faciliter la vaccination de masse, l'idéal serait de disposer d'un vaccin se présentant sous la forme d'une dose unique et se conservant à des températures 'classiques'.


online.fr: Kühlaggregat-Hersteller B Medical Systems.Baut Kühlaggregate für Covid-Impfstoffe. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
B Medical Systems jette un froid sur le vaccin
L'entreprise, basée au Nord du Luxembourg, a vu son carnet de commandes gonfler à vue ces dernières semaines. Il est vrai que les Etats s'arrachent ses frigos capables de conserver à très basse température les doses anti-covid avant vaccination.

Les gens pourront alors se rendre à la pharmacie, récupérer leur vaccin et le faire administrer par leur médecin traitant. Car le pays ne pourra jamais construire autant de centres de vaccination qu'il n'existe de cabinets médicaux sur le territoire.

Avec le maillage des médecins généralistes, nous pouvons traiter des personnes qui ne seraient pas venues en centre. Nous cherchons aussi à voir comment la campagne vaccinale pourrait s'appuyer sur les laboratoires d'analyse également largement répartis dans le pays. 

Comment est organisé un centre de vaccination ?

«Une ligne de vaccination comprend une réception, un point d'enregistrement, l'obtention d'un certificat médical puis la pièce de vaccination et une aire de repos. C'est simple sur le papier, mais plus délicat à mettre en activité, croyez-moi. Et ne pensez pas qu'aussi bien organisés soient-ils nos centres pourront vacciner 20.000 personnes par jour. Nos limites se situent probablement au niveau de ceux qui font le geste final de la vaccination, les infirmières. Nous avons lancé un appel aux soignants inscrits dans la réserve sanitaire, mais quelque part nous atteignons un plafond. 

Autre limite, technique cette fois. Au centre Victor-Hugo dans la capitale, nous pouvons faire fonctionner 16 lignes de vaccination en parallèle. Mais dans la réalité, nous n'en ouvrirons que huit au cours des trois premières semaines, car la quatrième semaine, les premières personnes vaccinées qui ont besoin de la deuxième dose seront de retour et gonfleront le planning. Donc, en grossissant le trait, il ne faut pas réfléchir à l'échelle de la population (620.000 personnes) mais à hauteur du double (1,2 million) de rendez-vous possibles... 


AURORA, CO - DECEMBER 16: (EDITORIAL USE ONLY) Rocky Mountain Regional VA Medical Center ICU nurse Margaret Zito receives a dose of the Pfizer-BioNTech COVID-19 vaccine from registered nurse Salek Walker at the hospital on December 16, 2020 in Aurora, Colorado. The Eastern Colorado VA Health Care System was chosen as one of 37 VA centers around the country to receive a shipment of the vaccine because of their ability to store the vaccine at extremely cold temperatures and vaccinate a large number of people.   Michael Ciaglo/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Les centres de vaccination bons pour le service
Les cinq sites prévus pour administrer le vaccin anti-covid sont en cours d'aménagement. Et ce n'est pas une mince affaire à mettre en place pour ces structures qui devraient fonctionner plusieurs longs mois.

Alors, même si l'on peut gérer beaucoup plus de personnes dans un centre de vaccination qu'un médecin seul dans son cabinet, il sera indispensable qu'à un moment les vaccins puissent aussi être administrés dans les 350 cabinets du pays. C'est un facteur multiplicateur dont nous ne pourrons pas nous passer.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

A compter de lundi prochain, le hangar de Luxembourg Air Rescue à Sandweiler accueillera les équipes de vaccination anti-covid. Une montée en puissance alors que le cap des 100.000 doses administrées vient d'être dépassé.
05.04.2021, Sachsen-Anhalt, Quedlinburg: Krankenschwester Manuela Harke impft im Impfzentrum des Landkreises Harz eine Frau. Auch über die Feiertage wurde hier geimpft. Ostermontag nahmen 210 Personen ihre Corona Impfung in Empfang. Foto: Matthias Bein/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Déjà considérées comme personnes vulnérables face au covid-19, les futures mamans ne pourront pas bénéficier du futur sérum en l'absence de tests efficaces menés, indique jeudi Paulette Lenert.
Le ministère de la Santé reconnait que 115 doses du traitement (coûteux et remis en cause par l'OMS) ont été commandées. Le médicament est employé dans le cadre de l'étude Discovery sur la lutte contre le covid-19.
Vials of the drug Remdesivir lie during a press conference about the start of a study with the Ebola drug Remdesivir in particularly severely ill patients at the University Hospital Eppendorf (UKE) in Hamburg, northern Germany on April 8, 2020, amidst the new coronavirus COVID-19 pandemic., Image: 513025894, License: Rights-managed, Restrictions: , Model Release: no, Credit line: Ulrich Perrey / AFP / Profimedia
Alors que la grippe saisonnière débute timidement, des doses de vaccin sont mises à disposition par le ministère de la Santé. Avec priorité aux soignants, seniors et femmes enceintes.
A nurse simulates the preparation of a vaccine dose against the Influenza A (H1N1) virus during an exercise organised by local authorities to test the functioning of a temporary vaccination centre in Haguenau, October 6, 2009.  REUTERS/Vincent Kessler   (FRANCE HEALTH)