Changer d'édition

Tout à gagner dans la réouverture des terrasses
Luxembourg 3 min. 07.04.2021

Tout à gagner dans la réouverture des terrasses

Même les flocons de neige n'ont pas suffi à freiner la soif de partager un verre en terrasses chez certains consommateurs.

Tout à gagner dans la réouverture des terrasses

Même les flocons de neige n'ont pas suffi à freiner la soif de partager un verre en terrasses chez certains consommateurs.
Photo : Luc Deflorenne
Luxembourg 3 min. 07.04.2021

Tout à gagner dans la réouverture des terrasses

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Les cafés et restaurants qui, depuis ce mercredi, accueillent à nouveau des clients au-dehors de leur établissement ne seront pas perdants. Les recettes venant s'ajouter aux aides d'Etat, en attendant des jours meilleurs.

Ciel gris, température frigorifique : les cafetiers et restaurateurs qui ont choisi de rouvrir leurs terrasses à la clientèle ce jeudi pouvaient s'attendre à meilleur climat. Mais après une grosse centaine de jours sans activité pour certains, nombreux ont été les professionnels à reprendre le service. Mais avant de lever le rideau et dresser les tables (à bonne distance les unes des autres), certains y ont regardé à deux fois. Leur doute : que l'opération ne leur coûte plus qu'elle ne leur rapporte au final.


Wirtschaft, Restaurant QoSQo, Place d’Arme, Pierre Scholer, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Les terrasses pourront s'étendre à nouveau
Dès que leur réouverture sera possible, cafés et restaurants pourront assurer le service sur les trottoirs. Une formule gagnante suite au premier confinement, que la Ville a décidé de renouveler pour soutenir les enseignes fermées depuis novembre.

En effet, à lire et relire la 11e version de la loi covid les autorisant à réinvestir leurs extérieurs, certains ont eu une interprétation craintive du texte. Ce redémarrage correspondait-il à une ouverture (auquel cas ils pouvaient faire une croix sur certains soutiens publics) ou juste une exception consentie dans le cadre de la fermeture administrative en place depuis novembre maintenant.

«Les deux interprétations sont possibles. Et la première est nettement moins favorable à la profession», reconnaissait encore jeudi matin, Philippe Maroldt, conseiller économique à la Chambre des Métiers. Mais, «dans la réalité», le président de la Fédération Horesca assure que «tout a été défini avec les ministères pour que les cafetiers et les restaurateurs qui reprennent le tablier soient bien gagnants». 

Et François Koepp d'expliquer que cette réouverture même timide «est tout bénéfice et va permettre à la profession de se refaire une petite santé». En effet, que ce soit de la part du ministre du Travail (Dan Kersch) ou de celui des Classes moyennes (Lex Delles), assurance a été donnée que les régimes d'aides actuels seraient maintenus à 100% y compris pour ceux qui reprendraient leur commerce à compter de ce 7 avril.

«On reste toujours sous ce statut des 25% de chiffre d'affaires immunisé», se félicite ainsi le président des quelque 2.450 restaurants, bars et hôtels du pays. Autrement dit, la tolérance accordée ces derniers mois pour les entrepreneurs du secteur qui maintenaient un service à emporter ou en livraison est accordée à celles et ceux qui reçoivent à nouveau des consommateurs en extérieur. 

«L'Etat maintient complètement ses aides si vous ne dépassez pas un quart du chiffre d'affaires réalisé ce mois-ci en comparaison au même mois de 2019. C'est une façon de récompenser ceux qui travaillent; une manière de se refaire un peu de trésorerie.» Ainsi, chômage partiel pour les employés, aides aux coûts non couverts vont-ils rester à la charge de l'Etat luxembourgeois pour quelques semaines encore. Les recettes des ventes de menus ou de boissons n'entrant pas dans le calcul des soutiens octroyés, jusqu'à ce plafond des 25%.

«Il faut bien considérer ce geste comme une aide indirecte, ce n'est pas un cadeau», commente François Koepp balayant toute jalousie sur cet avantage accordé à une profession qui reste largement freinée par les mesures sanitaires en vigueur. «Clairement, nous restons sous le statut de fermeture administrative imposée. Les terrasses, ce n'est qu'une tolérance».

Une tolérance qui n'a pas manqué d'attirer bien des clients, ce mercredi dès 6h, mais qui comme chaque jour désormais prend fin quand 18h sonnent... 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Manifestation clairsemée pour le secteur Horeca
L'appel lancé par certains représentants des bars, cafés et restaurants pour demander la réouverture complète du secteur ou la hausse du nombre de clients autorisés par table n'a pas rassemblé la foule escomptée ce vendredi. Seules quelques dizaines de personnes étaient réunies place d'Armes.
Demo Horesca/ Place DÕarmes / Luxembourg / Photo: Laurent Blum
02/04/2021 / 14:55:06
© Laurent Blum
Feu vert pour la réouverture des terrasses
Débattue ce jeudi matin en commission de la Santé avant d'être soumise au vote en séance plénière, la reprise partielle de l'activité du secteur Horeca a été actée. En revanche, la proposition de l'ADR d'étendre le dispositif jusqu'à 21h a été rejetée.
Lokales, Das Leben ist zurückgekehrt, Terrassen, Luxembourg stadt, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La réouverture des terrasses partie pour se concrétiser
Évoquée comme une possibilité par Xavier Bettel lors de son dernier point sanitaire, la mesure devrait être validée ce mercredi. Une «bouffée d'air» après un an de restrictions sanitaires qui fait toutefois grincer quelques dents.
Wort.fr, Terrassen und Restaurants, Dudelingen, Covid-19, Coronavirus, Horesca, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Les terrasses pourront s'étendre à nouveau
Dès que leur réouverture sera possible, cafés et restaurants pourront assurer le service sur les trottoirs. Une formule gagnante suite au premier confinement, que la Ville a décidé de renouveler pour soutenir les enseignes fermées depuis novembre.
Wirtschaft, Restaurant QoSQo, Place d’Arme, Pierre Scholer, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Ces visages qui incarnent la grogne de l'Horeca
Qu'ils soient propriétaires, serveurs ou cuisiniers, tous protestent contre la manière dont est gérée la pandémie dans le secteur des bars, cafés et restaurants. En amont de la manifestation de jeudi, rencontre avec certains d'entre eux.