Changer d'édition

Tourisme: Top 10 des choses à savoir sur le Luxembourg
Luxembourg 5 min. 13.07.2015 Cet article est archivé

Tourisme: Top 10 des choses à savoir sur le Luxembourg

Les touristes arrivent au Luxembourg pour cet été 2015

Tourisme: Top 10 des choses à savoir sur le Luxembourg

Les touristes arrivent au Luxembourg pour cet été 2015
Luxembourg 5 min. 13.07.2015 Cet article est archivé

Tourisme: Top 10 des choses à savoir sur le Luxembourg

Ça y est, elles sont là. Les vacances d'été commencent au Luxembourg et les touristes vont sans doute affluer d'ici peu. Mais que faut-il savoir sur le Luxembourg? Quels points, un peu insolite ou non, peuvent vous intéresser si vous vous rendez dans notre pays? En voici 10, sélectionnés par la rédaction, rien que pour vous.

Par - Sophie Wiessler 

Ça y est, elles sont là. Les vacances d'été commencent au Luxembourg et les touristes vont sans doute affluer d'ici peu.

En 2014, 2,8 millions de nuitées étaient enregistrées au Luxembourg. Sur un an, la hausse du nombre de nuitées enregistrées est de +5,3%, soit la septième plus forte (avec le Danemark) dans l’UE à 28.

L’office statistique de l’Union européenne relève elle que, en dehors des deux îles méditerranéennes que sont Malte et Chypre, le Luxembourg affiche la deuxième plus forte proportion de nuitées passées par des non-résidents (88%). Il semblerait donc que le Grand-Duché attire de nombreux touristes chaque année. 

Mais que faut-il savoir sur le Luxembourg? Quels points, un peu insolite ou non, peuvent vous intéresser si vous vous rendez dans notre pays? En voici 10, sélectionnés par la rédaction, rien que pour vous.  

Le point le plus haut du pays

Saviez-vous que le point plus haut du Luxembourg se situe au Kneiff? C'est un lieu-dit et une colline situés sur la commune de Troisvierges, près du village de Wilwerdange. Avec 560 mètres d'altitude, soit un mètre de plus que la colline voisine de Burrigplatz, elle est le point culminant du pays.

Le point le plus bas du pays

Son extrême opposé se situe lui dans la commune de Mertert, au confluent de la Moselle et de la Sûre. Il se situe à 133 mètres.

De nombreuses rivières

Le Luxembourg est également composé de nombreuses rivières : 6 au total sillonnent le pays. 

La Moselle, qui propose 37km de balade en kayak toute l'année. 

La Sûre, avec ses 164km de long, et qui présente une des plus belles descentes au Grand-Duché. 

L'Alzette, qui propose également du kayak entre Hesperange et Ettelbruck toute l'année. 

L'Our traverse une vallée très intéressante: on peut y trouver une nature presque à l'état sauvage: absence de routes, d'habitations et d'agriculture intense. 

La Wiltz et la Clerve sont deux petites rivières très intéressantes. Les cours d'eau sont étroits et parfois très tortueux. Les barrages, ponts et les arbres sur les rives rendent la descente parfois plus difficile.

Les autres rivières: Attert, Blees, Chiers, Eisch, Ernz blanche, Ernz noire, Gander, Mamer, Syr, Wark et Woltz.

Des casemates

Les casemates du Bock et de la Pétrusse témoignent du passé glorieux de la ville-forteresse. Inscrites sur la liste du patrimoine mondial Unesco depuis 1994, ces galeries souterraines labyrinthiques taillées dans le rocher sont uniques au monde.

Vue des casemates à Luxembourg
Vue des casemates à Luxembourg
Photo: Wikipédia

Il s'agit d'un extraordinaire réseau de 17 km de galeries souterraines et plus de 40.000 m2 d’abris à la bombe, logés dans les rochers de la ville. Pendant les deux guerres mondiales, elles servaient d'abri pour protéger jusqu'à 35.000 personnes en cas d'alerte ou de bombardement.

Les casemates de Luxembourg sont les plus longues casemates du monde. En 1994, l’UNESCO les a inscrites sur la liste du patrimoine mondial. L’extraordinaire réseau des galeries souterraines constitue aujourd’hui la première attraction de la ville. 

Les casemates de Luxembourg.
Les casemates de Luxembourg.
Photo: Wikipédia

Près de 100 000 visiteurs plongent annuellement dans l’histoire mystérieuse des incontournables casemates qui pouvaient abriter non seulement des milliers de défenseurs, leur équipement et des chevaux, mais également des ateliers d’artillerie et d’armement, des cuisines, des boulangeries, des abattoirs et d’autres infrastructures.

De multiples langues

Le multilinguisme au Luxembourg est un fait avec une population du Grand-Duché qui a une pratique quotidienne des trois langues. Le français et l'allemand sont historiquement langues officielles au Luxembourg. S'y est ajoutée, en 1984, la langue locale qu'est le luxembourgeois, devenue la langue nationale du pays et que le Luxembourg n'a pas cherché à imposer au niveau européen.

Le multilinguisme est également renforcé par la présence de travailleurs frontaliers francophones ou germanophones qui viennent chaque jour au Luxembourg dont 75,2 % francophones et 24,8 % germanophones.

Aux trois langues officielles, il faudrait rajouter aussi l'usage du portugais et de l'anglais : 16,08 % de la population totale est portugaise, créant une forte communauté où le portugais reste la langue d'usage même si la deuxième génération parle le luxembourgeois tandis que le très fort développement du secteur bancaire et l'arrivée de cadres de toute l'Europe font que l'usage de l'anglais comme langue de travail est devenu fréquent.

Les plus gros mangeurs de viande 

Avec 134, 84 kilos par personne, le Luxembourg occupe la tête du classement des plus gros mangeurs de viande devant les Américains et les Australiens, très loin devant la moyenne mondiale de 36,8 kilos. 

Mais les Luxembourgeois qui consomment en moyenne 45 kilos de porc et 39 de volaille, sont battus dans le classement par les Argentins pour la consommation de bœuf (55 kg par personne et par an en Argentine contre 43 au Luxembourg).

Une capitale agréable à vivre

Luxembourg-Ville se hisse au 7ème rang mondial des villes les plus agréables à vivre. Près de 96% des Luxembourgeois habitant la capitale se disent satisfaits de leur mode de vie.

La capitale luxembourgeoise
La capitale luxembourgeoise
Photo: visitluxembourg

L'un des meilleurs pays du monde

Le Luxembourg est le 5ème meilleur pays du monde dans un classement 2010 du magazine américain Newsdesk. Il se place juste derrière la Finlande, la Suisse, la Suède, l'Australie et devant la Norvège.

Le classement prend en compte cinq critères. Le Luxembourg est troisième pour la qualité de vie, septième pour l'environnement politique ainsi que la santé et neuvième pour le dynamisme économique.

La religion au cœur du pays

La population compte 68,7% de catholiques. La religion fait partie intégrante de l'histoire du Luxembourg. Te Deum durant la Fête Nationale, procession dansante à Echternach ou encore l'Octave aux alentours de Pâques sont autant de célébrations religieuses suivies par de nombreux Luxembourgeois.


Sur le même sujet

Serge Wilmes: «Une partie des 130.000 navetteurs doit pouvoir s'installer en Ville»
«Tous les Luxembourgeois pratiquement ont des liens familiaux et personnels avec la France», assure Serge Wilmes, 36 ans, député CSV et historien. Il a «baigné dans la culture française depuis tout petit» mais comprend bien pourquoi certains Luxembourgeois «n'aiment pas trop parler le français». En cause: «L'enseignement du français à l'école».
Serge Wilmes: «Créer des logements à prix abordable, c'est la première mesure à prendre si on veut améliorer la mobilité».
Roy Reding: «La mixité ne se décrète pas, elle doit se vivre»
Roy Reding ne pratique pas la langue de bois. L'avocat est tête de liste de l'ADR et n'a pas particulièrement d'atomes crochus avec la langue française même s'il lui reconnaît une place de choix dans la société luxembourgeoise. Pour lui, "gouverner, c'est prévoir" et il nous explique comment l'actuelle législature a loupé le coche auprès des Luxembourgeois et des résidents étrangers.
ITV Roy Reding, ADR. Foto:Gerry Huberty
Martine Hansen: «Il faut chercher maintenant des solutions pour demain»
Fille de la terre, originaire du Nord où elle vit toujours, Martine Hansen a démarré en politique à 48 ans en acceptant de devenir ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Présidente du CSV au Nord, elle parle du ras-le-bol des usagers de la N7 empruntée par de nombreux frontaliers belges et allemands, des efforts à faire pour améliorer l'apprentissage du français à l'école mais refuse de se projeter au-delà du 14 octobre 2018 pour l'instant.