Changer d'édition

Toujours plus de traces du virus dans les eaux usées
Luxembourg 23.02.2021

Toujours plus de traces du virus dans les eaux usées

Le List a lancé l'opération Coronastep voilà plus de onze mois maintenant.

Toujours plus de traces du virus dans les eaux usées

Le List a lancé l'opération Coronastep voilà plus de onze mois maintenant.
Photo : Chris Karaba
Luxembourg 23.02.2021

Toujours plus de traces du virus dans les eaux usées

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Voilà maintenant près d'un an que le LIST traque la présence du covid dans les eaux des stations luxembourgeoises mais, en cette fin février, les données ne s'améliorent pas.

Rapport hebdomadaire n°51. Et force est de constater par les équipes du Luxembourg Institute of Science and Technology que la charge virale covid est encore loin de régresser dans les eaux usées que ses chercheurs analysent depuis février 2020. Pire même, selon les dernières mesures, une «légère tendance à la hausse» est encore perceptible.


Um die gesammelten Proben zu analysieren, müssen sie ins Labor gebracht werden. In Schifflingen übernahm vergangene Woche Projektleiter Henry-Michel Cauchie (r.) selbst diese Aufgabe. Das LIST wird beim Transport der Proben aber unter anderem auch von Mitarbeitern des Wasserwirtschaftsamts unterstützt.
Plongée en eaux troubles pour repérer le virus
Depuis bientôt un an, les chercheurs du LIST traquent le covid dans les eaux usées des ménages du pays. De quoi repérer l'évolution de l'épidémie avant même que le dépistage ne signale une évolution.

Un accroissement d'autant plus préoccupant que voilà deux semaines déjà que la situation semble se détériorer à nouveau. «Les flux d'ARN SRAS-CoV-2 présents dans les stations d'épuration au début de la semaine 08 indiquent toujours une forte prévalence du virus dans les eaux usées au niveau national», reconnaissent les spécialistes. Certes, les concentrations virales sont bien moindres qu'en novembre-décembre, mais tout de même.

Copiée en Moselle

Une seule décrue de la présence du virus, parmi les dix stations où ont été pris les échantillons d'eaux sales issues des ménages luxembourgeois : Wiltz. Pour le restant du pays, au mieux, c'est la stagnation qui a été relevée en cette semaine 8, au pire c'est bien un accroissement de la densité du virus qui est souligné. C'est notamment le cas, cette fois encore, pour les stations d'épuration de Pétange, Beggen, Schifflange et Bettembourg.

A noter que l'initiative Coronastep, menée au Grand-Duché depuis un an, fait des émules chez les voisins. Ainsi, la Moselle vient-elle de débuter pareilles analyses sur une vingtaine de sites du département. Cela concerne non seulement des eaux de station d'épuration mais aussi des prélèvements effectués sur les eaux usées de structures d'hébergement pour seniors.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Présence «assez haute» du virus dans le Grand Est
Si au Luxembourg l'analyse des eaux usées fait état d'une «prévalence moyenne» du SARS-CoV-2, la situation s'avère différente du côté français de la frontière. Malgré le renforcement des mesures sanitaires, les rapports font état d'une lente décrue par rapport au pic du mois de décembre.
Le coronavirus circulait au Luxembourg dès février
L'étude Coronastep mise en place par le Luxembourg Institute of Science and Technology (List) a annoncé ce jeudi que les premières traces du covid-19 ont été détectées entre le 12 et le 25 février. Soit près d'un mois avant que le premier décès ne soit officiellement confirmé.