Changer d'édition

Toujours pas d'accord avec le CHL dans le dossier IRM
Luxembourg 3 min. 16.05.2022
Nouveau rebondissement ce lundi

Toujours pas d'accord avec le CHL dans le dossier IRM

Pour mettre à disposition d'autres opportunités d'IRM, la loi doit être modifiée. A cet effet, un projet est prévu pour cette semaine au conseil de gouvernement.
Nouveau rebondissement ce lundi

Toujours pas d'accord avec le CHL dans le dossier IRM

Pour mettre à disposition d'autres opportunités d'IRM, la loi doit être modifiée. A cet effet, un projet est prévu pour cette semaine au conseil de gouvernement.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 3 min. 16.05.2022
Nouveau rebondissement ce lundi

Toujours pas d'accord avec le CHL dans le dossier IRM

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Contrairement à ce qu'a affirmé la ministre de la Santé, le Centre médical Potaschberg a indiqué ce lundi qu'aucune convention n'a pour l'heure été signée avec le Centre Hospitalier de Luxembourg.

Nous vous en parlions ce week-end, interrogée par nos confrères de RTL, la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) a annoncé ce vendredi que le CHL reprendrait l'IRM du centre médical Potaschberg, qui était exploitée dans un centre de diagnostic en dehors d'une clinique, contrairement à la loi. 


Lokales,IRM,MRT Grevenmacher.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
De 24 à 60 jours d'attente pour obtenir une IRM
Alors que la légalité du cabinet d'imagerie médicale Potaschberg est remise en question par la Santé, la ministre Paulette Lenert a expliqué que les temps d'attente pour bénéficier d'une IRM ont été considérablement réduits.

La ministre affirmait que les deux acteurs avaient signé un accord vendredi dernier, mettant fin à une saga politique qui n'en finissait plus. Or, un énième rebondissement est survenu ce lundi. En effet, sur son site internet, le Centre médical Potaschberg indique qu'aucune convention n'a été signée avec le Centre Hospitalier de Luxembourg vendredi dernier.

Une déclaration qui va donc à l'encontre des propos tenus par la ministre. «En raison de la discrétion convenue, il n'est pas possible de fournir d'autres informations sur les négociations en cours», indique de son côté le centre médical luxembourgeois.

L'Association des Médecins et Médecins-Dentistes (AMMD) a réagi par voie de communiqué à ce nouveau rebondissement. L'AMMD n'a pas manqué d'égratigner la ministre de la Santé en disant que cette dernière «s’embourbe progressivement mais inéluctablement dans un imbroglio juridique et politique». «Sous le poids de cette intimidation, elle force des pourparlers entre une délégation du CHL et les médecins du CMP avec pour but que le premier cabinet de radiologie du pays se retrouve placé sous la tutelle d’un établissement hospitalier».

Des IRM en milieu extrahospitalier

Rappelons que pour mettre à disposition d'autres opportunités d'IRM, la loi doit être modifiée. A cet effet, un projet est prévu pour cette semaine au conseil de gouvernement, selon lequel les IRM pourraient également être exploitées en dehors des cliniques. 

«Et si accord il y avait, quel arrière-goût resterait-il après la menace publique de la Ministre de fermer la structure du CMP ? Finalement, peu importe l’issue des négociations en cours : ce détour obligé de la Ministre ne sert qu’à préparer le terrain politique au dépôt annoncé du projet de loi sur l’extrahospitalier. Celui-ci rendra même caduques les tractations déjà inégales en cours et doit être considéré comme un nouveau piège. Rédigé dans l’opacité la plus totale face aux acteurs concernés, ce projet aura pour conséquence que les médecins spécialistes resteront à jamais les confinés des structures hospitalières, amputés des moyens indispensables pour exercer leur métier», fulmine l'AMMD.

La ministre a réagit 

Pour l’AMMD, qui dénonce depuis des années des «dyfonctionnements dans le système de santé et de l’accès inéquitable aux soins», la Ministre de la Santé a «perdu sa crédibilité politique du fait de son argumentation juridique farfelue, de ses pressions illicites et de ses tromperies des acteurs comme du public».

Interrogée par le Tageblatt, Paulette Lenert a réagi aux accusations du CMP et de l'AMMD. Concernant le dossier IRM, cette dernière explique que le CHL lui avait expliqué, après une réunion du conseil d'administration, qu'il existait un «accord de principe». Parallèlement, le CHL a également fait la demande officielle de pouvoir intégrer le CMP dans ses structures mais que des détails restent encore toutefois à régler. La ministre de la Santé n'a toutefois pas commenté les propos de l'AMMD, jugés trop «agressifs» selon elle. Le CSV a de son côté convoqué d'urgence la ministre de la Santé au sein de la commission de la Chambre afin d'évoquer la saga de l'IRM.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Quel est l'impact de la crise ukrainienne sur le marché du travail, quelle est sa position sur l'OGBL et quels sont les objectifs électoraux du LSAP ? C'est ce que nous avons demandé au ministre du Travail Georges Engel (LSAP).
IPO , ITV Georges Engel , Arbeitsminister , LSAP , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Ce mardi, la ministre de la Santé a indiqué que les discussions pour régler le cas du Centre médical Potaschberg étaient encore en cours. Pour Paulette Lenert, les divergences juridiques ne doivent pas se régler sur la «place publique».
Lokales,IRM,MRT Grevenmacher.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort