Changer d'édition

Toujours le flou autour du déploiement du CovidCheck
Luxembourg 4 min. 28.10.2021
Contrôle des salariés et des fonctionnaires

Toujours le flou autour du déploiement du CovidCheck

CGFP, OGBL et LCGB restent inaudibles du gouvernement. De quoi agacer les syndicats qui mettent en garde les salariés contre l'emploi abusif du CovidCheck.
Contrôle des salariés et des fonctionnaires

Toujours le flou autour du déploiement du CovidCheck

CGFP, OGBL et LCGB restent inaudibles du gouvernement. De quoi agacer les syndicats qui mettent en garde les salariés contre l'emploi abusif du CovidCheck.
Photo : Chris Karaba
Luxembourg 4 min. 28.10.2021
Contrôle des salariés et des fonctionnaires

Toujours le flou autour du déploiement du CovidCheck

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Face à un gouvernement qui ne précise pas les modalités d'usage du contrôle covid en milieu professionnel, OGBL, LCGB et CGFP maintiennent leur menace d'action en justice et de mouvement de protestation.

Il est toujours difficile de combattre sur plusieurs fronts. Et s'il apparaît maintenant clair que le pays va devoir faire face à une quatrième vague épidémique, la fièvre gagne aussi du côté social. Confidentiels depuis un an et demi, les opposants aux mesures sanitaires commencent à gagner en ampleur (et la nouvelle Marche blanche annoncée pour ce 29 octobre sera un test pour mesurer l'ampleur de cette contestation). Mais le gouvernement voit aussi s'élever face à lui les syndicats luxembourgeois


Lokales,Présentation du certificat CovidCheck numérique (EU Digital COVID Certificate) et de l’application mobile CovidCheck.lu. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Les syndicats posent un ultimatum au gouvernement
La rencontre entre CGFP, OGBL et LCGB et ministres de la Fonction publique, de la Santé et du Travail, vendredi, n'aura pas permis de trouver un compromis quant à l'introduction du régime élargi du CovidCheck. Ce qui pousse les organisations à brandir la menace «d'actions syndicales».

Ainsi, voilà des jours que CGFP, OGBL et LCGB ont fait connaître leurs craintes face au déploiement du CovidCheck à l'entrée des entreprises et des administrations annoncé pour le 1er novembre. Des doutes s'appuyant sur le manque de précisions dans la dernière loi Covid votée. Celle-ci ne précise nullement les modes d'application du dispositif de contrôle (testé, guéri, vacciné) des salariés. 

Et pour l'heure, l'ultimatum posé au gouvernement par les trois organisations fait pschitt. Elles le constatent amèrement à nouveau ce jeudi : «Le gouvernement préfère faire la sourde oreille à toute solution alternative».

Pourtant la mise en application du dispositif approche. Et face à «l'inaction» de Xavier Bettel et ses ministres, les syndicats continuent d'estimer que la «mise en œuvre pratique» reste «aussi peu préparée, imprécise et ouverte à l'interprétation» que lorsque les premières critiques ont été formulées. D'où ce nouvel avertissement lancé à l'exécutif : «Dans les prochains jours, CGFP, LCGB et OGBL discuteront d'éventuelles actions syndicales et juridiques. Si le gouvernement laisse passer l'ultimatum du 31 octobre sans faire de concessions préalables, les trois syndicats annonceront leurs décisions communes dans les quinze jours suivant l'échéance».


COVIDcheck.lu - certificate, COVID-Zertifikat, EU Digital Covid Certificate, covid check.lu - Foto: John Schmit
Les communes confrontées au dilemme CovidCheck
Bien que facultative, l'entrée en vigueur au 1er novembre du dispositif de contrôle du schéma sanitaire des personnels s'appliquera aux entreprises et à toutes les administrations. Un défi pour ces collectivités qui devront toujours assurer leur mission de service public.

Reste que dans le pays, petites entreprises ou grandes sociétés commencent à anticiper ce CovidChek en milieu professionnel. Une mesure qui reste facultative et dont les contours flous pousseraient à l'hésitation bien des dirigeants, voire au renoncement à la mise en place d'un tel checking des salariés au quotidien. Les uns font une croix sur la mesure, quand d'autres ne souhaitent l'appliquer que partiellement (à la cantine, pour les réunions, en session de formation).

A ce stade, les syndicats se félicitent des négociations avec les délégations du personnel ou les représentants des travailleurs qui ont pu être entamées sur le sujet. Un «dialogue social» de la base qui visiblement ne fait pas tache d'huile au niveau gouvernemental qui laisse le tissu économique du pays s'organiser à sa guise. Quitte à faire peser des menaces sur la sauvegarde des moyens de subsistance des salariés et des fonctionnaires.

En effet, comment doit réagir l'employeur face à un employé n'ayant pas un CovidCheck valide ou refusant de se soumettre au contrôle? Aucune réponse claire n'est établie. Par exemple, les syndicats soulignent qu'une personne peut rester non vaccinée (non seulement volontairement mais aussi pour des raisons médicales), comment sera préservé le droit au travail de ces personnes? A chacun d'en juger selon les cas? Pas très universel comme choix.

Comment (ré)agir ?

Aussi, les trois organisations viennent-elles de lister des recommandations à l'usage des travailleurs du public comme du privé qui, d'ici trois jours, pourraient se retrouver confrontés au CovidCheck à leur poste : 

  1. Contactez votre représentant du personnel ou votre syndicat pour obtenir des informations complètes sur la situation, vos droits et vos obligations ;
  2. Ne signez pas les documents qui vous sont envoyés à votre domicile ;
  3. Si vous êtes convoqué à un entretien, contactez la délégation RH avant l'entretien ;
  4. N'acceptez en aucun cas des options alternatives (telles que le congé ou le chômage partiel).

Ainsi, même si Xavier Bettel a finalement accédé à la volonté syndicale d'organiser une tripartite «avant la fin de l'année», une nouvelle urgence se présente à lui. Et ni Patrick Dury, Nora Back et Romain Wolf, ni leurs «troupes» ne semblent avoir l'intention de renoncer à une mise au point avant l'introduction effective du CovidCheck en entreprise. La Toussaint et les jours suivants s'annoncent donc chauds.   

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le laboratoire Merck a développé ce qui semble être le premier médicament contre l'infection liée au coronavirus. Et si la France a déjà passé commande, le Grand-Duché compte s'appuyer sur l'Europe pour bénéficier de ce possible traitement.
A moins d'une semaine de l'entrée en vigueur des nouvelles règles sanitaires qui prévoient la possibilité de ne pas laisser l'accès libre aux personnes non vaccinées sur leur lieu de travail, les négociations se poursuivent. Sans avancée concrète à ce jour.
Wi , Covid Check im Betrieb , Foto:Guy Jallay / Luxemburger Wort
Dans un communiqué publié jeudi, CGFP, OGBL et LCGB font état de «leur désaccord profond» avec la volonté du gouvernement de laisser l'accès aux entreprises ou aux administrations publiques aux seules personnes entièrement vaccinées. Et demandent une entrevue urgente.
online.fr.Covid Check in Restaurants,Bars,Cafes. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
L'arrivée souhaitée d'un contrôle de la situation covid des salariés du Luxembourg fait grincer le syndicat. Son président Patrick Dury craint que cette surveillance à la porte des bureaux et des usines ne détériore le climat social.
online.fr.Covid Check in Restaurants,Bars,Cafes. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
En plus des grandes lignes du projet de loi autour de la lutte contre le harcèlement au sein de l'entreprise, Dan Kersch a également indiqué mercredi que le droit à la déconnexion devra être présent dans toutes les conventions collectives.
Arbeitsplatz