Changer d'édition

Tolérance administrative prolongée pour le télétravail
Luxembourg 2 min. 22.11.2022
Jusqu'en juin prochain

Tolérance administrative prolongée pour le télétravail

Cette prolongation a pour objectif d’offrir aux personnes concernées une cadre stable pour effectuer le télétravail transfrontalier,
Jusqu'en juin prochain

Tolérance administrative prolongée pour le télétravail

Cette prolongation a pour objectif d’offrir aux personnes concernées une cadre stable pour effectuer le télétravail transfrontalier,
Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 22.11.2022
Jusqu'en juin prochain

Tolérance administrative prolongée pour le télétravail

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Une période transitoire qui durera jusqu'à la fin juin 2023. Celle-ci ne concerne toutefois que le volet social.

Bonne nouvelle pour les frontaliers qui travaillent au Luxembourg. Ce mardi, il a été décidé de ne pas prendre en compte les journées de télétravail liées à la crise sanitaire pour la détermination de la législation de sécurité sociale applicable aux travailleurs frontaliers. Cette disposition exceptionnelle vient d'être prolongée pour une durée de six mois et court donc jusqu'au 30 juin 2023.


34 jours de télétravail aussi pour la fonction publique
Le syndicat Education et Sciences de l’OGBL salue le fait que le nouvel avenant conclu récemment entre la France et le Luxembourg permette aussi l’application des 34 jours de tolérance aux travailleurs du secteur public.

Mise en place en juin dernier, cette période transitoire prévoit une tolérance administrative, permettant aux travailleurs frontaliers de continuer à effectuer le travail sous forme de télétravail à partir de leur domicile, sans craindre de changer d'affiliation à la sécurité sociale en cas de dépassement du seuil prévu dans la législation européenne.

Cela ne concerne que le volet social

Cette prolongation a pour objectif d’offrir aux personnes concernées une cadre stable pour effectuer le télétravail transfrontalier tout en permettant à la commission administrative de continuer à travailler sur une solution européenne durable. Les discussions avec les pays frontaliers sur un accord bilatéral ou multilatéral continuent également pendant cette période.


Un outil pour faciliter le télétravail des frontaliers
Cette solution numérique devrait permettre aux frontaliers de justifier facilement leur présence au Luxembourg auprès de leur administration fiscale respective.

Cette disposition ne s'applique que pour le domaine de la sécurité sociale. Les dispositions en matière de la fiscalité sont régies par des accords bilatéraux spécifiques à part. En d'autres termes, si le télétravail n'aura aucune incidence sur la sécurité sociale, les frontaliers devront respecter les seuils imposés en fonction de leur pays de résidence, sous peine de se voir soumis à une double imposition.

Pour rappel, les limites fixées au télétravail des frontaliers avaient été gelées au début de la pandémie, afin de limiter les contacts dans le respect des confinements. En d'autres termes, les travailleurs frontaliers pouvaient travailler de chez eux et ce, de manière illimitée.

Concrètement, en Belgique, ce quota est désormais de 34 jours, tout du moins du côté luxembourgeois. En France, l'avenant de 34 jours vient quant à lui d'être signé.    

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les annonces concernant le télétravail pour les travailleurs frontaliers français ont été nombreuses ces dernières semaines, provoquant parfois une certaine confusion. Alors faisons le point, posément, avec Clélia Martin, juriste à Frontaliers Grand Est.
L'accord fiscal liant les deux pays, pris au moment de la crise sanitaire et rendant le télétravail illimité, avait été prolongé jusqu'à la fin du mois de mars.