Changer d'édition

Tilly Metz interpellée sur une base militaire belge
Tilly Metz avec Molly Scott Cato (Grande-Bretagne) et Michèle Rivasi (France) sur la base américaine en Belgique.

Tilly Metz interpellée sur une base militaire belge

Photo: Déi Gréng
Tilly Metz avec Molly Scott Cato (Grande-Bretagne) et Michèle Rivasi (France) sur la base américaine en Belgique.
Luxembourg 2 min. 20.02.2019

Tilly Metz interpellée sur une base militaire belge

L'eurodéputée Tilly Metz et trois autres eurodéputés écologistes ont été interpellés mercredi après être entrés sur une base aérienne belge où sont stationnés des chasseurs bombardiers F-16 pour réclamer le retrait des bombes nucléaires américaines.

(VO/AFP) - L'eurodéputée Tilly Metz manifestait ce mercredi, sur la base militaire de « Kleine-Brogel» en Belgique, proche de la frontière avec les Pays-Bas, où sont stationnés des F-16 armés de bombes nucléaires tactiques et où opère un contingent de l'armée américaine.

Elle était accompagnée de la Britannique, Molly Scott Cato, de la Française, Michèle Rivasi, et de l'Autrichien Thomas Waitz et ils sont depuis retenus dans l'enceinte militaire de Kleine-Brogel.

Michèle Rivasi, Tilly Metz et Molly Scott Cato ont symboliquement bloqué une des pistes de la base et déployé une banderole portant le slogan «Europe Free of Nuclear Weapons» avant d'être interpellées. Thomas Waitz était resté à l'extérieur de la base. Quatre militants pacifistes du mouvement Agir pour la paix qui participaient à cette action sont également retenus.

Le but de leur action était d'alerter le public et de placer la question du désarmement nucléaire au coeur de l'agenda européen, ont-ils soutenu.

Trois revendications

Les élus européens ont exprimé trois revendications: le retrait des bombes nucléaires américaines stationnées en Europe, la ratification du Traité d'interdiction des armes nucléaires de 2017 par tous les Etats membres de l'UE et la création d'une zone exempte d'armes nucléaires pour l'Europe.

«Aujourd'hui, 15.000 bombes nucléaires sont encore en circulation dans le monde et une vingtaine de bombes nucléaires sont toujours présentes sur la base militaire de Kleine-Brogel», a déploré Michèle Rivasi dans un communiqué.

«Tout le monde semble avoir oublié leur présence et surtout, leur danger. Or, les bombes stockées en Belgique sont dotées d'une puissance réglable pouvant aller de 1Kt à 340 Kt, soit jusqu'à 26 fois la puissance de la bombe d'Hiroshima», a-t-elle ajouté.

«Avec le retrait des Etats-Unis et de la Russie du traité INF, l'Europe est confrontée à une nouvelle course aux armements nucléaires», a pour sa part dénoncé Tilly Metz.

«L'OTAN devrait retirer son arsenal nucléaire tactique du sol européen et la Russie, en retour, devrait s'engager à se débarrasser de ses missiles de croisière et de ses missiles à courte portée Iskander», a demandé l'élue luxembourgeoise.

Dans un communiqué de presse diffusé par son parti, déi gréng, Tilly Metz déclare : «Les États-Unis et la Russie jouent avec le feu nucléaire (...) Il est temps d'adopter une stratégie de désescalade au niveau européen, de réduire les risques d'un affrontement militaire et promouvoir une approche écologique de la paix et de la sécurité».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet