Changer d'édition

Le ciel comme observatoire des crues
Luxembourg 2 4 min. 21.07.2021
Technologie

Le ciel comme observatoire des crues

Comme ici au-dessus de Rosport, les vues de drones ont permis aux observateurs de se faire une idée des lieux et personnes à secourir en priorité.
Technologie

Le ciel comme observatoire des crues

Comme ici au-dessus de Rosport, les vues de drones ont permis aux observateurs de se faire une idée des lieux et personnes à secourir en priorité.
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 2 4 min. 21.07.2021
Technologie

Le ciel comme observatoire des crues

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Sur les récentes inondations, les drones auront joué un rôle intensif. Non seulement pour scruter la montée des eaux mais également aider les secours dans leurs opérations d'urgence.

Parcourir 600 hectares de territoire, plus ou moins praticables, en quelques heures : aucun homme n'aurait pu le faire, les drones de Luxsense si! «L'engin est facile à mettre en oeuvre et peut donner des plans de situation très rapidement : c'était là une utilité majeure au cœur d'une crise qui ne cessait d'évoluer ces 14-15 juillet», commente Gilles Rock, gérant de la société. C'est à ses équipes que, notamment, l'Administration de la gestion de l'eau a fait appel en plein déluge.


Lokales, Bahnhof, gare, Wetter, Sauwetter, Regen, Hochwasser Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
L'improbable scénario qui a mené au désastre
Sur ses écrans, Meteolux a vu arriver et suivi les violentes précipitations des 14-15 juillet. Retour sur cet événement avec le météorologue Luca Mathias.

Deux binômes et leurs appareils volants de moins de 2 kg ont ainsi été déployés en de multiples zones, pour faire un état des lieux de la montée des eaux. «Les capteurs et appareils embarqués ne se contentent plus simplement de photographier à très haute résolution, ils font des relevés topographiques permettant d'obtenir des simulations 3D de la situation au sol.» A charge alors pour les experts de constater si les débordements empruntent les ''voies'' envisagées dans les scénarios élaborés ou si la nature vient contrarier les plans imaginés.

«Honnêtement, cette fois, c'était énorme. J'ai en tête des images de Steinsel, par exemple, avec les voies et les bâtiments entourés de façon vraiment impressionnante par rapport à de précédentes vues», témoigne celui dont l'entreprise (créée en 2016 et faisant partie de LSC Engineering Group) a pourtant été engagée sur d'autres terrains d'inondations. Au Mullerthal en 2018 ou du côté de Mersch en 2019. 

«Aujourd'hui, nous arrivons à des relevés en images ultra précises; la marge d'erreur est à peine de 3 cm par pixel.» Les techniciens en hydrologie reçoivent donc des données parfaitement adaptables avec les données du géoportail national quasiment en temps réel. Ils peuvent donc informer la cellule de crise des évolutions à attendre de la montée ou de la décrue des eaux dans telle rue, sur telle parcelle, telle route.

Des données qui, en temps normal, peuvent également être fournies pour des suivis d'urbanisation. «Là encore, cela peut aider une commune à prendre telle ou telle option de construction. L'eau a parfois besoin d'une place naturelle quand elle déborde qu'il vaut mieux préserver...» 

Envergure des dégâts

Dans cette crise, le drone aura aussi été d'une précieuse assistance pour les pompiers. Et le groupe d'appui technologique opérationnel du CGDIS n'a pas manqué d'en faire usage. «Vingt-huit missions de reconnaissance aérienne, ce qui a représenté un total de 42 vols», informe le porte-parole des pompiers luxembourgeois. Et Cédric Gantzer de rappeler que dans un premier temps, les images prises à quelques dizaines de mètres au-dessus des habitations ont permis aux secours de «se faire une idée de l’envergure des dégâts et dépêcher au besoin des moyens supplémentaires». 

Avez-vous reconnu la Place d'Argent d'Eich?
Avez-vous reconnu la Place d'Argent d'Eich?
Photo : CGDIS

Dans un second temps, les images compilées ont permis d’imprimer des plans en A3 de la commune observée. «Cette fois, les photographies nous ont permis de voir à intervalle régulier les rues libérées pour y entamer les missions de pompage.» 

Au Grand-Duché, plus de 500 particuliers et professionnels ont signalé à la Direction de l’aviation civile être en possession d'un drone. »

Depuis peu même, la Fédération professionnelle du drone Luxembourg a pris son envol. Car les engins n'ont plus seulement vocation à faire des photos ou des relevés, les voilà aussi amenés éventuellement à effectuer des livraisons. Une option qui pourrait aussi faire sens pour emporter matériels d'assistance ou médicaments dans des zones du pays pouvant se retrouver hors d'accès autrement que par la voie des airs. Utile, quand comme vendredi dernier, pas moins de 180 routes se retrouvent hors d'usage...

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

A la 36e minute, jeudi soir , l'appareil a fait son apparition au-dessus de la pelouse du stade. Les Dudelangeois étaient alors menés au score 0-2 par l'équipe de Qarabag. Un tournant inattendu et qui n'a pas empêché la défaite 1-4 des Luxembourgeois. Cruelle soirée d'Europa League.
Drone mit Fahne / Fussball, UEFA Europa League, Gruppe A, 2. Speiltag, Saison 2019-2020 / 03.10.2019 / F91 Düdelingen - Qarabag Agdam / Stade Josy Barthel / Foto: Yann Hellers
C'est déjà une réalité en Espagne. La France et le Royaume-Uni font des tests. Au Luxembourg la police utilise déjà des drones mais pourrait en acquérir de nouveaux pour détecter les infractions au code de la route. «Un concept est en train d'être élaboré».
28.9. Gare / rue de Strasbourg / Verkehrskontrolle Police Grand Ducale Foto:Guy Jallay
Surprise pour un habitant de la commune qui voulait faire quelques images avec un drone: son engin a été dépassé par des grues cendrées. Il a saisi l'opportunité de les photographier.
Les grues cendrées font 2 à 2,40 mètres d'envergure et peuvent voler à près de 100 km/h.