Changer d'édition

Taxer plus pour bâtir plus
Luxembourg 2 min. 06.07.2020

Taxer plus pour bâtir plus

Guy Foetz (déi Lénk), François Benoy (Déi Gréng ) et Tom Krieps (LSAP) n'y vont pas de main morte sur les terrains vacants.

Taxer plus pour bâtir plus

Guy Foetz (déi Lénk), François Benoy (Déi Gréng ) et Tom Krieps (LSAP) n'y vont pas de main morte sur les terrains vacants.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 2 min. 06.07.2020

Taxer plus pour bâtir plus

Anne-Sophie de Nanteuil
Anne-Sophie de Nanteuil
Imposer à 15.000% les terrains constructibles laissés non bâtis, les partis d'opposition au sein du conseil communal de la Ville de Luxembourg le souhaitent. La mesure poussant les propriétaires concernés à vendre pour ainsi permettre de nouvelles habitations.

Multiplier par 30 l'impôt foncier des parcelles constructibles «B6». Autrement dit, les terrains à «des fins d'habitation». Telle est la proposition des élus Déi Gréng, LSAP et déi Lénk au conseil communal de la capitale dans une motion déposée lundi. La taxe de ces terrains passerait ainsi de 500% à 15.000% au 1er janvier 2021. Plus concrètement, cela signifie qu'un propriétaire d'un terrain de 2 ares ne payerait plus 450 euros, mais près de 13.500 euros par an.

Une augmentation importante qui se veut volontairement dissuasive pour ceux qui souhaitaient conserver dans leur patrimoine ces terrains vides. Une référence aux quelque 16.000 personnes détenant 65% des terrains constructibles au Luxembourg. Les élus de l'opposition espèrent ainsi que cette charge annuelle supplémentaire motivera les propriétaires à viabiliser ou à vendre leurs biens, plutôt que d'«attendre que les prix du marché continuent de monter».


online.fr, Gespräch mit Antoine Paccoud, neues Gebäude Luxemburger Wort  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«Si Google parvient vite à acquérir 33 hectares...»
Chercheur en géographie sociale au Liser, Antoine Paccoud a été le premier à démontrer que seules 16.000 personnes possèdent 65% des terrains constructibles au Grand-Duché. En amont d'un nouvel échange à la Chambre sur l'immobilier, il évoque les possibilités pour faire évoluer la donne.

Car à en croire les élus de l'opposition, la vente de ces terrains permettrait de «mobiliser rapidement pour la construction des terrains situés en zone constructible». En d'autres termes, de répondre aux problèmes de logement de la capitale. Du moins, en partie.

Se référant au Liser, les trois partis estiment ainsi que 117 ha de terrain seraient immédiatement constructibles à Luxembourg-ville. Toutefois, l'augmentation de cette taxe ne toucherait qu'une infime partie des terrains en friche. La catégorie «B6» ne recouvre en effet que quelque 30 hectares se répartissant entre un peu moins de 500 propriétaires

«La place de l'Etoile n'est pas concernée», regrette notamment Guy Foetz (déi Lenk). La faute à la définition même de «terrain constructible», telle que rédigée dans la loi du logement de 2008. Pour l'élu, celle-ci est bien trop vague empêchant ainsi de toucher à certains terrains laissés en friche.


Luxtimes,Speculations prix immobilières,Illiustrationen Immobilienagenturen. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Quatre propositions pour répondre au manque de logement
Augmenter le crédit d’impôt, louer avec option d'achat ou encore un allègement fiscal sur la vente d'un terrain ou d'une habitation. Les députés se sont penchés sur différentes idées destinées à résoudre en partie l'épineuse question immobilière.

A l'échelle du pays, l'augmentation de la taxe foncière a toutefois déjà été utilisée pour répondre au manque de logement. A l'instar de Bettembourg, Echternach ou Hesperange, plusieurs communes du pays ont déjà fait la démarche. Dans la capitale, les élus DP se montrent en revanche plutôt hostiles à cette mesure. L'échevin Laurent Mosar (CSV) a d'ailleurs lancé une contre-proposition. Le conseiller communal en charge des finances propose ainsi l'introduction d'une taxe sur la spéculation.     

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Quatre propositions pour répondre au manque de logement
Augmenter le crédit d’impôt, louer avec option d'achat ou encore un allègement fiscal sur la vente d'un terrain ou d'une habitation. Les députés se sont penchés sur différentes idées destinées à résoudre en partie l'épineuse question immobilière.
Luxtimes,Speculations prix immobilières,Illiustrationen Immobilienagenturen. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
La taxe foncière vingt fois plus chère à Diekirch
Le deuxième plus grande ville du Nord veut agir fermement contre la spéculation sur le foncier qui plombe, en grande partie le pays. Le conseil communal a décidé, lundi soir, de multiplier par vingt le montant de la taxe foncière sur les terrains à bâtir laissés en friche.
A Diekirch, 42 terrains à bâtir sont actuellement laissés en friche.
La traque aux logements vides va s'intensifier
La taxe communale sur les logements inoccupés vit ses derniers mois. La prochaine réforme de l'impôt foncier dotera le pays de nouveaux moyens pour inciter les propriétaires à mettre leurs appartements inoccupés à disposition de locataires.
Le Pacte logement en pleine construction
Le ministre du Logement a exposé sa vision sur l'avenir à donner au développement de logements abordables au Luxembourg. Mais la majorité peine à trouver un accord sur les moyens de lutter contre la spéculation immobilière.
Illustration, cloche d'Or, Deloitte, Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort