Changer d'édition

Syprolux dit non à la gratuité des transports publics
Luxembourg 2 min. 25.11.2018 Cet article est archivé

Syprolux dit non à la gratuité des transports publics

Syprolux dit non à la gratuité des transports publics

Chris Karaba
Luxembourg 2 min. 25.11.2018 Cet article est archivé

Syprolux dit non à la gratuité des transports publics

Avec 64 candidats, Syprolux se présente aux élections sociales avec le slogan "Un pas vers l'avenir". Lors de son congrès ce week-end, le syndicat des cheminots a présenté ses candidats et son programme.

"Remballez votre transport gratuit: nous n'en voulons pas!" C'est avec ce message clair que le syndicat des chemins de fer FCPT / Syprolux s'est adressé aux partis politiques, toujours en négociations pour établir un programme de coalition.


Piquet de protestation à l’occasion de l’inauguration de trois nouvelles stations de tramway
Le Landesverband ne veut pas des transports gratuits
La FNCTTFEL réagit aux informations qui ont filtré des négociations de coalition en cours quant à l'éventuelle mise en place de la gratuité des transports publics. Pour l'association, c'est une mauvaise idée.

"Les transports en commun gratuits sonnent bien, mais c'est un cadeau empoisonné. Cela ne fera qu'entraîner une dévaluation de nos métiers", a déclaré Mylène Bianchy, présidente de Syprolux, vendredi soir lors de l'ouverture du congrès. La jeune femme estime que "ce qui ne coûte rien n'est pas respecté" et que si les usagers veulent un service de qualité, il doivent payer pour.

Nous ne participerons pas aux suppressions d'emplois


Milène Bianchy
Milène Bianchy
Pierre Matgé

Mais Bianchy a également exprimé son inquiétude face à une potentielle réduction des effectifs. En fin de compte, la gratuité des transports aurait également des conséquences négatives pour les client des trains et des bus, car la sécurité et la qualité du service en souffriraient. 

Focus sur les conditions de travail

La présidente de Syprolux, accompagnée du président de la FCPT, Paul Gries, a présenté les candidats et les principales revendications que le syndicat des chemins de fer FCPT / Syprolux entend porter lors des élections sociales de mars 2019.

Il y a 64 candidats avec une moyenne d'âge de 43 ans, dont 62,5% de nouveaux candidats et 11% de femmes. "E Schrëtt an d'Zukunft" (Un pas vers l'avenir) est le slogan choisi. Samedi, le congrès a adopté des résolutions.

Les exigences portent principalement sur les conditions de travail,  en particulier les horaires. "Écoutez-nous en tant que représentant du personnel car nous travaillons tous les jours dans l'entreprise et nous la connaissons", a déclaré Bianchy à la direction.

  • Pour ce qui est du bien-être du personnel, la FCPT / Syprolux demande la création d’une cantine et d’une crèche ouverte 24 heures sur 24, sept jours sur sept. De nombreux employés travaillent par paires et souvent en équipe.

  • Les représentants du personnel doivent être impliqués à tout moment en ce qui concerne les horaires de travail. La période de décalage pour les services sur appel doit être définie de manière urgente. Les cheminots devraient bénéficier d'un développement professionnel optimal et de perspectives d'avenir.

  • Il faut avant tout veiller, lors de la mise en œuvre de la réforme de la fonction publique, à ce que les anciennes carrières ne soient pas négligées.

  • Diverses branches de services souffrent de pénuries chroniques de personnel, en partie parce que la succession n'est pas envisagée à temps et qu’elle devrait prévaloir dans la dotation en personnel.

  • Cela nécessite une analyse approfondie de l'éducation et de la formation chez CFL. Des profils devront être définis, qui seront nécessaires dans le futur, puis formés en conséquence. La refonte d'un "Léierbuud" permettrait de remédier à la situation. 

  • FCPT / Syprolux s'oppose fermement à la gratuité des transports publics, la qualité et la sécurité ne sont possibles que grâce à un personnel motivé et bien formé, qui a un prix.

Par Annette Welsch (trad. ChB)