Changer d'édition

SREL: il y a prescription pour Marco Mille

SREL: il y a prescription pour Marco Mille

Photo: Serge Waldbillig
Luxembourg 18.02.2013

SREL: il y a prescription pour Marco Mille

L'ancien directeur du SREL Marco Mille, qui a dirigé les services secrets luxembourgeois de 2003 à 2010, ne sera pas inquiété, l'affaire étant prescrite.

(ChL - DN) - Le président de la commission parlementaire de contrôle du SREL, François Bausch, confirme que M. Mille ne sera pas inquiété par le parquet dans le cadre des écoutes illégales du Premier ministre, Jean-Claude Juncker.

Le délai de prescription a été dépassé d'un mois. Le parquet aurait dû être prévenu endéans les trois mois selon l'ancienne loi, donc début 2009.

En novembre dernier, Jean-Claude Juncker avait reconnu qu'il avait été enregistré à son insu en 2008 par le responsable de ses propres services secrets. Marco Mille a enregistré cet entretien à l'aide d'une simple montre bracelet.

Mardi, un ancien collaborateur du SREL, André Kemmer, doit être entendu par la commission d'enquête. Marco Mille, même s'il ne sera pas poursuivi en justice, pourrait lui aussi être une nouvelle fois interrogé par cette commission. Cette dernière doit en décider mardi. «Nous allons enfin pouvoir évoquer cette histoire d'écoute», indique François Bausch, chose jusqu'ici impossible vu l'enquête judiciaire qui était encore en cours.


Sur le même sujet

Le Service de renseignement de l'Etat sous les feux de la rampe
Depuis quelque temps, le Service de renseignement de l'Etat (SREL) est sous le feu des projecteurs avec cette affaire d'enregistrement non-autorisé d'une conversation entre le Premier ministre Jean-Claude Juncker et Marco Mille, ancien directeur du SREL. Un document qui a fait surface quatre ans après avoir été enregistré. Retrouvez ici tous nos articles par rapport à ce sujet.
Marco Mille: Le Premier ministre "avait bien envie de me virer"
Jean-Claude Juncker "m'a dit: j'ai bien envie de te virer!" a raconté Marco Mille devant la commission d'enquête parlementaire mardi à la Chambre des députés. L'ancien directeur du SREL a qualifié les services secrets de "black box". L'audition s'est déroulée à huis clos, dans un second temps.