Changer d'édition

Sous les masques, une belle action
Luxembourg 11 2 min. 10.06.2020

Sous les masques, une belle action

Isabelle Malena a vite su entraîner l'ATP dans la production de masques en tissus bio. Les artistes ont suivi.

Sous les masques, une belle action

Isabelle Malena a vite su entraîner l'ATP dans la production de masques en tissus bio. Les artistes ont suivi.
Photo : DR
Luxembourg 11 2 min. 10.06.2020

Sous les masques, une belle action

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le collectif Lux Artists United a confié aux Ateliers thérapeutiques protégés (ATP) la confection de masques en série limitée. Des pièces uniques vendues au profit de la sensibilisation à la maladie mentale.

C'est parti de l'idée d'une collègue... Cela n'a plus arrêté depuis. Maître-couturière aux Ateliers thérapeutiques protégés (ATP) du Luxembourg, Isabelle Malena avait juste suggéré : «Et si on produisait des masques?» Mars 2020 débutait, le covid-19 était redouté comme jamais et les machines à coudre installées sur les quatre sites de l'asbl ne demandaient qu'à se rendre utiles. «Depuis, on a dû produire plus de 5.000 protections en tissus 100% bio», sourit Sandrine Bem, directrice d'ATP.

Pour la structure dédiée à la prise en charge de personnes à besoins spécifiques, la performance était belle. D'autant qu'elle avait bouleversé le quotidien des ateliers plus habitués à travailler pour des retouches vestimentaires ou la confection de vêtements sur mesure. Mais équipes et patients à troubles mentaux ont su se mobiliser autour du projet. Résultat, entre les premières pièces offertes aux collègues, amis, voisins, puis les demandes de fabrication sollicitées par des entreprises, l'ATP a dû se mettre en bon ordre de marche pour assurer la production. Je crois que tout le monde était fier de participer à cet effort d'utilité publique.

Et Sumo est arrivé. Enfin, avant que le créateur luxembourgeois n'entre en scène, c'est Lux Artists United qui s'est rapproché des ateliers, via Docler Holding. L'idée étant cette fois de produire des pièces en édition limitée et portant la griffe d'un graphiste, peintre, illustrateur du pays. «C'était surprenant comme idée, mais comme tout était surprenant dans cette période, on s'est lancé.» Découpe des tissus, couture des formes et élastiques, conception par ordinateur et sérigraphie des tissus : les premiers modèles "Tousse ensemble" sortaient. En 25 pièces seulement, comme décidé.

Au profit de "1 sur 4"

De l'art, de l'utile. Le handicap au service de la santé et de la beauté. L'histoire aurait pu s'arrêter là, elle était déjà belle. Mais d'autres artistes ont voulu participer au projet. Jacques Schneider, Soner, Sabino Parente, Martine Theisen, Carlos Costa, Mik, Omniscientbeing, Amarylis Hibon, Madeleine Putz, ALEC, Sabino, Brandy... Chacun offrant une illustration pour créer un masque inédit. « Ils ont aussi été sensibles à l'action menée via "1 sur 4", note la directrice d'ATP. Car chaque masque est vendu 25 euros au profit de cette initiative visant à sensibiliser autour de la maladie mentale et à assurer l'intégration des personnes atteintes comme la formation d'encadrants.» 


Et le masque devint «so fashion»
Le duo à la tête de l'atelier de mode vol(t)age a créé toute une collection de masques chic. Un accessoire inattendu au milieu de la collection 2020.

De l'art, de l'utile et une bonne action : que demander de plus? «Un peu de patience...» , réclame Sandrine Bem. Car les clients sont trop pressés désormais d'acquérir ces œuvres d'art sérigraphiées en édition rare. «Le site de vente en ligne a été dévalisé, et c'est tant mieux!» Mais les doigts de fée de la quinzaine de malades acteurs du projet, des professionnels les entourant et de bénévoles mobilisés sont en action. La cause est trop belle, les masques sont trop beaux pour que la B.A. ne se poursuive pas.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le «buff» sème le doute
Les foulards en tissu distribués aux élèves des lycées la semaine dernière ne font pas l'unanimité. La société qui les produit a d'ailleurs rappelé qu'il ne s'agit pas de dispositifs médicaux contre le virus. Car il existe des critères à prendre en compte pour se protéger efficacement.
Lokales,  Schule, Erneuter,  Fieldgen, Schüler, Schülkinder, Coronavirus, Covid-19, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le CHL a retrouvé le sourire (et ça se voit)
Une infirmière du Centre hospitalier de Luxembourg a développé des masques-sourires. Une jolie façon de renforcer la communication non verbale dans l'hôpital et donner aux patients un sentiment positif même pendant cette période délicate.
Lokales,Smiling masks/CHL Onkologie-ITV Laura Silva. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort