Changer d'édition

69% des Luxembourgeois favorables aux radars
Luxembourg 6 min. 25.05.2016 Cet article est archivé
Sondage PolitMonitor

69% des Luxembourgeois favorables aux radars

Luxembourg 6 min. 25.05.2016 Cet article est archivé
Sondage PolitMonitor

69% des Luxembourgeois favorables aux radars

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
On aurait pu s'attendre à ce que les Luxembourgeois pestent contre les radars et c'est tout le contraire: 69% des sondés du PolitMonitor sont favorables à cette mesure de sécurité routière récemment introduite sur les routes du pays.

Par Virginie Orlandi

On aurait pu s'attendre à ce que les Luxembourgeois pestent contre les radars et c'est tout le contraire: 69% des sondés du PolitMonitor sont favorables à cette mesure de sécurité routière récemment introduite sur les routes du pays.

Après l'avis de la population sur l'actuelle coalition et sur les hommes politiques du pays, ce troisième volet du PolitMonitor du Luxemburger Wort et RTL porte sur trois questions différentes: les radars fixes, la réforme de la loi sur la nationalité et les réfugiés.

L'année 2016 a vu les radars fixes et mobiles prendre leurs quartiers à travers le Luxembourg: une première pour le pays qui n'en avait jamais eu jusque-là. Depuis mars, les radars fixes fleurissent le long des routes et flashent à tout-va.

Deux jours après leur installation, c'était l'hécatombe puisque le bilan officiel s'élevait à 3.750 conducteurs flashés en 24 heures, soit une moyenne de 78 automobilistes toutes les heures. Une note salée pour les automobilistes luxembourgeois qui représentent 70,3% des voitures pénalisées.

On aurait pu s'attendre à un mécontentement de la part de la population mais ce n'est pas ce qui ressort de ce nouveau volet du sondage.

Les sondés ne sont que 27% à estimer que l'installation de radars fixes sur les routes luxembourgeoises est une "mauvaise chose" voire une "très mauvaise chose". La grande majorité (69%) se prononçant en faveur de cette nouvelle mesure de protection des usagers de la route.

Tant les résidents luxembourgeois (69%) que les résidents étrangers (68%) sont favorables à l'installation de ces radars fixes ainsi que les personnes ayant 65 ans (78%) et plus et/ou ayant un niveau d'études entre Bac+2 et Bac+4 (entre 69 et 79%).

La popularité des radars n'est plus à démontrer: 65% des sondés déclarent avoir dans leurs connaissances une personne flashée pour excès de vitesse.

La loi sur la nationalité

La nouvelle loi sur la nationalité entrera en vigueur au 1er janvier 2017 et introduit au Luxembourg la notion de droit du sol qui correspond à l'attribution automatique de la nationalité luxembourgeoise à une personne ayant 18 ans et qui est née au Luxembourg.

  • Electeurs (73%) et étrangers (81%) sont très largement favorables à l'idée d'accorder automatiquement la nationalité luxembourgeoise aux enfants qui naissent et grandissent au Luxembourg. Une opinion qui ne cesse de croître puisque lors du PolitMonitor de novembre 2015, 64% des électeurs et étrangers 77% y étaient favorables. 
  • Comme en novembre, la question de la réduction de la durée de résidence de 5 à 7 ans a été posée aux sondés et celle-ci a recueilli 53% d'opinions favorables chez les électeurs luxembourgeois et 66% chez les résidents étrangers. On note une légère baisse du côté des électeurs luxembourgeois qui approuvaient la nouvelle mesure à 55% en novembre dernier et une petite augmentation du côté des résidents étrangers qui étaient alors 62% à y être favorables.
  • Les exigences de niveau de connaissance de la langue luxembourgeoise restent inchangées et dans la nouvelle loi, l'examen portera avant tout sur la langue orale (niveau A2 pour l'expression et B1 pour la compréhension). Et si en novembre, 70% des électeurs étaient contre une simplification du test, ils ne sont plus que 50% aujourd'hui à le penser. Du côté des résidents étrangers, on note une augmentation puisque 65% contre 58% en novembre, y sont aujourd'hui favorables.

La question des réfugiés

Lors de son discours sur l'état de la nation, Xavier Bettel déclarait "qu'il ne fallait pas sous-estimer l'ampleur, ni l'impact de la crise des réfugiés sur notre pays et l'Europe. Le défi qu'elle représente est énorme".

Depuis la vague d'arrivée de réfugiés en novembre, 3.300 demandeurs de protection internationale ont été pris en charge dans l'une des 80 structures d'accueil que compte le Luxembourg. 

De manière générale, la population luxembourgeoise estime que le pays en "fait assez" pour les réfugiés (59%). Une opinion qui n'a pas vraiment varié depuis novembre 2015 puisqu'ils étaient 60% à penser déjà la même chose.

Cependant, l'opinion publique va croissante quand elle est sondée sur le fait que la pays aurait accueilli suffisamment de réfugiés et ne devrait plus en recevoir, passant de 25% en octobre 2015 à 33% en mai 2016 en passant par 31% en novembre 2015.

Petite différence d'opinion au sein de l'ensemble de la population: 48% des électeurs pensent que le pays devrait continuer à accueillir des réfugiés alors que chez les résidents étrangers, on est plus mitigé: 30% le pensent également.

D'ailleurs, 18% des résidents étrangers sont d'avis que le Luxembourg a déjà accueilli trop de réfugiés alors que les électeurs luxembourgeois sont plus modérés: 10% le déclarent cependant.

Fiche technique - PolitMonitor printemps 2016

  • population étudiée: population électorale du Luxembourg (luxembourgeois à partir de 18 ans) et résidents étrangers à partir de 18 ans
  • échantillon représentatif selon l’âge, le sexe, le type d’activité, la région et la nationalité pondération des données brutes selon les variables sexe, âge, région,nationalité actif/non-actif
  • taille d’échantillon: 1.024 personnes à partir de 18 ans
  • composition de l’échantillon
  • 1.024 résidents à partir de 18 ans
  • 336 personnes de circonscription électorale centre, 339 personnes de la circonscription électorale sud
  • 194 personnes de la circonscription électorale nord et 155 personnes de la circonscription est
  • période d’enquête du 11 au 18 mais 2016
  • méthode: sondage internet (67%, n = 683) et téléphonique (33%, n = 341), pondération par âge, sexe, région, nationalité et activité professionnelle
  • droits d’auteurs; réservés conjointement à TNS IlReS, à RTL et au Luxemburger Wort
  • sondage réalisé par TNS ILReS (ILReS S.A.) 46, rue du Cimetière, L-1338 Luxembourg
  • pour le compte de (acheteurs) RTL et Luxemburger Wort

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Depuis les modifications apportées à la loi sur la nationalité, se cache parfois derrière la nationalité luxembourgeoise une autre nationalité. Comment penser dans ce cas la cohésion sociale et l'intégration? Quel est l'impact de l'article 89 sur les nouvelles acquisitions de nationalité?
Si 76% étaient favorables à l'accueil des réfugiés dans un sondage réalisé fin octobre, 47% de la population estiment aujourd'hui que le pays doit continuer à les accueillir sur le sol luxembourgeois.
L'accueil d'urgence des réfugiés mis en place à Luxexpo.
Alors que l'avant-projet de loi sur la nationalité luxembourgeoise est dans les tuyaux, le nouveau PolitMonitor révèle ce mardi que la population est favorable aux propositions du gouvernement liées au droit du sol et à la domiciliation. Mais l'idée d'acquérir la nationalité via le mariage (ou pacs) et de simplifier le test de langue, divisent clairement électeurs et étrangers.
Obtenir la nationalité luxembourgeoise afin de participer au débat démocratique? Depuis les résultats du référendum, certains de vous se posent la question. La loi, les chiffres, les démarches: on vous dit tout sur l'obtention de la nationalité luxembourgeoise.
Pour obtenir la double nationalité, il faut d'abord s'assurer que son pays d'origine admet son principe car ce n'est pas le cas pour tous les pays de l'Europe.
48% des résidents luxembourgeois sont pour l'attribution du droit de vote aux étrangers, tandis que 44% sont contre. Et la moitié des électeurs luxembourgeois interrogés ne trouvent pas correct que la question de la séparation de l'Eglise et de l'Etat soit éliminée du référendum. Voilà ce qui ressort du dernier sondage TNS-Ilres commandé par le Luxemburger Wort et RTL en vue du référendum du 7 juin 2015.