Changer d'édition

Le congé pour raisons familiales «covid» gagne du temps
Luxembourg 3 min. 15.09.2021
Social

Le congé pour raisons familiales «covid» gagne du temps

Un seul parent à la fois peut prétendre à bénéficier du congé pour raisons familiales "covid".
Social

Le congé pour raisons familiales «covid» gagne du temps

Un seul parent à la fois peut prétendre à bénéficier du congé pour raisons familiales "covid".
Luxembourg 3 min. 15.09.2021
Social

Le congé pour raisons familiales «covid» gagne du temps

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La loi covid, votée mardi, prolonge la possibilité pour un parent à se mettre en retrait de son travail afin de prendre soin de son enfant infecté ou en quarantaine sans perdre de jours à son crédit de «congé pour raison familiale».

Pour le congé pour raisons familiales (CRF), il y a un avant et un après-covid. Avant, pour la Caisse nationale de santé, l'affaire était entendue. Les parents pouvaient bénéficier d'un quota de jours, sans perte de revenu, pour veiller sur leur enfant en cas de problème de santé. Douze jours pour un 0-4 ans, 18 jours pour un 4-12 ans, 13 jours pour les 13-18 ans. Sauf qu'évidemment dès la première fermeture de l'ensemble des écoles et lycées face au covid, en mars 2020, il est vite apparu que le système ne pourrait tenir bien longtemps.


Pas de nouvelle avancée sur les allocations familiales
Alors que le CSV espérait réévaluer ces aides de façon rétroactive et les augmenter dès le troisième enfant, la commission de la Famille a écarté ces propositions. Ce qui risque de pénaliser «les plus démunis» selon Marc Spautz, auteur de la proposition.

D'où l'instauration d'une tolérance, dès le printemps 2020,  appliquée au cas des jeunes scolarisés dont les familles doivent prendre soin, soit en cas de contamination, soit lors d'une mise en quarantaine à domicile comme cas contact. Au gré des vagues infectieuses, des fermetures de classes et des vagues de contamination, la mesure a été plus qu'utilisée. Et ce 14 septembre, à nouveau, gouvernement et députés ont décidé de prolonger l'application du CRF dit «élargi» via la nouvelle loi covid. Texte applicable jusqu'à mi-octobre.

Si le dispositif devrait arranger bien des foyers, il pèse aussi sur le budget de la Caisse nationale de santé. Donc par ricochet sur les finances de l'Etat qui a décidé de prendre à sa charge le coût de cette dérogation exceptionnelle.

Ainsi, de janvier à août 2021, la CNS aura dû rembourser aux employeurs quelque 278 millions d'euros (en huit mois donc), indiquent les services du ministre de la Sécurité sociale. Somme que les entreprises avaient engagée afin d'assurer à 100% le salaire de leur employé en congé pour raisons familiales covid.

C'est que le virus circulant toujours, les cas d'infection de garçons et filles de moins de 18 ans, ne  pouvant rester seuls à la maison, ne cessent d'augmenter. Et la courbe des jours de CRF élargi accordés suit celle de la progression du covid dans les crèches ou les classes du pays en réalité. Avec parfois des pics significatifs, comme en février-mars-avril de cette année où pas moins de 44.500 demandes de congés covid ont été validées. Soit quelque 185.000 journées de travail à rembourser pour la Caisse nationale sur ce seul trimestre...

Xavier Bettel avait promis une gestion de la crise «coûte que coûte» en voici un bon exemple donc. Mais pas question pour l'heure de rogner sur cette possibilité accordée aux familles pour lesquelles, déjà l'an dernier, la CNS reconnaissait avoir accordé près de 588 millions d'euros. Somme répartie entre le congé pour raisons familiales et le congé pour soutien familial lui aussi révisé dans le cadre de la pandémie.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors que le CSV espérait réévaluer ces aides de façon rétroactive et les augmenter dès le troisième enfant, la commission de la Famille a écarté ces propositions. Ce qui risque de pénaliser «les plus démunis» selon Marc Spautz, auteur de la proposition.
L'Education nationale entend faire un emploi plus intensif des tests de dépistage rapide. Et c'est encore le modèle avec prélèvement nasal qui sera proposé pour ces premières semaines de cours.
ARCHIV - 19.04.2021, Nordrhein-Westfalen, Köln: Eine Schülerin macht vor Unterrichtsbeginn in der Katharina Henoth-Gesamtschule einen Corona-Antigen-Schnelltest. Köln plant einen Modellversuch, bei dem nur noch positiv getestete Schüler in Quarantäne sollen.          (zu dpa «Modellversuch in Köln geplant: Quarantäne nur für infizierte Schüler») Foto: Marius Becker/dpa - ACHTUNG: Name auf Formular gepixelt +++ dpa-Bildfunk +++
C'en est fini du port d'une protection buccale obligatoire en cours à partir du 15 septembre. Cependant, si le virus revient à circuler en classe, les élèves devront ressortir leur masque pour suivre l'enseignement.
Children attending Gounod-Lavoisier school return to school on September 2, 2021, on the first day of the French school year. - Lille's 12,500 schoolchildren will benefit from free school supplies, financed by the city. (Photo by DENIS CHARLET / AFP)
Les dossiers thématiques accessibles, gratuitement, sur la plateforme schouldoheem.lu connaissent un succès inattendu. Le ministère de l'Education luxembourgeois a déjà enregistré plus de 36.000 visites sur le site.
Près de 1.000 coups de fil ont été passés au centre belge en 2020, soit une hausse de près de 20% en douze mois. Une progression qui trouve une partie de son explication dans la progression du covid... et l'attention portée au ménage dans les foyers luxembourgeois.
Pour garantir l'égalité entre parents séparés, certains experts veulent systématiser le principe de garde une semaine sur deux. Un moyen de permettre une meilleure répartition des allocations familiales et d'assurer le lien entre les enfants et leurs deux géniteurs.