Changer d'édition

«Si vous avez une solution miracle...»
Luxembourg 6 min. 27.10.2020

«Si vous avez une solution miracle...»

«On ne peut plus se permettre une attente; il faut prendre des mesures plus drastiques», est désormais convaincue Paulette Lenert.

«Si vous avez une solution miracle...»

«On ne peut plus se permettre une attente; il faut prendre des mesures plus drastiques», est désormais convaincue Paulette Lenert.
Photo : Chris Karaba
Luxembourg 6 min. 27.10.2020

«Si vous avez une solution miracle...»

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Lassée des critiques, la ministre de la Santé a refait un point sur les dispositifs devant atténuer la flambée des contaminations. «Des mesures très restrictives», admet Paulette Lenert.

En juillet déjà, Paulette Lenert reconnaissait : «Tout ne se passe pas comme prévu». Il n'était alors question que d'un léger rebond des infections. Aujourd'hui, alors que les compteurs s'affolent et que le pays bat des records de contamination au covid-19 (jusqu'à 862 cas en 24 heures), la ministre de la Santé doit aussi faire face à une déferlante de critiques sur son (in)action de ces dernières semaines. Lundi soir, en conférence de presse, celle qui avait su faire face à la première vague reconnaissait donc une certaine lassitude : «Si vous avez une solution miracle, venez me trouver. Ce n'est pas facile!»

Un aveu de faiblesse que chacun lui pardonnera. Après tout, qui voudrait du job de ministre de la Santé dans ces conditions? Paulette Lenert assume le rôle depuis sept mois, sans broncher. Hier, elle a de nouveau fait face. Expliquant pourquoi à la vue de certains indicateurs il était paru bon au gouvernement de ne pas s'alarmer voilà une dizaine de jours. Un attentisme qui semble surréaliste aujourd'hui, mais qui faisait sens alors, argumente-t-elle encore.


Lok , Coronavirus , Sars-CoV-2 , Covid-19, Xavier Bettel und Paulette Lenert besuchen Hopital Kirchberg , Hopitaux Robert Schuman , Wartesaal Urgence , Distanz , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Entre les lignes du changement de cap sanitaire
Inquiétudes pour les seniors, fragilité des effectifs hospitaliers et présence massive du virus dans les eaux usées: voilà certains des indicateurs qui ont poussé le gouvernement à changer son fusil d'épaule dans la traque au covid.

Maintenant, l'urgence est à la gestion de la crise sanitaire. Au paquet de mesures déjà annoncées vendredi auprès du Premier ministre, la socialiste a ajouté quelques dispositifs. A commencer par l'accès désormais limité dans les grandes surfaces, «là où des milliers de gens se croisent». Pas plus d'un client pour 10 m2, exclusivement dans les magasins de plus de 400 m2. 

Pour le couvre-feu, qui devrait entrer en vigueur avant le weekend, rien de bien neuf. Toujours de 23h à 6h chaque jour de la semaine et jusque fin novembre. «Bien sûr, nous n'avons pas de preuve qu'il y a plus d'infections le soir. Mais l'on sait que la boisson encourage les comportements plus légers.» Et même si elle concède que ce couvre-feu peut sembler «un pas difficile», l'ancienne avocate signale aussi que «c'est là un petit prix à payer».

A l'avenir, la «normalité aussi grande possible» se traduira aussi par des rassemblements limités. Avec un chiffre d'or à retenir : quatre. Pas plus de quatre invités à la maison, pas plus de quatre convives à la même table de restaurant, pas plus de quatre sportifs proches pour un entrainement, etc. «Au-delà, c'est masque obligatoire pour tout le monde, martèle la ministre, quelle que soit la nature du rassemblement (privé, public, dehors ou dedans)».

Gare à l'avertissement taxé

Quitte à limiter les interactions, les regroupements de plus de 100 personnes doivent désormais se faire avec chacun assis à sa place et masque sur le visage. Sans oublier la déclaration au préalable de l'événement auprès de la direction de la Santé pour établir le protocole sanitaire de la réunion, manifestation publique et autres banquets.

Et gare aux petits malins qui voudraient enfreindre telle ou telle consigne sanitaire exigée, le plafond des amendes a été relevé. «L'avertissement taxé minimum, pour une personne physique passera de 25 à 100€ et pourra aller jusqu'à 500€.» Plus encore si le fautif est l'organisateur ou le patron du lieu où des infractions sont constatées.

L'urgence est également de trouver des personnels supplémentaires. D'abord pour les écoles impactées par l'épidémie. Mais si, en raison des cas d'infection ou des personnes mises en quarantaine, le ministre de l'Education peine déjà à trouver les effectifs pour faire cours ''normalement", le récent classement des femmes enceintes comme personnes vulnérables contraint Claude Meisch (DP) à recruter 200 nouveaux enseignants pour remplacer les futures mamans. Compliqué. 

De son côté, Paulette Lenert doit trouver de quoi renforcer les équipes de soignants, elles aussi décimées en ce moment par des foyers d'infection ou des mises en retrait pour briser toute chaîne de contamination. D'où cet appel lancé dans toute la fonction publique pour trouver des volontaires capables d'assurer, à l'hôpital, des missions de soutien. Une réserve sanitaire notamment là pour accomplir des taches administratives. Il est même question de légiférer plus avant sur la possibilité de prêt de main-d'oeuvre pour pallier les manques qui pourraient, s'ils ne sont pas résorbés, vite bloquer la prise en charge de tous les malades, covid et autres.


Un pic à 1.400 infections attendu pour la mi-novembre
Les prévisions des experts du Research Luxembourg, présentées lundi, ne font pas état d'une amélioration de la situation sanitaire dans les prochains jours. La hausse observée devrait se poursuivre...

Ce prêt de main-d'oeuvre avait déjà été testé entre sociétés, sous le nom de Jobswitch au printemps (afin d'éviter certains recours au chômage partiel), cette fois il est question d'en étendre l'usage en direction des services publics de santé mis à mal par l'infection. «Déjà, nous pourrons compter sur des personnels de Luxair pour venir seconder les équipes en charge du tracing des cas contacts», a annoncé Paulette Lenert. Des salariés bienvenus car le dispositif de tracing était littéralement noyé sous la masse de travail

Autant de points (et d'autres encore) qui font maintenant l'objet d'amendements soumis à l'avis du Conseil d'Etat. «Dans le meilleur des cas, nous pourrions adopter le rapport de Commission mercredi matin, puis discuter et adopter les amendements gouvernementaux mercredi après-midi en séance plénière» assure le président de la commission de la Santé, le député LSAP Mars Di Bartolomeo. Si tout va comme prévu...

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Cinq nouveaux décès du covid-19 à déplorer
Le nombre de victimes du virus continue de grandir au Luxembourg, puisque la direction de la Santé fait état officiellement de 288 morts. Les nouvelles infections en 24 heures restent, elles, à un niveau élevé, avec 616 cas.
François Bausch se place en quarantaine
Le ministre de la Mobilité (Déi Gréng) a volontairement décidé de se mettre en retrait de ses fonctions publiques. L'écologiste ayant été en contact avec un proche testé positif au convid-19.
Lokales, Mamer Baustelle, Priorisation Bus Nationale 6, Tossebierg, François Bausch, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le «plan blanc» activé dans les hôpitaux du Grand Est
L'Agence Régionale de Santé du Grand Est indique, lundi, avoir demandé à tous les établissements de santé à se tenir prêts à augmenter leur nombre de lits en réanimation et leurs effectifs humains pour «anticiper et faire face» au rebond épidémique.
TOPSHOT - A patient is hospitalised at a level intensive care unit for patients infected with Covid-19 (novel coronavirus) at the University Hospital of Strasbourg (HUS) in Strasbourg, eastern France on October 22, 2020. (Photo by FREDERICK FLORIN / AFP)
Un Centre de consultation covid ouvre au Kirchberg
C'est une première : le ministère de la Santé a annoncé, lundi, la mise en service d'un premier centre de consultation pour toute personne présentant des signes d'infection. Un second pourrait suivre au sud du pays.
09.10.2020, Sachsen, Dresden: Ein Arzt der Kassenärztlichen Vereinigung Sachsen macht in der Corona-Teststation für Urlaubsrückkehrer am Flughafen Dresden International einen Coronavirus-Test. Foto: Robert Michael/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'école n'échappe pas à la hausse des infections
Avec plus de 370 contaminations entre le 17 et le 23 octobre, les cas en milieu scolaire sont en forte augmentation. Par contre, aucune nouvelle chaîne d'infections n'a été constatée selon le ministère de l'Education.
26.10.2020, Nordrhein-Westfalen, Gütersloh: Ein Schulranzen steht auf dem Boden in einem Klassenraum in der Freiherr-vom-Stein-Realschule in Gütersloh. Ein wichtiges Element in den Hygienekonzepten der Schulen zum Schutz vor Corona ist das intensive Lüften der Klassenräume. Viele Schüler und Eltern fürchten, dass es in den kommenden Wochen und Monaten in den Klassenräumen kalt werden könnte. Alle 20 Minuten Stoßlüften lautet die Vorgabe vom Schulministerium. Eine Maßnahme, die dafür sorgen soll, dass die Aerosol-Konzentration und damit das Corona-Risiko nicht zu stark ansteigen. Foto: Guido Kirchner/dpa +++ dpa-Bildfunk +++