Changer d'édition

Si Martine Hansen prenait les rênes politiques
Luxembourg 5 min. 10.08.2020

Si Martine Hansen prenait les rênes politiques

Martine Hansen ne s'explique pas la baisse de popularité du CSV, alors même que le parti multiplie les propositions alternatives à celles du gouvernement.

Si Martine Hansen prenait les rênes politiques

Martine Hansen ne s'explique pas la baisse de popularité du CSV, alors même que le parti multiplie les propositions alternatives à celles du gouvernement.
Photo : Gerry Huberty
Luxembourg 5 min. 10.08.2020

Si Martine Hansen prenait les rênes politiques

Dans l'opposition, ça tire à hue et à dia du côté du CSV. Le parti chrétien-social a plusieurs meneurs qui ne semblent pas toujours vouloir aller dans le même sens. A la tête de la fraction à la Chambre, Martine Hansen poursuit sa route au petit trot.

(pj avec Marc HOSCHEID) Le temps d'une halte à Munshausen, au centre touristique Robbesscheier, Martine Hansen (CSV) oublie un peu la politique. Jamais bien longtemps, même le temps d'une promenade en calèche. Il est vrai qu'à 54 ans, la native de Wiltz fait partie des figures et des voix qui comptent dans l'opposition. Surtout depuis que l'ancienne ministre de l'Education (huit mois en 2013) a succédé à Claude Wieseler, fin 2018, à la tête de la fraction CSV. 

Un parti dont la population peine visiblement à percevoir le positionnement ces derniers temps. Et, au dernier Politmonitor, ce flou s'est traduit par une baisse de popularité. «Nous avons pourtant des alternatives. L'an dernier, le parti a présenté un paquet de mesures en lien avec la famille; cette année sur le logement et, à l'automne, il y en aura d'autres sur le thème de la santé. Est-ce que nous faisons une mauvaise publicité à ces propositions? Sont-elles fausses ou portent-elles sur les mauvais sujets ? Je ne crois pas.».


Politik, CSV Bilan parlementaire, Martine Hansen, Gilles Roth, Léon Gloden, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le CSV siffle la fin de l'union nationale
Le principal parti de l'opposition regrette l'attitude du gouvernement mais surtout l'absence de dialogue durant la crise du covid-19. «Le travail constructif de l'opposition n'est pas souhaité par la majorité», déplore la cheffe de groupe Martine Hansen.

Sans doute la cacophonie dans le parti pourrait-elle être à l'origine de cette incompréhension. Ainsi, sur la question de savoir s'il faut des contrôles dans la sphère privée pour voir si les mesures sanitaires sont respectées, impossible d'avoir un avis unique dans la formation politique d'opposition.

D'un côté, le président du parti Frank Engel plaide en faveur de ces vérifications. De l'autre, Claude Wiseler rejette strictement l'idée et le dit haut et fort à la Chambre. Voilà qui fait désordre. «Nous en avons discuté lors d'une réunion de fraction, en présence de notre chef de parti, indique Martine Hansen. Nous avons convenu que nous ne voulions pas que la police puisse simplement entrer dans les salons ou les chambres des gens».

Un mix dans la mobilité

Certes, mais qu'en est-il alors sur le couvre-feu imposé aux bars et restaurants? Car là encore, des dissonances se font entendre au sein même du CSV. Quand Franck Engel veut avancer la fermeture de minuit à 22h, Martine Hansen rejette l'idée. «Si je suis les règles dans un café, ce n'est pas plus dangereux entre 22h et minuit qu'entre 20h et 22h», commente l'intéressée. Pas faux, mais alors qu'en dit le parti, tout le parti?

A revenir sur le terrain des idées et des propositions, Martine Hansen part au galop. Comme quand elle évoque ce besoin d'augmenter la capacité des transports publics, particulièrement en créant une deuxième voie ferrée en direction du nord. A l'heure où la gare d'Ettelbruck doit être repensée, pourquoi ne pas en profiter pour augmenter le réseau, et donc le trafic.


Politik, Ankündigungen von Bettel bezüglich Corona, Covid-19, Chambre, Cercle cité, Foto: Lex Kleren/ Luxemburger Wort
L'opposition dégaine encore timidement
Anesthésiés durant l'état de crise, les partis minoritaires ont semblé retrouver un peu de tonus à l'occasion des derniers débats parlementaires. Mais l'opposition ne ressort pas indemne de ces trois mois d'état de crise, et pas forcément en grande forme pour ce qui concerne le CSV.

Néanmoins, la parlementaire reste persuadée que la voiture conservera sa place, notamment dans les zones rurales. Cela même si elle se dit en faveur d'un mélange des mobilités. Car outre les voitures électriques et à hydrogène, Martine Hansen estime que les moteurs à combustion plus respectueux de l'environnement ont encore toute leur place dans le paysage luxembourgeois : «Nous ne pouvons pas nous en passer complètement». 

La N7 à quatre voies

Cependant, la patronne des députés CSV souhaite que le pays rattrape le retard dans le domaine de l'électromobilité. Cela passe aussi bien par un coup d'accélérateur sur l'implantation du réseau de bornes de rechargement, qu'un coup d'arrêt au travail des enfants qui, en Afrique, extraient le cobalt nécessaire à la fabrication des batteries. «La mobilité électrique doit devenir plus durable, et nous ne pouvons pas dire que ce qui se passe dans le reste du monde ne nous importe pas».  

Au passage, Martine Hansen assène un coup de sabot à ceux qui feraient reposer le changement des habitudes de mobilité sur l'augmentation des accises sur l'essence et le diesel. Le gouvernement Bettel et ses ministres écologistes en tête donc. «On ne peut pas commencer à punir les gens qui n'ont pas de voiture électrique alors qu'il n'y a pas encore d'alternative au moteur classique pour eux.» 


Dem bisherigen Testverfahren wurde oftmals vorgeworfen, es sei unrealistisch.
La nouvelle taxe CO2 entrera en vigueur en 2021
Dès le 1er janvier prochain, l'introduction de la norme WLTP sera effective avec pour conséquence une augmentation des accises pour les futurs détenteurs de voitures neuves.

Martine Hansen considère également que les zones rurales, en particulier le nord du Grand-Duché, sont désavantagées côté déplacement. Cela s'applique aux transports publics comme privés. D'ailleurs, où en est l'élargissement de la N7? «Le CSV est favorable au passage à quatre voies.» Où en est le contournement de Hosingen annoncé pour le printemps 2020 par le ministre des transports François Bausch et son secrétaire d'État de l'époque Claude Turmes (tous deux Déi Gréng)? Et si le projet se heurte en raison d'expropriations de privés, l'élue plaide pour un dédommagement équitable : «L'État possède maintenant beaucoup de terres, donc beaucoup peuvent être échangées, car il n'est pas facile pour une ferme de perdre dix hectares d'un coup.» 

Pour les vélos, Martine Hansen fait le distinguo entre l'usage récréatif du week-end et le besoin de créer des réseaux pour le quotidien des salariés qui souhaitent se déplacer à bicyclette. Aussi, appelle-t-elle autant à l'extension du réseau de pistes cyclables qu'à la création de parkings d'accueil autour de la capitale. Et afin d'accélérer la construction de pistes cyclables, les procédures devraient être simplifiées. Mais de s'interroger sur la réalisation même des nouvelles pistes vélo : des «versions de luxe» sont-elles toujours nécessaires? Vu sa question, on connaît déjà sa réponse...

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La nouvelle loi fondamentale en bonne voie
Le président de la Commission constitutionnelle, Mars Di Bartolomeo (LSAP), parle du défi que représente la révision de l'ancienne loi fondamentale et son adaptation à la réalité. Y compris dans le rôle laissé au Grand-Duc comme chef de l'Etat.
Politik, LSAP, Verfassung, Mars Di Bartolomeo Foto:Anouk Antony/Luxemburger Wort
Henri Kox en selle pour un pays plus vert
Ministre du Logement depuis l'automne 2019, l'ancien bourgmestre de Remich vient de monter en grade en devenant aussi ministre de la Sécurité intérieure. Mais quelle que soit la place occupée, l'écologiste place l'homme et la nature au centre de ses préoccupations.
Politik, Interviewserie Unterwegs mit: Henri Kox, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Marco Schank remplacé à l'automne à la Chambre
Le député CSV a annoncé, ce mercredi , son intention de stopper son mandat parlementaire. A 65 ans, l'élu entend se concentrer plus encore à la commune d'Esch-sur-Sûre dont il est le bourgmestre depuis 2017.
Marco Schank Bürgermeister Gemeinde Esch/Sauer
Le CSV en mode offensif pour 2020
A l'heure de présenter ses vœux, le parti d'opposition conduit par Frank Engel a affiché, jeudi, toute sa détermination à être une force de proposition constante. Objectif: s'affirmer d'ici 2023 et les prochaines élections.
IPO , Niederanven , am Sand , Neujahrsempfang CSV , Pot Nouvel An , Ansprache Frank Engel Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort