Changer d'édition

SES choisit SpaceX pour ses satellites 5G
Luxembourg 06.08.2020 Cet article est archivé

SES choisit SpaceX pour ses satellites 5G

Le dernier coup d'éclat de SpaceX a consisté, fin juillet, à expédier deux astronautes de la NASA vers l'ISS.

SES choisit SpaceX pour ses satellites 5G

Le dernier coup d'éclat de SpaceX a consisté, fin juillet, à expédier deux astronautes de la NASA vers l'ISS.
Photo : AFP
Luxembourg 06.08.2020 Cet article est archivé

SES choisit SpaceX pour ses satellites 5G

La Société européenne des satellites a choisi le lanceur d'Elon Musk pour mettre en orbite les futurs satellites prévus pour remplacer la capacité du spectre américain des télécommunications,

(pj avec Kate OGLESBY)  En mai, SES annonçait un investissement de 1,6 milliard de dollars pour le lancement de nouveaux satellites devant, à terme, assurer une nouvelle couverture 5G pour les Etats-Unis. Mercredi, la société de Betzdorf a annoncé qu'elle avait retenu la société SpaceX du milliardaire Elon Musk pour assurer ces lancements. 

Avant cela, la société de défense Northrop Grumman et la branche aérospatiale de Boeing construiront quatre nouveaux satellites, après que l'autorité américaine de régulation des télécommunications a demandé à SES de libérer le spectre de la bande C, qu'elle souhaite utiliser pour fournir une 5G super rapide. Les nouveaux satellites permettront de s'assurer que les programmes de télévision et de radio diffusés à près de 120 millions de foyers américains ne seront pas interrompus lorsque SES s'éloignera du spectre de la bande C.

 SpaceX, qui a récemment envoyé des astronautes vers la station spatiale internationale, lancera deux des satellites sur sa fusée Falcon 9. SES a également annoncé qu'il avait choisi le fabricant de fusées United Launch Alliance pour lancer deux autres de ses satellites afin de l'aider à libérer le spectre en question. 


SES Antenna, Satellit, Parabole, Sender, Empfang
Le plan de maintien dans l'emploi validé chez SES
Les délégations du personnel des différentes entités de la Société européenne des satellites (SES) ont trouvé un accord avec la direction de l'entreprise pour offrir au personnel visé par la restructuration un projet d'accompagnement. La durée de validité de ce programme est de 2 ans.

Le choix de Northrop Gumman a surpris plusieurs observateurs. En effet, la société (quatrième entreprise d'armement dans le monde) est inscrite sur la liste noire des investissements du fonds de pension luxembourgeois. Une liste qui inclut également Lockheed Martin, à qui SES achetait auparavant des satellites. SES a pourtant assuré sa confiance à l'opérateur controversé, cela alors que le gouvernement luxembourgeois possède environ 17% de SES directement (81% sont cotés en bourse et 2% détenus par divers partenaires).

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Annoncée en novembre 2019, la création d'un «centre d'innovation européen pour les ressources spatiales» se concrétisera d'ici la fin de l'année via la mise en place d'un nouveau département au sein du LIST. La nouvelle structure ambitionne de devenir «un pôle d'excellence en Europe».
Si le réseau haut débit soulève des craintes, le groupe Post n'entend pas freiner son développement vers cette technologie. Quelques jours après l'attribution des fréquences, l'opérateur luxembourgeois tient à rassurer sur ce «réseau du futur» tandis que les opposants à la 5G tentent de faire entendre leur voix.
Pékin à l'assaut de Mars: le géant asiatique a lancé jeudi une sonde qui va parcourir un long voyage jusqu'à la planète rouge, en pleine rivalité diplomatique et technologique avec les Etats-Unis.
A Long March-5 rocket, carrying an orbiter, lander and rover as part of the Tianwen-1 mission to Mars, lifts off from the Wenchang Space Launch Centre in southern China's Hainan Province on July 23, 2020. (Photo by Noel CELIS / AFP)
La répartition des bandes de fréquences pour les communications mobiles ultra-rapides démarrent ce lundi. Eltrona, Luxembourg Online, Orange, Post et Proximus, postulants déjà déclarés, sont sur les rangs.
Déjà reporté à cinq reprises depuis août 2019, le tir de la fusée européenne Vega depuis le Centre spatial de Kourou est cette fois ajourné au-delà de la mi-août. A son bord, le troisième satellite produit par la société Luxspace de Betzdorf.