Changer d'édition

Services de secours: un seul "corps", un seul numéro
Luxembourg 15 1 3 min. 01.07.2018

Services de secours: un seul "corps", un seul numéro

À partir de ce dimanche 1er juillet, l’ensemble des services de secours sont regroupés et forment désormais le Corps grand-ducal d’incendie et de secours (CGDIS).

Le ministre de l'Intérieur, Dan Kersch, résumait en mars 2015 pour le Luxemburger Wort, ses ambitions sur la réorganisation des services d'urgences en ces termes:

"Nous voulons surmonter la séparation artificielle entre la protection civile et les pompiers volontaires et rassembler ce qui est à sa place. Notre grande ambition est la création d'un établissement public, avec lequel les communes et l'Etat organisent, administrent et financent conjointement le service de secours au Luxembourg".

Trois ans plus tard, le 20 mars 2018, c'est une mission accomplie: tous les parlementaires sont d'accord avec sa réforme.

À partir de ce 1er juillet 2018, les services d’incendie et de sauvetage communaux, les unités de la Protection civile - tous deux principalement composés de membres volontaires -, le Service d’aide médicale urgente SAMU, le Service incendie et ambulance de la Ville de Luxembourg et les pompiers aéroportuaires, sont regroupés et forment désormais le Corps grand-ducal d’incendie et de secours (CGDIS).

Celui-ci représente :un corps, un logo, un uniforme, un parc automobile et une mission: porter secours. En clair: tous les services de secours sont regroupés sous un même "corps" et joignables à un seul numéro unique, le 112.

Un long travail préparatoire pour cette réforme

Mais avant cela, il y a aussi des semaines et des mois de préparation, de travail pour Dan Kersch. Sa réforme s'est ainsi concrétisée étape par étape. Une première victoire importante sera obtenue au printemps 2016, avec l'adhésion directe des sapeurs-pompiers professionnels de la ville.

Le ministre s'est également occupé du financement de ce futur Corps grand-ducal puisqu'il sera garanti à parts égales par les municipalités et l'État. Il a créé un fonds qui est alimenté, entre autres, par la part de l'augmentation de la taxe sur la valeur ajoutée qui sera effectivement versée au Fonds communal de dotation financière - ce que l'opposition politique critique.

Les coûts d'exploitation annuels du CGDIS sont estimés à environ 60 millions d'euros. L'un des points de dépenses est notamment le personnel. Dan Kersch poursuit la politique de recrutement de son prédécesseur Jean-Marie Halsdorf (CSV); des assistants à plein temps sont chargés de soutenir et de soulager les volontaires dans les centres d'opérations.

Volontaire et professionnel

La réforme ne concerne donc pas seulement la coexistence des pompiers et des services de secours. Il s'agit également de la coopération des volontaires et des aides à plein temps, qui doit être garantie, d'une part par le système de chaîne de commandement, qui prévoit une standardisation des processus; d'autre part, la formation joue un rôle important. De l'avis du ministre, une formation souple et de haute qualité devrait être offerte aux bénévoles. "Pour moi, le professionnalisme doit se référer à la formation, et non à la loi", a-t-il déclaré.

Afin de souligner l'importance de cette formation, 60 jours de congé à des fins de formation seront établis. Le ministre répond également aux demandes de l'association des sapeurs-pompiers et crée un département distinct au sein du CGDIS.

Il reste une tâche herculéenne pour le personnel du ministre au cours des deux prochaines années: la remise des casernes et des véhicules d'urgence doit être réglementée par des conventions avec les municipalités.

Par Marc Schlammes, traduction Sophie Wiessler

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet