Changer d'édition

«Série de hic» dans la communication gouvernementale
Luxembourg 3 min. 12.05.2020 Cet article est archivé

«Série de hic» dans la communication gouvernementale

Le député Claude Wiseler (CSV) «n'est pas d'accord» avec le fait que «le gouvernement veuille faire une loi pandémie générale sans tenir compte des règles constitutionnelles.

«Série de hic» dans la communication gouvernementale

Le député Claude Wiseler (CSV) «n'est pas d'accord» avec le fait que «le gouvernement veuille faire une loi pandémie générale sans tenir compte des règles constitutionnelles.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 3 min. 12.05.2020 Cet article est archivé

«Série de hic» dans la communication gouvernementale

Maurice FICK
Maurice FICK
Le CSV accompagnera toutes les lois qui permettront ponctuellement de répondre à la crise du coronavirus au-delà de l'état de crise. Mais Claude Wiseler s'oppose à une «loi pandémie» sans garde-fou. Le député plaide pour des mesures d'aides sectorielles.

Après deux mois de crise sanitaire inédite, le Luxembourg commence à revivre socialement et avance désormais masqué dans la perspective d'une rechute plus que plausible. La politique gouvernementale consistant à imposer un confinement et ensuite un déconfinement progressif «est la bonne», estime le  CSV. Le parti d'opposition a d'ailleurs accompagné ces mesures, a rappelé ce mardi Claude Wiseler au micro de RTL

Mais l'ancien leader électoral du parti chrétien-social, toujours député du premier parti de l'opposition regrette toutefois la «série de hic dans la communication du gouvernement qui pose problème dans la clarté de l'objectif recherché». 


Handwerk Artisanat Lehre Apprentissage
«Un manque de perspectives pour les entreprises»
Pour le président de la Chambre des métiers, Tom Oberweis, l'Etat doit augmenter son soutien aux PME. Histoire que la classe moyenne puisse traverser la crise du coronavirus sans trop de casse.

Il donne l'exemple flagrant de la discussion autour de la nécessité ou non de porter un masque de protection. Au départ le message gouvernemental était de ne pas en porter car cela aurait contre-productif mais finalement son port a été généralisé. Claude Wiseler admet que le gouvernement ne pouvait peut-être pas faire autrement «mais il aurait pu le dire autrement. Les gens sont clairement réceptifs quand on leur explique qu'on n'en a pas assez et qu'il faut d'abord les réserver au personnel soignant».

Même «hic» dans le discours officiel contradictoire autour des tests pour lesquels «il a d'abord été dit que tout le monde n'a pas besoin d'être testé, après on dit que tout le pays sera testé et finalement ce ne sera pas comme ça. Je m'attendais à plus de clarté», pose le député CSV.  En politique, dit-il, «je suis d'avis qu'il faut directement annoncer la couleur et dire la vérité».

Réécouter les députés

Pour ce qui concerne le fond, Claude Wiseler estime que le gouvernement Bettel peut mieux faire sur le plan économique. Les mesures générales prises pour soutenir les entreprises sont bonnes, mais «maintenant il faut davantage aller dans les détails et par secteur». Il cite les secteurs Horesca, les cafés et restaurants n'ont toujours pas rouvert, et de l'événementiel qui «connaîtront encore d'énormes difficultés dans les prochains mois».


Lokales, Corona-Virus, Restautrants und Cafés müssen schliessen, Gastronomie, Horesca, Foto: Guy Wolff/ Luxemburger Wort
L'Horesca bout mais anticipe déjà la relance
Le Premier ministre n'a pas clairement annoncé de date fixe pour la réouverture des restaurants et cafés. Le secteur est à bout de nerf et réclame que soit jouée carte sur table. Dans «une semaine au plus tard», l'Horesca veut lancer sa grande campagne de reprise.

Il suggère des mesures spécifiques pour leur venir en aide comme repousser le délai de paiement des loyers ou d'alléger leur charge fiscale. Il propose concrètement que l'Etat porte un temps, les frais fixes dans le secteur Horesca.

Une nouvelle «loi pandémie» est en préparation au niveau gouvernemental. Le 23 juin, l'état de crise qui permet au gouvernement d'agir vite, cessera. Mais désormais le parlement a le temps pour élaborer les lois dont on a besoin pour cette crise». Mais Claude Wiseler «n'est pas d'accord» avec le fait que «le gouvernement veuille faire une loi pandémie générale sans tenir compte des règles constitutionnelles qui imposent les deux tiers des voix du parlement et décide ce qu'il veut en écartant les libertés fondamentales via une loi normale».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Après deux mois de confinement, c'est avec une protection sur le nez que le pays s'est réveillé lundi du long cauchemar de la crise sanitaire. Les lycéens sont rentrés, commerces et salons de coiffure ont rouvert. Timidement, sans effusion.
Lokales, Corona: Geschäfte öffnen wieder - Massnahmen und Vorbereitungen in Luxemburg Stadt, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Plus que quatorze jours avant la reprise, longtemps décriée, des écoles et des maisons relais. Tout n'est pas encore cadré et les bourgmestres s'inquiètent surtout du manque de personnel, d'espace et de l'organisation du transport des élèves.
Lokales,  Syvicol, Covid 19, Corona- Krise, Konferenz,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Si le déconfinement général sera levé lundi prochain, le secteur de l'Horeca ne pourra en revanche rouvrir ses portes avant le mois de juin. Pour faire face à cette période difficile, des plateformes en ligne ont vu le jour pour aider des commerces touchés de plein fouet par la crise.
Le Premier ministre n'a pas clairement annoncé de date fixe pour la réouverture des restaurants et cafés. Le secteur est à bout de nerf et réclame que soit jouée carte sur table. Dans «une semaine au plus tard», l'Horesca veut lancer sa grande campagne de reprise.
Lokales, Corona-Virus, Restautrants und Cafés müssen schliessen, Gastronomie, Horesca, Foto: Guy Wolff/ Luxemburger Wort
Les représentants de la CLC, de la Fédération des artisans et de l'Horesca répondent avec virulence à des propos tenus par le ministre du Travail, Dan Kersch (LSAP). Ils lui reprochent notamment de mettre tous les indépendants dans le même panier en les taxant de riches.
Politik, Pressekonferenz Dan Kersch, Romain Schneider, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort