Semaine de la mobilité

Transports: et si vous partagiez davantage?

Faire du vélo par exemple «réduit les coûts mais aussi notre empreinte environnementale», souligne le MDDI.
Faire du vélo par exemple «réduit les coûts mais aussi notre empreinte environnementale», souligne le MDDI.
Frank Weyrich

(SW) - «Ai-je vraiment besoin de ma voiture pour me rendre à mon travail? Ou pour aller en ville?» Si vous vous posez cette question, vous répondez exactement à ce qu'attend le ministère du Développement durable pour sa 12ème participation à la semaine européenne de la mobilité.

Ce lundi matin, Camille Gira, secrétaire d'Etat du ministère, et Gilles Dostert, directeur général du Verkéiersverbond ont présenté le programme de l'édition 2017 de cette semaine de la mobilité, qui vise à «sensibiliser à la mobilité durable et à améliorer la santé et la qualité de vie des habitants». 

En clair: faire acquérir des réflexes aux usagers en les incitant à revoir leur façon de se déplacer au Luxembourg. La voiture reste en effet le moyen de transport le plus utilisé par les résidents, comme le soulignent différentes études menées au Grand-Duché.

«Partage»: le maître-mot de cette édition

Du 16 au 22 septembre prochains, attendez-vous donc à de multiples actions en faveur de la mobilité douce. Fini la voiture, on privilégie les transports en commun, le vélo, le covoiturage, le car-sharing etc.

26 communes (contre 42 l'an passé) participent cette année aux différentes animations proposées lors de cette semaine européenne de la mobilité.

Et cette année, le slogan de cette semaine n'est autre que: "Zesumme mobil. Besser viru kommen". En somme, soyons tous mobiles ensemble et faisons avancer les choses.

«Cette semaine sera la vitrine d'une mobilité propre, partagée et intelligente. C'est important de partager notre mobilité, nos modes de transport. C'est un concept qui nous est familier depuis notre plus tendre enfance, alors pourquoi cela ne fonctionnerait pas avec les transports?», souligne Gilles Dostert.

Comme l'an passé, le ministère tient à mettre en avant qu'utiliser les modes de transport «réduit les coûts mais aussi notre empreinte environnementale». Il ne faut donc pas hésiter à faire «l'expérience de la mobilité partagée»... et à utiliser les nouvelles technologies pour ça.

«Innovation»: l'autre volet à exploiter

Outre le partage des modes de transport et du trajet, à travers le car-sharing, les vélos en libre-service, le bus, le train, le covoiturage... cette semaine de la mobilité vise aussi à mettre en avant le partage de l'information sur la mobilité.

Open Data, applications mobiles, nouveaux concepts de la mobilité partagée (type Uber...), le ministère veut pousser les usagers à utiliser les nouvelles technologies pour assurer leur mobilité.

A quoi vous devez vous attendre

Dès le 16 septembre prochain, différents projets seront ainsi dévoilés au public:

  • L'inauguration de la passerelle pour vélos sous le Pont Adolphe, le 17 septembre
  • La nouvelle mBox de Colmar-Berg, le 18 septembre
  • L'élargissement de la piste cyclable de Bissen, le 21 septembre
  • «E Kado fir de Vëlo», pour récompenser les cyclistes, au niveau de la passerelle et du viaduc et du rond-point Schuman, le 18 septembre au matin
  • Présentation de la nouvelle application i-beacons pour les arrêts de bus de la Ville de Luxembourg, et sensibilisation aux besoins spécifiques des personnes à mobilité réduite dans les transports en commun, le 20 septembre à la Gare
  • Portes ouvertes au Neien Tramsshapp les 23 et 24 septembre
  • Présentation du projet Flex Carsharing by CFL, le 21 septembre à la Gare
  • Absence totale de voitures dans les communes de Bissen, Colmar-Berg et Ettelbruck, le 22 septembre
  • Absence totale de voitures dans les communes de Erpeldange-sur-Sûre, Luxembourg et Pétange le 17 septembre
  • Idem pour Roeser le 24 septembre.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.