Changer d'édition

Selon un sondage du Tageblatt: La coalition gouvernementale n'aurait pas de majorité aujourd'hui
Luxembourg 2 min. 09.01.2016

Selon un sondage du Tageblatt: La coalition gouvernementale n'aurait pas de majorité aujourd'hui

Si l'on en croit ce dernier sondage, les jours de la coalition actuelle sont comptés

Selon un sondage du Tageblatt: La coalition gouvernementale n'aurait pas de majorité aujourd'hui

Si l'on en croit ce dernier sondage, les jours de la coalition actuelle sont comptés
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 2 min. 09.01.2016

Selon un sondage du Tageblatt: La coalition gouvernementale n'aurait pas de majorité aujourd'hui

Si des élections législatives étaient organisées ce dimanche, la coalition actuelle ne pourrait plus gouverner, ne disposant plus de majorité à la Chambre. Ce sont en particulier le DP et le LSAP qui perdraient des plumes dans leur propre circonscription.

(CBu – trad. DN) – Si des élections législatives étaient organisées ce dimanche, le résultat aurait des allures de tremblement de terre. C'est en tout cas ce que laissent penser les dernières tendances publiées dans le « Sonndesfro » du Tageblatt. C'est d'abord le DP qui prendrait le bouillon dans les quatre circonscriptions, pendant que le CSV, l'ADR et Déi Lénk tireraient leur épingle du jeu. Le DP, le LSAP et les Verts seraient dans l'incapacité de reformer une majorité.

Ces trois partis ne réuniraient que 24 sièges à la Chambre, contre 32 actuellement. Le CSV pourrait se targuer d'un résultat historique avec 27 sièges à lui seul, soit quatre de plus qu'en octobre 2013.

Le DP en chute libre dans les sondages

Ce serait d'abord la contre-performance du DP qui empêcherait une telle reformation. Le parti libéral, qui avait gagné treize sièges en 2013, retomberait à huit, un résultat qui serait pire encore qu'en 2009 où il en avait gagné neuf.

La faiblesse du parti du Premier ministre est particulièrement prégnante dans la circonscription Centre, où il a traditionnellement le vent en poupe. Le DP n'y recueillerait que 16,4% des voix – contre 25% en 2013 –, soit quatre sièges au lieu de six actuellement.

La répartition à la Chambre selon la dernière enquête d'opinion
La répartition à la Chambre selon la dernière enquête d'opinion
Infographie : Sabina Palanca – source : Tageblatt

Les socialistes atteignent eux aussi un niveau plancher dans les enquêtes d'opinion menées au cours des cinq dernières années. Avec 12,4%, ils perdraient plus de deux points de pourcentage par rapport aux dernières législatives, mais ils conserveraient leurs trois sièges de la circonscription Centre.

Le LSAP perdrait trois sièges au Sud

Mais c'est dans le Sud, son premier fief électoral, que le parti du vice-Premier ministre, Etienne Schneider, aurait le plus à perdre, cédant trois des sept sièges gagnés en 2013.

Dans le sud également, le DP retomberait de 12,74% à 7,9%, soit de trois à deux sièges. Dans le nord et l'est, les libéraux perdraient à chaque fois un siège également.

Les partis d'opposition ont le vent en poupe

Il n'y a finalement que les Verts qui maintiendraient leur position à l'échelon national. Le septième siège perdu aux élections de 2013 en circonscription Centre pourrait même être reconquis.

Mais les vainqueurs incontestables de cette enquête sont d'une part le CSV, gagnant quatre sièges à l'échelon national, ainsi que l'ADR (plus deux sièges) et, d'autre part, Déi Lénk, qui pourrait arracher un troisième siège à la Chambre.

Ce sondage montre enfin qu'un retour des communistes serait possible, avec un siège donné par la circonscription Sud au KPL.


Sur le même sujet

PolitMonitor Mai 2017: Le CSV est le parti numéro 1 dans le Nord et l'Est
Si les élections avaient lieu ce dimanche, le CSV sortirait grand vainqueur dans les circonscriptions Est et Nord du pays. C'est ce que révèle le nouveau sondage PolitMonitor réalisé par le Luxemburger Wort, RTL et TNS Ilres. C'est en substance le même constat que lors du précédent sondage dévoilé en janvier dernier. Le CSV sort encore une fois gagnant.
In den Bezirken Osten und Norden schafft das blau-rot-grüne Lager die Kehrtwende bislang nicht.