Changer d'édition

«Le conflit risque d'évoluer» chez Dussmann Service
Luxembourg 6 2 min. 19.05.2015 Cet article est archivé
Secteur du nettoyage

«Le conflit risque d'évoluer» chez Dussmann Service

Dussman Service emploie près de 1.700 femmes de ménages et laveurs de carreaux au Luxembourg.
Secteur du nettoyage

«Le conflit risque d'évoluer» chez Dussmann Service

Dussman Service emploie près de 1.700 femmes de ménages et laveurs de carreaux au Luxembourg.
Foto: Guy Jallay
Luxembourg 6 2 min. 19.05.2015 Cet article est archivé
Secteur du nettoyage

«Le conflit risque d'évoluer» chez Dussmann Service

Rien ne va plus entre l'OGBL et la plus grande entreprise du secteur du nettoyage au Luxembourg, Dussmann Service. Plus de 200 salariés ont bruyamment manifesté mardi sous les fenêtres de la société à Niederanven. Le syndicat a porté plainte à l'ITM. Il a aussi posé ses conditions pour prolonger la convention collective du secteur en attendant la nouvelle.

(MF) - Rien ne va plus entre l'OGBL et la plus grande entreprise du secteur du nettoyage au Luxembourg, Dussmann Service. Plus de 200 salariés ont bruyamment manifesté mardi sous les fenêtres de la société à Niederanven. Le syndicat a porté plainte à l'ITM. Il a aussi posé ses conditions pour prolonger la convention collective du secteur en attendant la nouvelle.

«Nous faisons appel à la direction en urgence car le conflit risque d'évoluer!», lance Estelle Winter devant près de 200 salariés venus défendre leurs droits. Comme à chacune de ses interventions, l'emblématique secrétaire syndicale du secteur du nettoyage au sein de l'OGBL, est bruyamment soutenue.

Le piquet de protestation, immanquable mardi après-midi à l'entrée de la Zone industrielle "Bombicht", avait pour premier objectif de «protester avec fermeté contre les atteintes récurrentes de Dussmann Service Sàrl aux droits syndicaux».

D'une part, les délégués du personnel rencontrent de vraies difficultés et pressions de la part de la direction dans le cadre de leurs activités et fonctions au sein de l'entreprise et, d'autre part, la secrétaire syndicale, est devenue une persona non grata dans les murs de la société et à la table du comité mixte en tant que conseiller externe. Estelle Winter a été agent de nettoyage durant vingt-et-un ans chez Dussmann avant de mener une longue bataille juridique pour la reconnaissance de son savoir-faire.

«Mais le choix du conseiller externe n'est pas négociable» a clairement lancé la dame avant d'expliquer qu'«une plainte a par ailleurs été déposée à l'Inspection du Travail et des Mines» par le Syndicat services privés de nettoyage, d'hygiène et d'environnement.

Discuter mais avec des conditions

Les négociations entre les syndicats OGBL et LCGB et la Fédération des entreprises du nettoyage pour l'élaboration d'une nouvelle convention collective du secteur sont toujours dans l'impasse.

Lors d'une entrevue qui s'est déroulée le 20 avril 2015, «la proposition de la fédération était simplement une prolongation de la convention actuelle, soit un avenant zéro», explique Estelle Winter.

L'OGBL est prêt à discuter mais «nous voulons une compensation salariale et avons demandé une prime unique et 1,5% d'augmentation salariale», tout comme la fixation d'un calendrier de négociation.

Une nouvelle entrevue entre les syndicats et la Fédération des entreprises du nettoyage est d'ores et déjà programmée «depuis la semaine dernière. Elle aura lieu le lundi 8 juin 2015».


Sur le même sujet

Syndicats et Fédération des entreprises du nettoyage ont, enfin, signé une nouvelle convention collective pour ce secteur employant près de 11.200 salariés. Et si des gains financiers en ressortent, certaines avancées administratives sont aussi loin d'être négligeables.
woman doing cleaning in warehouse
11.200 salariés travaillant dans le secteur de la propreté sont dans l'attente du renouvellement de leur convention collective. Mais les discussions s'éternisent entre partenaires sociaux.
L'OGBL veut devenir le syndicat numéro 1 dans le secteur financier tandis que l'Aleba souhaite conserver sa majorité dans le groupe des services et intermédiation financiers.
Wirtschaft- Face à Face Véronique Eischen (OGBL) et Laurent Mertz (Aleba) foto: Chris Karaba
«La patience des salariés a touché à sa fin!» Les négociations des deux conventions collectives applicables dans les hôpitaux et dans les secteurs d'aide et de soins et du secteur social sont dans l'impasse. L'OGBL et le LCGB sont décidés à faire entendre la voix des plus de 23.000 salariés et organisent une grande manif le 4 juin au coeur de Luxembourg.
Nora Back, secrétaire centrale du Syndicat Santé, Services sociaux et éducatifs de l'OGBL (à gauche): «Les Ententes patronales vont carrément contre les conditions de travail de leurs employés».