Changer d'édition

Schrassig: les détenus lancent un SOS depuis leur cellule
Luxembourg 3 min. 30.04.2018 Cet article est archivé

Schrassig: les détenus lancent un SOS depuis leur cellule

Les mouvements de grève reprochent au système carcéral des problèmes profonds et structurels: sont dénoncées, entre autres, les conditions de travail des détenus.

Schrassig: les détenus lancent un SOS depuis leur cellule

Les mouvements de grève reprochent au système carcéral des problèmes profonds et structurels: sont dénoncées, entre autres, les conditions de travail des détenus.
Gerry Huberty
Luxembourg 3 min. 30.04.2018 Cet article est archivé

Schrassig: les détenus lancent un SOS depuis leur cellule

Les prisonniers du centre pénitentiaire de Schrassig se sont mis en grève au moins quatre fois en quelques jours. Leurs revendications demeurent obscures, tandis que l'administration pénitentiaire a entre-temps sanctionné les personnes impliquées.

Depuis quelques semaines, les protestations des prisonniers font la une des journaux: grèves, sit-in, détenus refusant de regagner leurs cellules... aucune violence, cependant, n'a été rapportée au cours de ces manifestations. 

Les préoccupations principales des détenus peinent à sortir des murs de la prison. Plusieurs d'entre eux ont contacté le Luxemburger Wort afin de faire entendre leurs revendications au-delà du cadre pénitentiaire. 

Problèmes structurels 


De nouvelles tensions à la prison de Schrassig
Une soixantaine de détenus du centre pénitentiaire de Schrassig se sont mis en grève, ce mercredi 26 avril à 13h, selon un communiqué du service communication de la justice. Leurs revendications demeurent encore inconnues.

Les détenus grévistes reprochent au système carcéral des problèmes profonds et structurels: sont dénoncées, entre autres, les conditions de travail des détenus. Les travailleurs n'auraient pas d'assurance, excluant ce temps de travail de leur cotisation retraite. Cet emploi carcéral leur rapporterait 220€ par mois. 

«Nous travaillons, mais nous ne gagnons que de quoi subvenir à nos besoins quotidiens en prison», explique un détenu. «Il est impossible d'économiser pour préparer une vie honnête après la prison, par exemple».

La plupart des condamnés devraient également payer des amendes, ce qui leur serait impossible compte tenu du montant de leurs revenus au cours de leur peine. 

De plus, il leur est impossible de déposer des congés maladie. Toute personne incapable de travailler en raison d'une maladie serait poursuivie pour refus de travailler, tandis que les visites chez le médecin demeureraient, au maximum, hebdomadaires.


La dernière fois qu'il y a eu un soulèvement à Schrassig, c'était en septembre 2016.
Mouvement de grève pacifique à Schrassig
A Schrassig, une action de protestation des prisonniers condamnés a été dissoute pacifiquement ce vendredi soir. Le porte-parole de la justice, Henri Eippers, l'a confirmé à wort.lu.

D'après les déclarations recueillies, de graves lacunes séviraient dans l'application des décisions de justice. Les criminels violents sont, en principe, tenus de recevoir un soutien psychologique, ce qui ne serait pas le cas en raison d'un manque de moyens. Les psychologues seraient difficilement accessibles, et les thérapies de groupe inexistantes. 

«Nous sommes détenus ici, mais on ne travaille pas avec nous», souligne un prisonnier. Selon les détenus, on quitterait alors la prison dans un état pire que celui dans lequel on y est entré. Il est évidemment difficile, pour les détenus, d'envisager que l'autorité chargée de l'application de la loi ne respecte pas la loi elle-même, poursuit le détenu.  

Lettre au ministre

Le Luxemburger Wort a également reçu la copie d'une lettre adressée au ministre de la Justice, Felix Braz. Cette dernière, signée «Les Détenus Du CPL», présente des recoupements avec les déclarations d'autres prisonniers au Luxemburger Wort. Les détenus affichent leur déception face au refus du ministre de discuter avec eux. 


Schrassig: les détenus grévistes sanctionnés
Le parquet a annoncé ce dimanche que les 200 prisonniers ayant refusé de regagner leur cellule vendredi soir ont fait l'objet de sanctions.

La critique de l'application de la loi touche plusieurs domaines: l'auteur ou les auteurs de la lettre font remarquer qu'à l'étranger, les détenus sont libérés de prison après un tiers ou la moitié de la peine prévue, et les récidivistes après la moitié ou les deux tiers.

Au Luxembourg, les seuls décideurs étant les agents de probation, les abus seraient à l'ordre du jour. Si le système pénitentiaire échoue, c'est que, en dépit d'efforts pour bien se comporter en détention, un détenu n'a aucune chance d'obtenir une réduction de peine.

Il est demandé au ministre de reconsidérer sa décision et d'engager une discussion avec les prisonniers.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Les droits des détenus ont été respectés»
Interrogée sur la manière dont le confinement s'est passé dans le milieu carcéral, Sam Tanson (Déi Gréng) a donné quelques éclaircissements sur la manière dont les services de l'administration pénitentiaire ont géré la crise du covid-19.
Lokales,Centre penitentiaire,Prison, Schrassig, Gefängnis. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort