Changer d'édition

Schleck reste au bureau d’information de l’armée
Luxembourg 08.01.2020 Cet article est archivé

Schleck reste au bureau d’information de l’armée

L'adjudant-chef Christian Schleck (à droite du président du SPFP Pascal Ricquier) conserve son poste au bureau de recrutement à Luxembourg.

Schleck reste au bureau d’information de l’armée

L'adjudant-chef Christian Schleck (à droite du président du SPFP Pascal Ricquier) conserve son poste au bureau de recrutement à Luxembourg.
Photo: Steve Eastwood
Luxembourg 08.01.2020 Cet article est archivé

Schleck reste au bureau d’information de l’armée

François Bausch, le ministre de la Défense, a confirmé mardi que l’adjudant-chef de l’armée luxembourgeoise et président du Syndicat professionnel de l’armée (SPAL) conservera sa place auprès du bureau d’information de l’armée et ne sera pas muté à un autre poste.

(DH) - François Bausch (Déi Gréng), le ministre de la Défense, a joué l'apaisement mardi et a indiqué aux députés membres de la Commission de la Défense la décision d'annuler la mutation de Christian Schleck et ne souhaite pas la mutation du président du syndicat de l'armée. Comme l'avait divulgué la Radio 100.7, l'adjudant-chef conserve ainsi son poste au bureau de recrutement du boulevard Royal à Luxembourg. 

«Les procédures et les libertés syndicales ont été respectées», a réitéré le ministre de la Défense.  En tant que président du Syndicat professionnel de l'armée luxembourgeoise (SPAL), Christian Schleck avait dénoncé, à la mi-mai, la surcharge de travail pesant sur les soldats. Par après, au mois de novembre, le syndicat de la force publique (SPFP) était monté au créneau pour dénoncer les plans de l'état-major pour muter Christian Schleck. Le SPFP avait alors adressé un courrier à François Bausch lui demandant de faire marche arrière. 


 Parc Hotel Alvisse. PK SPFP - Toute la vérité dans la causa SCHLECK. Photo: Steve Eastwood
«Le chef d'état-major doit être limogé»
Le Syndicat Professionnel de la Force Publique (SPFP) réclame le limogeage du général Duschène pour avoir menti dans l'affaire Schleck. L'adjudant-chef n'aurait jamais signé un document pour accepter une mutation au sein de l'armée. Il se retrouve muselé de fait.

Mardi, le ministre a encore rappelé qu'il s'agissait principalement d'une gestion interne du personnel de l'armée. Sa décision de ne pas muter Christian Schleck est directement liée à son intention de vouloir changer la structure générale du bureau d'information de l'armée d'ici fin de l'année.

Par ailleurs, suite à une demande du CSV, les députés ont questionné François Bausch au sujet des heures supplémentaires prestées par les agents de police. Le ministre a de nouveau souligné qu'un accord réglementant le paiement des heures supplémentaires et l'aménagement du temps de travail avait été trouvé avant l'été avec les différents syndicats de police. 


Sur le même sujet

Le général Duschène joue l'apaisement
L'adjudant-chef Schleck a jusqu'à la veille de Noël pour formuler ses objections pour le poste proposé et à ce stade, il n'y a «pas une décision de changement d'affectation de poste». C'est en substance la réponse du chef d'état-major qui reste muet sur la sommation.
Le bras de fer continue dans l'affaire Schleck
Le Syndicat Professionnel de la Force Publique démonte les arguments du général Duschène. L'objectif pour l'état-major, estime le syndicat, «était uniquement de bouger de son poste au BIA» l'adjudant-chef Schleck, à cause de son engagement syndical.
SPFP-Präsident Pascal Ricquier (l.) forderte am 26. November den Rücktritt von General Alain Duschène, weil dieser den Präsidenten der Armeegewerkschaft Christian Schleck (r.) wegen seiner gewerkschaftlichen Tätigkeit strafversetzt habe.
Le général Duschène contre-attaque
Trois semaines après le déclenchement de l'affaire Schleck, le chef d'état-major réplique pour la première fois et assure qu'il n'a pas muté d'office l'adjudant-chef en raison de son activisme syndical. Un poste lui a été proposé ce mercredi. Christian Schleck a huit jours pour se prononcer.
«Le chef d'état-major doit être limogé»
Le Syndicat Professionnel de la Force Publique (SPFP) réclame le limogeage du général Duschène pour avoir menti dans l'affaire Schleck. L'adjudant-chef n'aurait jamais signé un document pour accepter une mutation au sein de l'armée. Il se retrouve muselé de fait.
 Parc Hotel Alvisse. PK SPFP - Toute la vérité dans la causa SCHLECK. Photo: Steve Eastwood
Le soldat Schleck provoque neuf démissions
Nouveau rebond dans l'affaire Schleck au sein même du Syndicat Professionnel de l'Armée Luxembourgeoise. Selon «Radio 100,7», neuf membres du SPAL, dont son secrétaire général, viennent de démissionner en bloc.
L'affaire du soldat Schleck provoque l'ire des syndicats
Après avoir réclamé la tête du général qui dirige l'armée luxembourgeoise, le Syndicat professionnel de la force publique (SPFP) et la CGFP demandent à François Bausch, ministre de la Défense, de stopper la mutation sanction de Christian Schleck.
Ouverture officielle du bureau d'information de l'armée luxembourgeoise.Foto:Gerry Huberty