Changer d'édition

Scandale Luxleaks: «Cessez de m'insulter!», demande Juncker aux élus europhobes
«Cessez de m'insulter!», s'est exclamé lundi devant le Parlement européen le président de la Commission Jean-Claude Juncker, à l'intention des élus europhobes qui ont déposé contre lui une motion de censure après les révélations sur le scandale LuxLeaks.

Scandale Luxleaks: «Cessez de m'insulter!», demande Juncker aux élus europhobes

AFP
«Cessez de m'insulter!», s'est exclamé lundi devant le Parlement européen le président de la Commission Jean-Claude Juncker, à l'intention des élus europhobes qui ont déposé contre lui une motion de censure après les révélations sur le scandale LuxLeaks.
Luxembourg 3 min. 25.11.2014

Scandale Luxleaks: «Cessez de m'insulter!», demande Juncker aux élus europhobes

«Cessez de m'insulter!», s'est exclamé lundi devant le Parlement européen le président de la Commission Jean-Claude Juncker, à l'intention des élus europhobes qui ont déposé contre lui une motion de censure après les révélations sur le scandale LuxLeaks.

(AFP) - «Cessez de m'insulter!», s'est exclamé lundi devant le Parlement européen le président de la Commission Jean-Claude Juncker, à l'intention des élus europhobes qui ont déposé contre lui une motion de censure après les révélations sur le scandale LuxLeaks.

Cette motion de censure, déposée par le groupe EFDD (Europe de la liberté et de la démocratie directe), présidé par le leader de l'Ukip britannique Nigel Farrage, sera soumise jeudi au vote des eurodéputés. Mais elle n'a pratiquement aucune chance d'aboutir, M. Juncker ayant le soutien des principaux groupes politiques.

M. Juncker "a permis à des multinationales de se mettre des milliards dans les poches" grâce au système d'évasion fiscale en place au Luxembourg, dont il a été Premier ministre de 1995 à 2013, a fustigé l'Italien Marco Zanni, du "Mouvement Cinq étoiles".

"Vous êtes entaché, et tant que vous serez à ce poste, cette tache va s'étendre à toute la Commission", a lancé de son côté le Britannique Steven Woolfe.

"Aucune personne sensée ne peut croire que vous pourrez vous battre sincèrement et fermement pour défaire demain ce que vous avez fait", a encore dit la présidente du Front national français, Marine Le Pen.

"Ce serait aussi crédible que de nommer Al Capone président de la commission +sécurité et éthique+", a raillé l'élue d'extrême droite.

"Je le dis très solennellement, s'il vous plaît, cessez de m'insulter!", a rétorqué le président de l'exécutif européen. La nouvelle Commission "va lutter contre l'évasion fiscale et contre la fraude fiscale", a-t-il assuré, plaidant "pour l'harmonisation fiscale", mais pas contre la "concurrence fiscale" sauf si elle est "malsaine" car "déloyale".

«Ne mettez pas en doute ma parole», a-t-il insisté

Face aux europhobes - qui ne détiennent qu'une centaine de sièges sur 751 -, M. Juncker a pu compter sur le soutien de la plupart des autres groupes politiques.

"Je veux que la Commission puisse continuer à travailler", a ainsi déclaré le chef de file des conservateurs, Manfred Weber. Si le Parlement faisait chuter l'exécutif, le plan d'investissement de 300 milliards d'euros promis par l'équipe de M. Juncker tomberait à l'eau, "des mois seraient nécessaires pour former un nouveau collège, et en attendant l'économie et la société européenne s'écrouleraient", s'est inquiété le leader des socialistes, Gianni Pittella.

"Votons contre cette stupide motion", a encore lancé le libéral Guy Verhofstadt.

Pour l'écologiste Rebecca Harms, "cette affaire relance un malaise sur certains aspects du fonctionnement de l'Europe (...) Pour autant, il ne suffit pas de dire +apportez-moi la tête de Jean-Claude Juncker+ pour que tout soit réglé".


Sur le même sujet

Le ton monte: Juncker tacle Renzi et Cameron
Le nouveau président de la Commission accuse MM. Renzi et Cameron de mentir à leurs citoyens, estimant que ce dernier a "un problème" avec d'autres dirigeants. Le Premier ministre italien a exigé du "respect" pour l'Italie de la part de la Commission, après avoir annoncé son intention de mettre sur la place publique le coût des institutions européennes, affirmant: "On va bien s'amuser."
Jean-Claude Juncker à Bruxelles, le 5 novembre