Changer d'édition

Quand le covid implique un traitement au long cours
Luxembourg 3 min. 09.07.2021
Santé

Quand le covid implique un traitement au long cours

Pour le Dr Schütz, directeur du Rehazenter : «On aurait tort de croire que guérir du covid c'est juste se débarrasser d'un problème infectieux ou respiratoire».
Santé

Quand le covid implique un traitement au long cours

Pour le Dr Schütz, directeur du Rehazenter : «On aurait tort de croire que guérir du covid c'est juste se débarrasser d'un problème infectieux ou respiratoire».
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 3 min. 09.07.2021
Santé

Quand le covid implique un traitement au long cours

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Passée l'infection virale, certains patients gardent des séquelles du passage du virus dans leur organisme. CHL, Rehazenter et le domaine thermal de Mondorf ont décidé de faire cause commune pour accompagner ces malades.

«Ils étaient guéris selon les virologues, mais ils témoignaient encore d'une souffrance, d'une difficulté.» C'est ainsi que le Dr Gaston Schütz se souvient de l'arrivée, à la mi-2020, des premiers patients post-covid qui se sont présentés au Rehazenter qu'il dirige. Depuis, la science a mis un nom sur la pathologie affectant ces hommes et femmes indisposés même après le traitement de leur infection : les covid longs. «Sur les plus de 70.000 personnes testées positives au Luxembourg, on estime leur nombre à 700 aujourd'hui».


Jacques Woeffler ist 70 Jahre alt und hatte bereits einige Vorerkrankungen. Mitte März wurde bei ihm eine Infizierung mit dem Corona-Virus festgestellt. Der Mann aus Düdelingen lag daraufhin 35 Tage im Koma auf der Intensivstation. Nach insgesamt sieben Wochen im Rehazenter darf er nun bald wieder nach Hause.
Se remettre du covid-19, un combat en solitaire
Diagnostiqué positif au virus, Jacques Woeffler, 70 ans, est resté 35 jours dans le coma. Réveillé de ce long cauchemar, il raconte son parcours, loin de ses proches, pour retrouver sa vie d'avant.

Mais derrière le terme, force est de reconnaître que l'on sait encore peu de choses sur la pathologie. «C'est comme si chaque covid long était différent...» Un manque de souffle chez les uns, des douleurs inattendues chez les autres, une moindre agilité, un état de fatigue qui dure, des insomnies fréquentes, la perte du goût ou de l'odorat : voilà les séquelles les plus fréquentes. Sauf qu'au fil du temps, il a aussi fallu se rendre à l'évidence que certains sujets développaient des problèmes de mémoire, des troubles d'anxiété, un état dépressif, parfois une dépréciation d'eux-mêmes. 

«Aujourd'hui encore, avoue le directeur général du Rehazenter, il faut reconnaître que l'on a plus d'interrogations autour des formes que peut prendre le covid long que de réponses.» N'empêche, autorités sanitaires et blouses blanches luxembourgeoises se retrouvent sur un point : la prise en charge de ces patients peut s'améliorer. «Au Rehazenter, je sais que j'ai créé un plateau dédié à la rééducation de ces malades, avec un programme travaillé avec les ergothérapeutes et kiné mais que font les autres et quels résultats ils obtiennent, je ne le savais pas.»

D'où le plan dévoilé, mercredi, par la ministre de la Santé basé sur quatre acteurs des soins : les généralistes à la base, et le CHL, le Rehazenter et le domaine thermal de Mondorf pour le suivi et la prise en compte des personnes frappées par «ce drôle de syndrome post-traumatique». 

Passé le signalement par les cabinets médicaux, deux infirmiers basés au CHL joueront les case managers. Autrement dit évalueront les dossiers, et orienteront les patients vers tel ou tel établissement ou via le réseau libéral en fonction de la nature des soins à apporter et de la gravité des cas. La mission de ces case managers consistera ensuite à recenser les améliorations (ou non) dans l'état de santé des sujets en lien avec la thérapie pratiquée.

 «Il faut tenter d'établir quel profil nécessite quel type de prise en charge pour s'en sortir. Cela en s'appuyant sur notre expérience nationale et toute la littérature qui peut sortir sur le sujet», espère le Dr Schütz et ses partenaires.

Ainsi, bien loin des soins qu'il apporte traditionnellement à ses curistes, le domaine de Mondorf proposera des séances pour que les malades qui lui seront envoyés retrouvent le sens des odeurs et des saveurs. Plusieurs de ses personnels ont été envoyés en formation pour cela. 

Les rééducations motrices ou respiratoires resteront confiées au secteur hospitalier pour les cas les plus atteints. «Le Luxembourg Institute of Health (LIH) fait également partie du plan. Ses chercheurs analysant les retours d'expérience des patients». Des informations qui permettront éventuellement de réviser ou compléter le parcours de prise en charge. 


L'impact invisible de la pandémie sur la santé mentale
Que ce soit en termes de consommation de médicaments psychotropes ou dans l'évolution du nombre de consultations psy, les effets de la crise sanitaire ne peuvent pas encore être observés avec les chiffres actuels, indique mardi le ministère de la Sécurité sociale.

«Il faut bien se rendre compte que pour les soignants de toute la planète, quelle que soit leur spécialité, il s'agit d'une maladie jeune, on tâtonne donc encore pour son suivi, mais on va tous y arriver», positive le Dr Schütz.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

A partir du 16 août, le domaine thermal accueillera des patients ayant perdu le goût ou l'odorat après une contamination covid. Une rééducation va leur être proposée pour retrouver le plaisir de déguster et sentir.
A l'étude depuis le mois de mai, la possibilité d'injecter deux vaccins différents à un même patient deviendra réalité à compter de vendredi, indique Paulette Lenert. La ministre de la Santé mise notamment sur cette mesure pour renforcer les effets de la vaccination face aux variants.
Used vaccine vials that contained (L-R) Pfizer-BioNTech, Moderna and AstraZeneca Covid-19 vaccines are pictured at the Skane University Hospital vaccination centre in Malmo, Sweden, on February 17, 2021. (Photo by Johan NILSSON / TT NEWS AGENCY / AFP) / Sweden OUT
Face à la hausse des contaminations observées «aux alentours de la Fête nationale», la nouvelle version de la loi covid mise sur une responsabilisation plus importante des résidents, notamment des plus jeunes, mais aussi des acteurs de l'Horeca. Et sur «des opérations coup de poing» de la police.
Des fans de foot de retour en Lorraine après avoir assisté à un match de l'Euro, en Hongrie, ont été détectés positifs au covid. De quoi à nouveau pointer du doigt le rôle du tournoi dans la propagation du virus.
ARCHIV - 28.05.2021, Hessen, Kassel: Die Standortleiterin hält im Corona-Testcenter im Gewerbepark Kadruf einen Corona-Teststab. Wissenschaftler beklagen eine unzureichende Datenlage zur Pandemiebekämpfung. (zu dpa «Wissenschaftler halten Corona-Datenlage für unzureichend») Foto: Swen Pförtner/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les classes n'échappent pas à la remontée des contaminations covid au Luxembourg. Ainsi, en une semaine, 163 classes ont été impactées par la survenue du virus, principalement dans le secondaire.
06.07.2021, Nordrhein-Westfalen, Beckum: Yvonne Gebauer (FDP), Schulministerin von Nordrhein-Westfalen, sitzt mit einem Jungen an einem Tisch in einem Klassenzimmer an der Sonnenschule. Sie besucht ein Projekt des Landesprogramms "Extra-Zeit zum Lernen", mit dem Schülerinnen und Schüler pandemiebedingte Lernlücken aufarbeiten können. Das Projekt der Sonnenschule Beckum heißt "Fit für den Übergang in Klasse 5". Foto: David Inderlied/dpa +++ dpa-Bildfunk +++