Changer d'édition

Le remboursement des psychothérapies attendra encore
Luxembourg 21.07.2021
Santé mentale

Le remboursement des psychothérapies attendra encore

Pour rappel, la prise en charge à 100% des psychothérapies est débattue depuis 2018.
Santé mentale

Le remboursement des psychothérapies attendra encore

Pour rappel, la prise en charge à 100% des psychothérapies est débattue depuis 2018.
Photo:Shutterstock
Luxembourg 21.07.2021
Santé mentale

Le remboursement des psychothérapies attendra encore

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
La CNS et les représentants des professionnels de santé ne reprendront qu'à la fin septembre les négociations sur la prise en charge à 100% des thérapies. Pour l'instant, les détails des débats restent confidentiels.

Mettant en avant «l'urgence» et la détresse dans lesquelles se trouvent les résidents en raison du covid, la CNS entendait parvenir rapidement à un accord avec la fédération des associations représentantes des psychothérapeutes (Fapsylux). Peine perdue. 


La CNS mise sur un accord rapide avec la Fapsylux
La Caisse nationale de santé et la fédération représentant les psychothérapeutes doivent reprendre cette semaine les négociations autour du remboursement à 100% des psychothérapies. Mais pour les professionnels de santé, pas question de se laisser imposer un calendrier.

Ainsi, alors que le président de la CNS, Christian Oberlé, espérait aboutir à une conciliation le 15 juillet dernier, les négociations ont finalement été reportées «à la fin septembre», indique ce mercredi la caisse de Santé. A ce stade, aucune des deux parties n'a précisé les raisons de ce report, la teneur des négociations demeurant confidentielle.

A noter toutefois que si la CNS comptait boucler le dossier avant les grandes vacances, Fapsylux de son côté ne comptait pas se précipiter. «Nous ne changerons pas d'avis sur les cinq points que nous avions présentés à la CNS», assurait en juin Delphine Prüm, présidente de la fédération.

Pour rappel, le remboursement à 100% des psychothérapies est débattu depuis 2018. La publication fin février d'un arrêté grand-ducal avait permis de relancer les négociations, dans un contexte de détérioration de la santé mentale des résidents, liée à la pandémie.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Caisse nationale de santé et la fédération représentant les psychothérapeutes doivent reprendre cette semaine les négociations autour du remboursement à 100% des psychothérapies. Mais pour les professionnels de santé, pas question de se laisser imposer un calendrier.
Depuis plusieurs mois, les professionnels de santé alertent sur l'impact des restrictions sanitaires sur la santé mentale, et notamment l'augmentation des pensées morbides. Un phénomène qui toucherait particulièrement les adolescents.
Depuis le début de la pandémie, la santé mentale des travailleurs s'est nettement détériorée. Si le risque est présent dans toutes les tranches d'âge et tous secteurs d'activité, les parents isolés seraient néanmoins particulièrement exposés.
Le risque de dépression au travail concerne surtout les 25-34 ans.
Publié en février, un règlement grand-ducal doit amener la Caisse nationale de santé (CNS) et les professionnels à relancer la question du financement des séances de psychothérapie. Pour la Fapsylux, fédération du secteur, cette prise en charge reste encore loin d'être actée.
Alors que la pandémie sanitaire frappe le pays depuis près d'un an, les jeunes générations sont de plus en plus touchées psychologiquement. Une situation préoccupante que constatent les professionnels de santé au quotidien.
Au Luxembourg, entre 70 et 80 personnes se donnent volontairement la mort chaque année. Le taux des tentatives de suicide serait lui 10 à 20 fois supérieur.