Changer d'édition

Santé-Médecine: Penser à vérifier ses vaccins

Santé-Médecine: Penser à vérifier ses vaccins

Shutterstock
Luxembourg 5 min. 20.04.2015

Santé-Médecine: Penser à vérifier ses vaccins

La «Semaine européenne de la vaccination» se déroule dès ce lundi 20 avril et dure jusqu'au vendredi 25 avril. Elle a pour objectif de rappeler l’importance des vaccinations pour se protéger contre des maladies infectieuses graves.

(C.) - La «Semaine européenne de la vaccination», qui se déroule dès ce lundi 20 avril et dure jusqu'au vendredi 25 avril, est une initiative de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) depuis 2005. Elle a pour objectif de rappeler à la population l’importance des vaccinations pour se protéger contre des maladies infectieuses graves.

La «Semaine européenne de la vaccination» est l'occasion pour chacun de nous de faire le point: quelles sont les maladies contre lesquelles je suis vacciné(e)? Suis-je à jour avec mes vaccins? Quels sont les vaccins qui nécessitent un rappel? Est-ce que seuls les enfants sont concernés par les vaccinations? Quels sont les délais à respecter entre deux vaccins? La Semaine est également l’occasion de faire le point sur les connaissances et les représentations des patients, mais aussi des médecins, de les inciter à vérifier les carnets de vaccination, et, si nécessaire, de compléter les vaccinations.

Pour cela, il est important d'informer et de communiquer sur la vaccination et ses enjeux.La vaccination est à l’origine de la disparition ou du recul de nombreuses maladies dangereuses et souvent mortelles, comme la poliomyélite, la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la rougeole, ou l’hépatite B.

Etat des lieux en Europe…

Dans l’Union Européenne, 3.616 cas de rougeole ont été déclarés en 2014, dont 58,6% ont été rapportés par l’Allemagne et l’Italie. La plupart des cas ont été diagnostiqués chez des personnes non vaccinées. Il n’y a pas eu de décès, mais cinq cas de complications graves dues à l’encéphalite rougeoleuse.

La rougeole continue à s'étendre dans la région européenne de l’OMS, surtout en Europe centrale et de l’est, ainsi qu’en Allemagne, entravant le but que s’était fixé l’OMS d’éliminer la maladie de la région d'ici la fin de 2015.

Grâce aux efforts de vaccination collectifs, les cas de rougeole ont chuté de 98% entre 1993 et 2007. Depuis, à cause de poches de population non vaccinées en Europe centrale et de l’Est essentiellement, le nombre de cas déclarés a augmenté de nouveau entre 2009 et 2013.

… et au Luxembourg

Au Luxembourg, deux cas de rougeole ont été rapportés en 2014, et aucun cas de rubéole. D’après la quatrième enquête de couverture vaccinale au Grand-Duché de Luxembourg, publiée en janvier 2014, 95% des enfants résidents âgés de 25 à 30 mois sont complètement vaccinés contre: la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la poliomyélite, les infections à Haemophilus influenzae de type b, les infections à méningocoques C, l’hépatite B, les infections à pneumocoque.

La couverture vaccinale pour le vaccin combiné Rougeole-Rubéole-Oreillons-Varicelle est de 83,3%. Ce taux plus faible peut s’expliquer par un changement récent dans le calendrier du schéma vaccinal recommandé.

Les vaccinations ne sont pas obligatoires au Luxembourg, elles sont recommandées dans le calendrier vaccinal national par les autorités de santé publique. Les vaccinations sur le calendrier vaccinal luxembourgeois sont proposées gratuitement par l'Etat. Les nouveau-nés, les nourrissons et les petits enfants sont vaccinés lors des visites pédiatriques régulières effectuées dans le cadre du programme national de protection de la santé des nourrissons et des enfants en bas âge.

7 raisons pour se faire vacciner

Grâce à la diminution spectaculaire du nombre de cas de maladies à prévention vaccinale en Europe, beaucoup de maladies infectieuses sont considérées comme appartenant au passé.

Pourtant, dans la Région européenne de l’OMS, près de 650 000 enfants n’ont pas reçu leur première dose de vaccin contre la rougeole - une exigence fondamentale à satisfaire en matière de vaccination – et les maladies à prévention vaccinale restent un facteur de risque de maladie, d’incapacité, voire de décès. Il convient de donner la priorité à la vaccination, et ce pour sept raisons essentielles:

1. La vaccination sauve des vies: chaque année, la vaccination sauve plus de trois millions de vies dans le monde, et elle évite à des millions de personnes de souffrir de maladie et d’incapacité permanente (estimations de l’OMS, 2009).

2. La vaccination est un droit fondamental de chaque être humain et une composante stratégique des programmes de réduction de la pauvreté dans le monde.

3. Les maladies à prévention vaccinale représentent encore un risque pour la santé: la croyance qui considère que les vaccins sont plus dangereux que les maladies contre lesquelles ils protègent, est une idée erronée, ayant entraîné une baisse des vaccinations et une résurgence de maladies contagieuses à complications graves, telles la rougeole, la coqueluche, la diphtérie et la rubéole.

4. Il est possible de maîtriser et d’éliminer les maladies à prévention vaccinale: lorsque la couverture vaccinale est élevée et soutenue, les maladies à prévention vaccinale perdent du terrain et finissent par être éradiquées.

5. La vaccination est incontestablement l’une des interventions de santé publique les plus rentables économiquement.

6. Les enfants doivent avoir accès à des vaccins sûrs, efficaces et peu onéreux: dans l’ensemble de la région européenne, 10,6 millions de nourrissons naissent chaque année et doivent tous être vaccinés, pour que la vaccination continue à être un succès.

7. Tous les enfants doivent être vaccinés: vous pensez que votre enfant n’a pas besoin d’être vacciné parce que les autres le sont? Il ne peut y avoir d’immunité collective que si près de 95 % des personnes sont vaccinées, et toute personne non vaccinée augmente le risque, pour elle-même et pour les autres, de contracter la maladie en question, et de la transmettre aux plus fragiles. D’autre part, l’immunité collective ne protège pas contre certaines maladies graves, comme le tétanos par exemple, car cette maladie est certes à prévention vaccinale, mais non contagieuse.

Si votre enfant n’est pas vacciné contre le tétanos, il ne sera pas protégé contre cette maladie aux suites mortelles.

www.sante.lu

Facebook «Healthy & friends»


Sur le même sujet

Cinq cas de rougeole au Luxembourg
Un foyer épidémique de rougeole a été identifié dans le pays, selon un communiqué du ministère de la Santé qui invite la population à contrôler son statut vaccinal.
Mise en garde du ministère contre la rougeole à Val Thorens
Un foyer épidémique de rougeole a été identifié à Val Thorens, une station de ski particulièrement appréciée des Luxembourgeois. La Direction de la santé lance un appel à la population, de veiller à ce que la vaccination contre la rougeole soit à jour.
Deux résidents belges ont contracté la rougeole à leur retour de Méribel et Val Thorens.
Le Luxembourg n'envisage pas d'imposer la vaccination
Selon la ministre de la Santé, Lydia Mutsch, le taux de vaccination au Luxembourg, notamment contre la rougeole, est «satisfaisant». Dans ce contexte, le ministère n'envisage pas d'imposer la vaccination, comme cela est le cas chez certains voisins européens comme la France.
En Alsace: Augmentation des cas de rougeole
Toute personne revenant d’un voyage en Alsace et montrant ces signes d’infection de rougeole endéans les 3 semaines après le retour est priée de contacter immédiatement son médecin traitant afin de faire vérifier la présence éventuelle d’une infection au virus de la rougeole.
La rougeole est hautement contagieuse et risque d’affecter des personnes non immunisées ou immunisées insuffisamment.