Santé

Le futur centre hospitalier d’Esch inquiète en Wallonie

La maquette du vaste centre de santé prévu à Esch/Belval en 2022
La maquette du vaste centre de santé prévu à Esch/Belval en 2022
Pierre Matgé

Par Nadia Lallemant

En Belgique, le futur centre hospitalier d’Esch-sur-Alzette, le Südspidol, dont l'ouverture est prévue en 2022, suscite des interrogations: le député régional Philippe Courard (PS) vient d’interpeller, au parlement wallon, le ministre de la Santé, Maxime Prévot (cdH), à propos du développement de ce projet, semblable à celui de l’intercommunale de soins de santé - Vivalia 2025

Il craint que le centre hospitalier luxembourgeois ne fasse concurrence à l’hôpital de référence à construire dans la commune d’Habay, en province de Luxembourg.

«Le Sudspitol sera basé dans le quartier Belval à Esch-sur-Alzette et rassemblera trois hôpitaux actuellement répartis sur trois sites», a précisé le député wallon.

Un risque de «déstabilisation de l'offre de soins»

«Force est de constater que les choses semblent se dérouler assez rapidement de l'autre côté de la frontière puisque les premiers travaux sont prévus pour 2018 avec une fin estimée à 2022. Par conséquent, une concurrence accrue va se créer à nos frontières avec un outil de pointe et un risque potentiel de déstabilisation de l'ensemble de l'offre des soins de santé dans la région.»

Le député régional Philippe Courard
Le député régional Philippe Courard
Nadia Lallemant

Selon le ministre wallon de la Santé, la question de la construction d’un nouvel hôpital au Grand-Duché échappe à la sphère de compétence de la Région wallonne.

«Le Luxembourg est un Etat souverain, libre de développer sur son territoire les projets hospitaliers de son choix», a-t-il rétorqué. «Il est en outre impossible de connaître les dossiers qui y sont en préparation tant que ces derniers ne sont pas rendus publics, d’où la difficulté d’entreprendre des coordinations.»

Deux sites pour Vivalia

Pour Maxime Prévot, «la libre circulation des personnes, garantie par les traités européens, aboutit dans les faits à une potentielle situation de concurrence entre les hôpitaux frontaliers de deux Etats membres de l’Union européenne».

Il souligne que cette situation n’est pas propre à la province du Luxembourg et fait l’objet d’une attention particulière dans le cadre transfrontalier, que ce soit avec le Luxembourg, l’Allemagne ou la France.

«Le projet Vivalia 2025 s’articule sur deux sites: le site existant de Marche-en-Famenne d’une part, le site à construire à Habay d’autre part», a rappelé le ministre wallon. 

Le ministre est confiant

«En termes de localisation, force est de constater qu’un hôpital à Habay est bien plus accessible pour les habitants de la province de Luxembourg qu’un hôpital à Esch-sur-Alzette. Seuls les habitants de l’extrême Sud-Est de la province, soit des communes de Messancy et Aubange, pourraient a priori être tentés de rejoindre Esch-sur-Alzette plutôt qu’Habay. Il convient également de préciser que les infrastructures routières et autoroutières existantes favorisent d’une manière générale le projet de Vivalia par rapport au projet grand-ducal.»