Changer d'édition

Sans frais de roaming, les Luxembourgeois parlent plus
Luxembourg 29.07.2019 Cet article est archivé

Sans frais de roaming, les Luxembourgeois parlent plus

Les voyageurs passent en moyenne, environ 1,7 fois plus d'appels vocaux en itinérance qu'avant la fin des frais de «roaming».

Sans frais de roaming, les Luxembourgeois parlent plus

Les voyageurs passent en moyenne, environ 1,7 fois plus d'appels vocaux en itinérance qu'avant la fin des frais de «roaming».
Photo: Pierre Matgé
Luxembourg 29.07.2019 Cet article est archivé

Sans frais de roaming, les Luxembourgeois parlent plus

Le trafic vocal des abonnés mobiles luxembourgeois en itinérance au sein de l'UE a augmenté de 75% depuis 2016. Les appels depuis l'Union étant devenus moins coûteux, les consommateurs hésitent beaucoup moins à appeler depuis l'étranger

En juin 2017, les appels vocaux, SMS et l'Internet mobile se trouvent facturés au tarif domestique, quel que soit l'endroit où l'utilisateur se trouve dans l'UE. Il s'agissait là d'une bataille qu'avait défendue, et remportée, l'eurodéputée Viviane Reding. Et visiblement la mesure plaît bien aux abonnés du Grand-Duché. Ceux-ci ont ainsi discuté, au total, durant 218 millions de minutes en 2018 en appelant depuis l'un ou l'autre des 27 pays concernés par cette abolition de frais dits de «roaming». Soit 3,6 millions d'heures d'appels tout de même.

Les études 2019 permettront de savoir si en plus des conversations, l'absence de frais de roaming entraîne une demande de datas plus importante de la part des abonnés luxembourgeois, depuis l'UE.
Les études 2019 permettront de savoir si en plus des conversations, l'absence de frais de roaming entraîne une demande de datas plus importante de la part des abonnés luxembourgeois, depuis l'UE.
Photo: AFP

En quelques années, le volume des appels en « roaming out » a bondi. Ainsi, en réponse à une question parlementaire du député LSAP Mars di Bartoloméo, Xavier Bettel (DP) a informé que les discussions étaient passées de 125,7 millions de minutes en 2016 à 162 millions en 2017, pour atteindre ces 218 millions l'an passé. «Soit une hausse de 34,5% en 2018 par rapport à 2017», notait le ministre des télécommunications et des médias.

Bavardages en hausse...

Concrètement: les voyageurs passent en moyenne, environ 1,7 fois plus d'appels vocaux en itinérance qu'avant la mise en œuvre de la réglementation.

L'ensemble du trafic vocal via téléphone (fixe ou mobile) a, lui aussi, massivement augmenté au Luxembourg en 2018. La barre des 1.299 millions de minutes de communications étant franchie en 2018, contre 1.175 millions de minutes en 2017.

Chiffres d'affaires aussi

Des consommateurs plus bavards ou plus souvent à la recherche de données, vidéos et autres échanges sur les réseaux sociaux, voilà qui fait la richesse des différents opérateurs. Ainsi, Xavier Bettel a-t-il confirmé que, pour le Grand-Duché, «les revenus mobiles sont en hausse depuis 2014, avec une augmentation sur le marché de détail de 1,7% en 2018, tandis que les revenus des services mobiles sur le marché de gros (Roaming IN et interconnexion internationale) connaissent une hausse de 5,0% pour atteindre 39,8 millions d'euros en 2018.»




Sur le même sujet

Selon l'Institut luxembourgeois de régulation, les tarifs des abonnements à forte consommation de données ont baissé entre 2018 et 2019. Explications.
L'Institut luxembourgeois de régulation (ILR) a publié lundi matin sa troisième étude des tarifs des services de télécommunications. En théorie de quoi savoir qui est le moins cher.
Le roaming n'y est pour rien. Mais le nombre de médiations traitées par l'ILR a augmenté de 68% en 2017. Plus de huit cas sur dix concernent le secteur des télécommunications, selon le régulateur.
Les télécoms sont à l'origine de plus de huit cas sur dix transmis à la médiation de l'IlR