Changer d'édition

Sans-abri, mais pas sans risques
Luxembourg 8 4 min. 08.04.2020 Cet article est archivé

Sans-abri, mais pas sans risques

Pas simple de nourrir et loger près de 150 SDF en un lieu unique, et en respectant les règles de distanciation.

Sans-abri, mais pas sans risques

Pas simple de nourrir et loger près de 150 SDF en un lieu unique, et en respectant les règles de distanciation.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 8 4 min. 08.04.2020 Cet article est archivé

Sans-abri, mais pas sans risques

Maurice FICK
Maurice FICK
La pandémie menace particulièrement les plus mal lotis. Alors que les restaurants sociaux de la Stëmm distribuent 400 repas par jour, le ministère de la Famille tente de protéger les plus démunis en un seul lieu, au Findel. Un défi loin d'être gagné.

Alors que la pandémie du coronavirus a déjà fait 44 morts au Luxembourg, les plus démunis continuent d'errer dans les rues à défaut d'avoir un domicile pour s'y confiner. Les streetworkers et les travailleurs sociaux de la Stëmm vun der Strooss, à Luxembourg-Ville, comme à Esch-sur-Alzette, peuvent en témoigner. 

Le coronavirus est venu bousculer toute la donne dans l'organisation de l'association d'aide dont les cinq sites «tournent» en grande partie grâce aux bras de personnes en réinsertion professionnelle et aux dons alimentaires de supermarchés. «Mais nous recevons moins de denrées de nos partenaires, des restaurants, et le ministère a rappelé les 150 personnes qui bénéficient d'un travail d'utilité collective», résume Alexandra Oxacelay. Le mot d'ordre de la directrice de la Stëmm: «S'adapter au jour le jour».

A commencer par faire respecter les mesures pour se protéger soi et les autres du coronavirus, côté salariés comme sans-abri. «La priorité c'est de donner à manger à ceux qui en ont besoin. Nous servons en moyenne 400 repas par jour à Esch et à Hollerich, sous forme de barquettes. Pas dans nos restaurants sociaux mais à l'extérieur!», souligne Alexandra Oxacelay. Elle raconte qu'il «y a des angoisses exprimées de la part de certains employés» mais assure arriver à gérer la proximité en cuisine comme dans les bureaux.

Depuis le 1er avril, le foyer de jour de la Wanteraktioun, rue du Dernier Sol à Bonnevoie, lui, ne sert plus de repas aux SDF. La structure de jour a été «transférée au Findel pour tout concentrer en un même lieu», indique Gilles Rod, responsable de la Division solidarité au ministère de la Famille. Vu le caractère exceptionnel de la situation, le ministère a décidé de prolonger d'un mois l'Action Hiver et tente donc de confiner les sans-abri dans la nouvelle structure inaugurée le 1er décembre dernier.

«L'idée est d'éviter que les gens n'aillent en ville et ne courent le risque d'une contagion. Nous faisons tout pour que les personnes restent sur place», assure Gilles Rod. Même la navette spéciale qui fait d'ordinaire le trait d'union entre le centre-ville et le Findel a été supprimée. Mais pour bien connaître les plus démunis et leur mode de vie fait d'errance et de besoin de bouger, l'asbl reste pragmatique: «On ne peut pas les forcer à rester ici».


Un nouveau toit pour 250 sans-abri au Findel
Cette nuit a démarré l'«Action hiver» au Luxembourg où 18 sans domicile fixe sont décédés en 2018. Tout près de la Cité de l'aéroport, les lits du foyer de nuit tout neuf ont servi pour la première fois.

Quatre tentes chauffées ont été érigées dans la cour. La structure de 250 lits répartis dans plusieurs dortoirs est désormais ouverte sept jours sur sept, 24h/24 et offre la possibilité de manger trois fois par jour et de prendre une douche. «Il y a suffisamment de place», assure Gilles Rod. Dans la nuit de dimanche à lundi, par exemple, les responsables ont compté 132 personnes qui ont pris un sandwich à midi et 149 personnes qui ont dormi sur place. Dans la mesure du possible, un lit sur deux reste vide pour maintenir la distance sociale de rigueur.


Sur le même sujet

Cette nuit a démarré l'«Action hiver» au Luxembourg où 18 sans domicile fixe sont décédés en 2018. Tout près de la Cité de l'aéroport, les lits du foyer de nuit tout neuf ont servi pour la première fois.
Plus de 15.000 résidents vivent sous le seuil de pauvreté au Luxembourg et le nombre de personnes en situation de détresse augmente. Un fait que la Stëmm vun der Strooss constate clairement dans ses deux restaurants sociaux à Luxembourg et Esch. Et l'année n'est pas finie.
Du monde aux restaurants de la Stëmm, Reportge à la Stëmm, Fotos: Julian Pierrot/ Luxemburger Wort / Foto: Julian PIERROT
L'inégalité sociale croissante chiffrée récemment par le Statec est palpable dans les locaux de la Stëmm vun der Strooss à Esch-sur-Alzette. Inaugurée voilà quinze ans pour servir trente repas par jour, elle est arrivée plus qu'à saturation.
Meliha Imamovic (aide-soignante aus Bosnien am Servior Esch - Esch/Alzette - Servior Esch - 29/10/2019 - photo: claude piscitelli
Les fortes chaleurs sont particulièrement menaçantes pour les personnes de plus de 75 ans qui vivent seules ou celles qui vivent dans la rue. Ces jours-ci, les streetworkers de la capitale et le personnel soignant de la Croix-Rouge sont sur le qui-vive.
La Wanteraktioun offre aux personnes à la rue un lit et un plat chaud durant les mois d'hiver. Elle commence jeudi 1er décembre et dure jusqu'au 31 mars. C'est une vaste organisation: explications.
Winteraktion -  Centre d’accueil de nuit - Findel -  Photo : Pierre Matgé