Changer d'édition

Sale ambiance autour des hôpitaux Robert-Schuman
Luxembourg 3 min. 12.03.2021 Cet article est archivé

Sale ambiance autour des hôpitaux Robert-Schuman

Quand le président des HRS Jean-Louis Schiltz confie un dossier juridique à l'avocat Jean-Louis Schiltz, n'y a-t-il pas conflit d'intérêts? Les hôpitaux Robert-Schuman s'en défendent.

Sale ambiance autour des hôpitaux Robert-Schuman

Quand le président des HRS Jean-Louis Schiltz confie un dossier juridique à l'avocat Jean-Louis Schiltz, n'y a-t-il pas conflit d'intérêts? Les hôpitaux Robert-Schuman s'en défendent.
Photo : Alain Piron
Luxembourg 3 min. 12.03.2021 Cet article est archivé

Sale ambiance autour des hôpitaux Robert-Schuman

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Voilà maintenant la direction obligée de répondre à une lettre anonyme parlant de harcèlement moral et de mauvais climat parmi ses personnels. Après les cinq cas de vaccination anti-covid indue et une improbable commande de vaccins, cela fait beaucoup.

Il n'est guère question de qualité des soins et de prise en charge des patients dans l'actualité des hôpitaux Robert-Schuman (HRS). Depuis février, et le signalement de personnes vaccinées en dehors des préconisations du ministère de la Santé (fait confirmé jeudi), le groupe est passé en communication de crise. Le navire tangue avec ses 300 médecins et près de 2.200 salariés tangue d'autant plus qu'une lettre vient semer le trouble sur l'ambiance au sein des établissements.


Dr Claude Schummer, Generalsekretär der AMMD (Association des médecins et médecins-dentistes) (Foto: Alain Piron)
Robert-Schuman reconnait cinq vaccinations indues
Le groupe hospitalier a révélé, jeudi, deux nouveaux cas de personnes ayant bénéficié d'une vaccination anti-covid en dehors du cadre fixé par le ministère de la Santé. Le directeur général des HRS, Claude Schummer, pourrait faire les frais de ce faux pas.

L'auteur du courrier y dénonce des «situations de chantage» et du «harcèlement moral». Et les mots sont forts : «Le mobbing et la terreur règnent sur le personnel. La confiance et la collégialité entre confrères ont été remplacées par la diffamation, le dénigrement et la calomnie». Qui est l'auteur de pareils propos? Impossible à savoir pour l'heure. Le rédacteur a choisi de rester anonyme, brouillant les pistes en empruntant dans sa signature les initiales d'un médecin en activité à Robert-Schuman. Un orthopédiste qui a dû démentir, depuis, toute participation à cette dénonciation.

Aussi, vendredi, un nouveau communiqué des HRS prévient donc que ces «déclarations diffamatoires auront des conséquences juridiques». Et la direction d'affirmer son soutien aux médecins «mis au pilori» et qui «bénéficient de la pleine confiance du groupe HRS».

Les faits reprochés dans la lettre anonyme parvenue dans les rédactions luxembourgeoises concernent aussi un possible conflit d'intérêts dans les missions confiées à Jean-Louis Schiltz. Alors que la veille, on apprenait que le directeur général Claude Schummer avait été autorisé à ne pas se rendre au bureau (euphémisme), cette fois il est question de celui qui préside la fondation Robert-Schuman mais a aussi été nommé président du groupe en mai dernier. 

Ainsi, Jean-Louis Schiltz confierait l'étude des dossiers juridiques à... sa propre étude d'avocats. Dans son communiqué, le groupe ne voit là rien de répréhensible. Cette mission ayant été confiée «voilà plus de trente ans» à ce même cabinet d'avocats. Chacun appréciera l'argument.


Lokales, Coronavirus, Covid-19, Hopitaux Robert Schuman, HRS, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Les Hôpitaux Robert Schuman s’étendront au Kirchberg
Le groupe hospitalier a reçu, début novembre, un accord de principe pour son projet de construction d’une annexe à la Clinique Bohler et d’une tour à son site du quartier d'affaires de la capitale.

D'ores et déjà, la sensibilité Déi Lénk a demandé au président de la Chambre d'octroyer une heure d'actualité «sur la gouvernance douteuse des hôpitaux Robert-Schuman». Car si les établissements sont sous statut privé, ils bénéficient «massivement» de financements publics, ce qui aux yeux des députés Marc Baum et David Wagner justifie que le parlement réclame des éclaircissements sur le mode de gestion du groupe hospitalier et certains des faits reprochés à sa direction ou son conseil d'administration. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les vaccins anti-covid se faisant attendre, pas question de gâcher la moindre dose. Le ministère de la Santé a d'ailleurs listé des consignes à destination des centres de vaccination.
(FILES) In this file photo taken on January 10, 2021 a health worker fills a syringe with the Pfizer-BioNTech COVID-19 vaccine against the novel coronavirus at the vaccination center in Pfaffenhofen, southern Germany. - Pfizer-Biontech's coronavirus vaccine offers more protection than earlier thought with effectiveness in preventing symptomatic disease reaching 97 percent, according to real world evidence published on March 11, 2021 by the pharmaceutical companies. (Photo by Christof STACHE / AFP)
Le groupe hospitalier a révélé, jeudi, deux nouveaux cas de personnes ayant bénéficié d'une vaccination anti-covid en dehors du cadre fixé par le ministère de la Santé. Le directeur général des HRS, Claude Schummer, pourrait faire les frais de ce faux pas.
Dr Claude Schummer, Generalsekretär der AMMD (Association des médecins et médecins-dentistes) (Foto: Alain Piron)
Pour l'institution de santé, l'ancien ministre Henri Grethen a bien bénéficié d'une «vaccination précoce». Mais la direction entend faire savoir que son intention n'était en aucun cas de «priver ni les résidents ni d'autres de leur droit à la vaccination».
A medical worker fills a syringe from a vial of the British-Swedish AstraZeneca/Oxford vaccine during a vaccination campaign on March 9, 2021 at the National Museum of Science and Technology Leonardo Da Vinci, which is currently hosting the anti-Covid vaccination campaign with Multimedica in Milan. (Photo by Miguel MEDINA / AFP)
Les récentes révélations autour de la vaccination indue de plusieurs membres de conseils d'administration d'établissements de santé ont fait réagir Sven Clément (Piraten) qui a officiellement dénoncé ces faits au Parquet. Avec en toile de fond la dénonciation des «parachutages».
A nurse prepares a syringe with a dose of the Pfizer-BioNTech COVID-19 vaccine at a vaccination center in Tlaquepaque, Mexico, on March 8, 2021. (Photo by ULISES RUIZ / AFP)
Objet de vives critiques depuis une semaine pour avoir vacciné de manière précoce trois membres de leur conseil d'administration, l'institution réaffirme son bon droit. Et n'entend pas présenter ses excuses pour ce qu'elle considère comme nécessaire pour éviter «un cluster».
PK Hôpitaux Robert Schuman im Alvisse Parc Hôtel in Dommeldingen: Jean-Louis Schiltz (Präsident des Aufsichtsrates. Foto: Alain Piron
La vaccination en priorité des membres du conseil d'administration de l'institution regroupant l'hôpital Kirchberg, la Zithaklinik, la clinique Bohler et la clinique Sainte-Marie suscite de plus en plus de critiques. Notamment de la part du monde politique.
19.10 Zitha Klinik / Hopitaux Robert Schuman foto: Guy Jallay