Changer d'édition

Royal Hamilius: Une seconde vie pour la "Nana"
Luxembourg 06.05.2015 Cet article est archivé

Royal Hamilius: Une seconde vie pour la "Nana"

Avec ses formes opulentes la "Nana" n'a pas toujours recueilli tous les suffrages.

Royal Hamilius: Une seconde vie pour la "Nana"

Avec ses formes opulentes la "Nana" n'a pas toujours recueilli tous les suffrages.
LW archives/Paul Hinger
Luxembourg 06.05.2015 Cet article est archivé

Royal Hamilius: Une seconde vie pour la "Nana"

La sculpture de Niki de Saint Phalle avait été installée sur la place Aldringen en 1995. Retirée de cet emplacement en raison des travaux du Royal Hamilius, ses formes opulentes n'ont pas toujours fait l'unanimité.

(SH/A.F.) - En 1995, la "Nana" de Niki de Saint Phalle était parmi les monuments de l'Année de la Culture au Luxembourg. La Ville avait finalement acquis l'œuvre intitulée "La Grande Tempérance". Elle a été installée sur la place Aldringen jusqu'à ce que, en 2011, elle dut être déplacée en prévision des travaux du projet Royal Hamilius. Depuis, elle est entreposée dans le dépôt des deux musées de la ville de Luxembourg.

Et elle va encore devoir y patienter quelque temps, la Nana. Dès que le projet Royal Hamilius sera achevé, "La Grande Tempérance" pourra revoir la lumière du jour.

Concernant la statue elle-même, les avis sont aujourd'hui bien moins mitigés qu'il y a 20 ans. Même si l'art est toujours une question de sensibilité personnelle, les formes généreuses et colorées de ce style pop art n'ont pas fait l'unanimité à l'époque. Lors de cette Année de la Culture 1995, la procession finale de l'Octave avait même fait un détour pour éviter de passer devant l'opulente statue. Par contre, elle se trouvait sur le chemin des pèlerins qui se rendaient à la cathédrale. Considérée comme objet de péché, elle avait été cachée à cette occasion.

20 ans ont passé. La sculpture fait aujourd'hui partie de l'image de la ville de Luxembourg et a gagné l'acceptation des habitants. Son apparence ne choque plus. "Cette sculpture ne serait certainement plus cachée aujourd'hui lors d'une procession de l'Octave", affirme le prêtre Henri Hamus, ancien prédicateur de l'Octave lors d'un entretien avec le Luxemburger Wort.