Changer d'édition

Royal-Hamilius, nouvelle «locomotive du centre-ville»
Luxembourg 3 min. 19.11.2019 Cet article est archivé

Royal-Hamilius, nouvelle «locomotive du centre-ville»

Selon Serge Wilmes, la fréquentation du Royal-Hamilius devrait aussi profiter aux autres commerces du centre-ville.

Royal-Hamilius, nouvelle «locomotive du centre-ville»

Selon Serge Wilmes, la fréquentation du Royal-Hamilius devrait aussi profiter aux autres commerces du centre-ville.
Photo : Gerry Huberty
Luxembourg 3 min. 19.11.2019 Cet article est archivé

Royal-Hamilius, nouvelle «locomotive du centre-ville»

L'ouverture du centre commercial en plein cœur de la capitale a suscité bien des réactions. Serge Wilmes, échevin en charge du commerce, veut y voir un pole d'attraction qui rejaillira sur tout le secteur.

(DH avec Diane Lecorsais) - Faire du Royal-Hamilius «la locomotive du centre-ville», telle était l'idée des élus de la Ville de Luxembourg alors que le projet était encore dans les cartons. Comme l'explique Serge Wilmes (CSV) au Luxemburger Wort, une étude avait été diligentée afin de déterminer les besoins de ce secteur géographique de la capitale. Il fallait alors répondre à la double concurrence des grands centres commerciaux de la périphérie de Luxembourg et de l'e-commerce.

«L'idéal est bien entendu que les magasins aux alentours bénéficient de cette attractivité», commente l'échevin en charge du commerce. «Il existe certainement des commerçants qui s'inquiètent de cette implantation, mais il en existe d'autres qui trouvent cet ensemble complémentaire de l'offre déjà existante», ajoute l'élu.


Un restaurant de plus au Royal-Hamilius
L'enseigne «Victorine» vient compléter l'offre gourmande du futur grand site commercial de la capitale. L'ouverture de ce second point gourmand est annoncée pour le 1er trimestre 2020.

L'affluence de samedi dernier aurait tendance à donner raison à un échevin peu prolixe ces derniers temps. «Après l'ouverture de la FNAC, le parking souterrain du Royal-Hamilius (ndlr: 628 places) était complet», assure-t-il.

Point sur les habitudes d'achat

L'échevin regrette que le débat concernant l'état des lieux des commerces de la Ville ait quelque peu été dévoyé ces dernières semaines, «les impressions et les sentiments prenant le pas sur les faits». Selon lui, la Ville est devenue «active» et d'indiquer la tendance à la hausse du nombre de commerces: «+6 % dans la Ville-Haute et +7 % dans le quartier de la Gare».

Menée entre les mois de mai et octobre, une enquête sur les habitudes d'achat des consommateurs dans le centre-ville sera présentée prochainement. Elle montre, entre autres, qu'un client sur deux y dépense de l'argent. D'autre part, une analyse des flux piétonniers dans les différentes rues commerciales permettra une analyse plus fine des allers et venues des chalands. Elle pointera aussi les zones «désertées». Sur la base des résultats récoltés, la Ville et les commerçants délaissés pourront agir.

Un espace public repensé

L'échevin en charge du commerce indique aussi que les édiles ambitionnent de rendre la périphérie nord-est de la Vieille-Ville plus accessible et attrayante. Ce fut le cas cet été. L'installation d'une plage de 350 m2 sur la place du Théâtre avait rencontré le succès.

«Nous définissons le cadre, façonnons l'espace public», ajoute encore Serge Wilmes. Dans le cadre du Royal-Hamilius, par exemple, la zone piétonne est en cours d'élargissement et la gare routière «laissera la surface pour une place publique. Dans le même ordre d'idée, la place Hamilius sera intégrée au programme Winterlights pour gagner en attractivité.


La «Nana» fait son come-back
Qui est ronde, multicolore et manquait au paysage de la capitale depuis 2011? Réponse: la statue de Nikki de Saint Phalle qui a retrouvé son socle, ce mercredi, au terme d'une disparition due au chantier du centre commercial Royal-Hamilius.

En ce qui concerne la passe difficile que traversent les commerces de la capitale, à la gare particulièrement, l'échevin affirme que la situation ne résulte pas uniquement des multiples chantiers en cours. «La concurrence était moindre par le passé», souligne-t-il.

En matière de stationnement, l'administration communale envisage de revoir sa politique tarifaire, du moins en ce qui concerne ses propres places. Elle entend aussi offrir davantage de places de courte durée mais elle n'a pu empêcher le parking de l'avenue Monterey de s'aligner sur les tarifs pratiqués par ses concurrents.

«De nombreux projets listés dans la convention entre la Ville de Luxembourg et l'Union commerciale sont maintenant terminés. Il est donc temps d'en démarrer de nouveaux», conclut Serge Wilmes.


Sur le même sujet

La formule attractive des pop-up stores
Et si l'avenir du commerce de ville tenait dans les boutiques éphémères? A Luxembourg, la tendance commence à prendre. La Ville étant même prête à tenter l'expérience au-delà du centre-ville.
Lokales,Pop-Up-Stores in der Hauptstadt -  Bricks4Kidz (38, rue Philippe II) . Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Pourquoi le Kirchberg se doit d'ouvrir des boutiques
Dans deux mois, un nouveau centre commercial sera inauguré à l'ombre des tours du quartier des affaires. Une petite révolution pour son concurrent installé à l'autre bout du plateau, mais surtout un véritable signe du changement de destination de ce secteur visant les 25.800 habitants d'ici 20 ans.
Chantier Batiment Infinity Kirchberg - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
«On gère un centre commercial comme un village»
Laurent Schonckert est arrivé à La Belle Étoile en 1984. A l'heure où le centre commercial fête ses 45 ans, celui qui le dirige parle des évolutions passées, à venir et de ce paysage commercial qui ne cesse de voir naître des mastodontes.
Laurent Schonckert, administrateur de La Belle Étoile, regrette que les nouveaux centres soient portés par des promoteurs immobiliers.
Royal-Hamilius continue à se remplir
Tango, l'opérateur en TV, téléphonie et internet vient d'officialiser sa venue au nouveau centre commercial de la capitale. Une cellule de plus d'occupée à deux mois maintenant de l'ouverture des premières boutiques.
Hamilius: le parking pour "les amateurs d'art"
628 places et un parcours pour les amateurs d'art contemporain: le parking Royal Hamilius a été inauguré ce jeudi matin. Après deux années de travaux, son ouverture est la première étape du grand projet de la Ville de Luxembourg pour redynamiser le commerce de la capitale.