Changer d'édition

Roberto Traversini devra rembourser le CIGL
Luxembourg 2 min. 19.09.2019 Cet article est archivé

Roberto Traversini devra rembourser le CIGL

Roberto Traversini reconnaît avoir fait appel au service du CIGL pour des travaux. Il s'engage à payer ce chantier de 4 heures.

Roberto Traversini devra rembourser le CIGL

Roberto Traversini reconnaît avoir fait appel au service du CIGL pour des travaux. Il s'engage à payer ce chantier de 4 heures.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 2 min. 19.09.2019 Cet article est archivé

Roberto Traversini devra rembourser le CIGL

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le bourgmestre de Differdange a utilisé à des fins personnelles de la main-d'œuvre du Centre d'Initiative et de Gestion Local de la commune. Pour ces travaux, il lui est demandé de payer les heures effectuées.

Des erreurs, le bourgmestre de Differdange en a reconnu plusieurs, dans la façon dont il a géré certains travaux sur une maison dont il a hérité. A commencer par le recours à plusieurs salariés du CIGL Differdange -dont il est président- pour assurer un petit chantier. Et si lors d'une conférence de presse, l'opposition communale DP, Déi Lénk et LSAP avait demandé explications -voire démission- à l'élu début septembre, Roberto Traversini (Déi Gréng) s'est expliqué mercredi sur «l'affaire».

Ce jeudi, c'est le conseil d'administration du Centre d'Initiative et de Gestion Local differdangeois (CIGL) qui a tenu à repréciser certains points. A commencer par les interventions même de ses agents au 15A, route de Pétange à Niederkorn, adresse de la bâtisse dont a hérité Roberto Traversini et dont il a entrepris une rénovation. 


Le bourgmestre de Differdange poussé à la démission
Les élus d'opposition au conseil communal (Déi Lénk et DP) demandent le départ de Roberto Traversini (Déi Gréng). Le LSAP critique également l'élu qui aurait entrepris des travaux sans autorisation sur un bien immobilier situé sur une zone naturelle.

Ainsi, si le 14 janvier 2019, le service Okkasiounsbuttik a été observé à proximité de la bâtisse, c'est uniquement au titre de la récupération de meubles. Par ailleurs, c'est bien dans le cadre d'une «formation» et non suite à une commande Roberto Traversini que, du 19 au 28 juin 2019, une équipe du service Environnement du CIGL a effectué la pose d'une façade en bois sur un chalet de jardin, jouxtant l'habitation. 

Le matériel utilisé pour cette mission avait été récupéré sur des chantiers antérieurs «et sera enlevé dès que les circonstances le permettront», précise le CIGL. 

La maison dont Roberto Traversini a hérité, a fait l'objet de travaux sans autorisation préalable alors qu'elle se situe en zone naturelle. Une autre «erreur» que reconnaît le bourgmestre.
La maison dont Roberto Traversini a hérité, a fait l'objet de travaux sans autorisation préalable alors qu'elle se situe en zone naturelle. Une autre «erreur» que reconnaît le bourgmestre.
Photo: Chris Karaba

Reste les quatre heures d'intervention pour la remise en état d'un garde-corps, le 19 juillet dernier. Cette fois, le député-maire et président CIGL a commis «une erreur», comme il l'affirme. «Une irrégularité» dont il s'est excusé auprès du Centre d'initiative. Trois personnes du « Service Mines » ont bien effectué ce travail, sans que la demande ait été transmise au conseil d'administration. «Ces travaux devront être facturés», assure la structure pour mettre un terme à la polémique.

Encore des clarifications

Si Roberto Traversini a promis de s'exprimer cette semaine encore sur sa mise en retrait de certaines fonctions, il entend rester bourgmestre de Differdange. Affaibli par cette polémique, il a promis de révéler ses choix pour l'avenir d'ici quelques jours.

Reste que son opposant communal, François Meisch (DP) a signalé à la justice d'autres irrégularités. L'élu soupçonne Roberto Traversini d'avoir chargé un «stagiaire» du service de construction de la commune de dessiner les plans pour le réaménagement de la maison incriminée. Un point de plus à clarifier.


Sur le même sujet

L'annus horribilis de Roberto Traversini
Il y a douze mois, l'élu Déi Gréng démissionnait de son poste de bourgmestre de Differdange avant de quitter la Chambre quelques jours plus tard. Retour sur une affaire qui a débuté par des travaux dans un petit cabanon.
Lokales,  Conference de Presse Roberto Traversini, batisse du 15 A route de Petange,  Chris Karaba/Luxemburger Wort
Roberto Traversini démissionne
Après avoir reconnu des «erreurs» sur des travaux entrepris sur une de ses habitations, le bourgmestre de Differdange a annoncé quitter ses fonctions de bourgmestre ce vendredi matin.
Roberto Traversini reste à la tête de Differdange
Le bourgmestre a admis avoir commis plusieurs erreurs dans la manière dont il a conduit des travaux dans l'une de ses habitations. Mais pas de quoi le pousser à quitter ses fonctions comme le réclamait une partie de son opposition.
Lokales,  Conference de Presse Roberto Traversini, batisse du 15 A route de Petange,  Chris Karaba/Luxemburger Wort
Les Verts marchent à l'ombre
Le parti gouvernemental Déi Gréng est sous les projecteurs depuis le coup dur qui a touché le ministre de la Justice, Félix Braz, cet été. Mais il reste à couvert. La question étant de savoir qui reprendra l'un des ressorts confiés à Sam Tanson ?
Les Verts lors de leur bilan parlementaire, début août.
Le bourgmestre de Differdange poussé à la démission
Les élus d'opposition au conseil communal (Déi Lénk et DP) demandent le départ de Roberto Traversini (Déi Gréng). Le LSAP critique également l'élu qui aurait entrepris des travaux sans autorisation sur un bien immobilier situé sur une zone naturelle.