Changer d'édition

Rien de définitif sur le cannabis récréatif
Luxembourg 2 min. 02.03.2020 Cet article est archivé

Rien de définitif sur le cannabis récréatif

Le cadre légal encadrant la vente de cannabis récréatif avance à petits pas.

Rien de définitif sur le cannabis récréatif

Le cadre légal encadrant la vente de cannabis récréatif avance à petits pas.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 02.03.2020 Cet article est archivé

Rien de définitif sur le cannabis récréatif

La ministre de la Santé confirme qu'un document de travail provisoire circule entre ses services et les autorités judiciaires. Mais aucun texte définitif n'a pour l'heure été validé par le gouvernement.

(pj) 2021 approche. Et plus le temps passe, plus les bruits sur le futur cadre légal de la mise en vente libre de cannabis à usage récréatif se multiplient. Les derniers en date ont trouvé écho sur radio 100.7 le 24 février, pour aussitôt rebondir via une question parlementaire signée des députés CSV Françoise Hetto-Gaasch et Claude Wiseler. Mais pas question pour Paulette Lenert (LSAP), ministre de la Santé, de confirmer ou d'infirmer la moindre information, ce lundi.

La responsable politique convient seulement qu'un «document de travail provisoire» est bien en cours d'élaboration sur le sujet. Si ce «premier concept provisoire» regroupe de nombreuses préconisations de spécialistes des questions médicales, d'addictions ou judiciaires, aucun avis gouvernemental sur les mesures à mettre en place n'a encore été sollicité.


L'appli qui ne vous rendra pas accro
Modernité oblige: trois acteurs de la prévention de la toxicomanie viennent de lancer l'application «Suchtberodung» pour que consommateurs comme proches appréhendent mieux risques et moyens de s'en sortir.

Faudra-t-il limiter la vente à 30 grammes par mois et par consommateur, comme le suggère le premier écrit? Y aura-t-il plus que 14 points de vente sur l'ensemble du pays? Quel sera le dispositif de contrôle des doses fournies ou du taux de THC des produits proposés? Comment seront gérées les «fermes» luxembourgeoises où seront cultivés les plants de cannabis récréatif nécessaires au marché national? La ministre ne s'avance pas plus dans sa réponse.

Eloigner du marché illicite

Paulette Lenert se contente de rappeler que le concept «continue d'être développé» et que le «document peut changer au cours des mois prochains». Un brouillard législatif qu'il faudra bien un jour percer si la mise sur le marché de cannabis récréatif doit effectivement débuter l'an prochain.

Pour mémoire, la mesure fait partie de l'accord de coalition 2018-2023 signé par les trois partis de gouvernement. DP, LSAP et Déi Gréng souhaitaient la révision des modalités légales d'achat, de possession et de consommation de cannabis récréatif pour les besoins personnels des résidents majeurs. Une mesure devant permettre «d’éloigner les consommateurs du marché illicite, de réduire de façon déterminée les dangers psychiques et physiques y liés et de combattre la criminalité au niveau de l'approvisionnement».


Sur le même sujet

En juillet, le pays n'a pas reçu la quantité souhaitée pour le traitement des quelque 440 patients bénéficiant de cette médication. C'était le troisième incident de la sorte depuis février 2019, et l'autorisation d'importation du produit.
Nicolas Henckes voit des opportunités dans la future légalisation du cannabis. Par contre, le patron de la Confédération luxembourgeoise du commerce (CLC) regrette l'impact du congé parental et des jours fériés sur les petites entreprises.
Si la future légalisation du cannabis représente une opportunité pour le commerce au Luxembourg, Nicolas Henckes souhaite que cette activité se déroule dans «un cadre normé»
De retour d’un voyage d’étude outre-Atlantique, les ministres Etienne Schneider (Santé) et Braz (Justice) ont livré ce vendredi les conclusions de leur périple, en prévision de la prochaine loi sur le produit à des fins récréatives.
La légalisation du cannabis, qui fait partie du programme gouvernemental devrait être mise en œuvre cet automne. Un groupe de travail prépare actuellement le texte.
Interdire la vente d’alcool aux mineurs et limiter la vente de boissons alcoolisées dans les stations essence. Voici deux idées évoquées par le ministre de la Santé, Etienne Schneider, lors de la présentation des points-clés de l'accord de coalition concernant le volet «santé» aux députés, ce mardi 15 janvier.