Changer d'édition

"Rien d'extraordinaire, on accueille des réfugiés depuis 20 ans"
Luxembourg 3 min. 08.09.2015 Cet article est archivé
Le bourgmestre de Weilerbach

"Rien d'extraordinaire, on accueille des réfugiés depuis 20 ans"

La ministre Corinne Cahen accueillant des familles de réfugiés en 2014 aux côtés du bourgmestre de Weilerbach, Ernest Walerius
Le bourgmestre de Weilerbach

"Rien d'extraordinaire, on accueille des réfugiés depuis 20 ans"

La ministre Corinne Cahen accueillant des familles de réfugiés en 2014 aux côtés du bourgmestre de Weilerbach, Ernest Walerius
Photo: SIP / Charles Caratini
Luxembourg 3 min. 08.09.2015 Cet article est archivé
Le bourgmestre de Weilerbach

"Rien d'extraordinaire, on accueille des réfugiés depuis 20 ans"

Ernest Walerius est presque étonné qu'on le joigne au téléphone. A peine rentré de congés, le bourgmestre de la commune de Berdorf a du mal à comprendre ce remue-ménage soudain autour de l'arrivée de réfugiés.

Par Christelle Raineri

Ernest Walerius est presque étonné qu'on le joigne au téléphone ce mardi matin. A peine rentré de congés, le bourgmestre, à la tête de Weilerbach (commune de Berdorf) depuis 10 ans, a du mal à comprendre tout ce remue-ménage soudain autour de l'arrivée de réfugiés au centre Héliar géré par l'OLAI. 

"Pour nous, il n'y a rien d'extraordinaire, on accueille des réfugiés ici depuis 20 ans", lance-t-il. "On a parfois jusqu'à 300 personnes hébergées là. Les deux dernières fois, on avait accueilli une cinquantaine de Syriens puis une quarantaine."

Le centre Héliar de Weilerbach a été acheté par l'Etat et confié à l'OLAI en 1999
Le centre Héliar de Weilerbach a été acheté par l'Etat et confié à l'OLAI en 1999
Archives LW

Une visite destinée à la presse y avait d'ailleurs eu lieu en juin dernier, alors que le centre hébergeait les 46 réfugiés syriens accueillis le 5 mai au Luxembourg. Les familles que nous avions alors pu rencontrer témoignaient toutes de l'enfer qu'elles avaient fui.

"Une cohabitation sans problème"

"Au début, les gens d'ici n'acceptaient pas la proximité avec ce type de centre. Ils craignaient surtout que cela ne dévalorise leur bien immobilier. Mais ce n'est plus du tout le cas aujourd'hui. Les choses ont changé. On a une cohabitation sans problème."

"On a bien dû faire face à quelques incidents mineurs, mais je m'étais alors rendu compte que ma commune hébergeait à elle seule 17% des réfugiés accueillis dans tout le pays. J'avais demandé à ce que Weilerbach soit dédié exclusivement aux familles de réfugiés avec enfants. Logique, puisque le centre dispose d'une école. Depuis, tout va pour le mieux."

Le centre Héliar dispose d'une école pour les enfants réfugiés
Le centre Héliar dispose d'une école pour les enfants réfugiés
Photo: Anouk Antony

Toujours présent pour les accueillir

A chaque nouvelle arrivée, la ministre de la Famille et de l'Intégration, Corinne Cahen, invite Ernest Walerius à la rejoindre à l'aéroport du Findel et c'est de très bon coeur qu'il s'y rend pour une première rencontre avec ces nouvelles familles. "Pour l'instant, je n'ai pas encore d'information concernant l'arrivée imminente des réfugiés syriens attendus", confie-t-il. 

Mise à jour: on sait maintenant que c'est par bus que les réfugiés seront acheminés au Luxembourg depuis Karlsruhe. Le nombre exact de personnes affectée au centre de Weilerbach n'est pas connu.

Enfin, le bourgmestre n'a pas eu vent d'un quelconque mouvement spontané des citoyens pour souhaiter la bienvenue aux nouveaux arrivants, comme on a pu le voir dans d'autres pays, tels que l'Allemagne, prouvant que la mort du petit Aylan a déjà changé beaucoup de choses.



Sur le même sujet

Quatre ans et demi après leur arrivée au Grand-Duché, Bilal et Mamo coulent des jours heureux avec leur famille, à Schuttrange. Fuyant la Syrie en guerre, à l'image de milliers d'autres réfugiés, ils ont pris un nouveau départ et ne regrettent rien.
Flüchtlinge in Luxemburg: was ist aus ihnen geworden, drei Jahre später?, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Ils ont fui un pays ravagé par une guerre sans merci. Piégés entre la dictature du président Bachar el Assad et l'épouvantable barbarie répandue par Daech, ces familles syriennes ont dû fuir, tout laisser derrière eux, laisser leur vie en suspens. Survivre et protéger leurs enfants.
Le rendez-vous a été lancé via les réseaux sociaux: des citoyens s'organisent pour être à Weilerbach ce soir à 18 heures. Ils veulent souhaiter la bienvenue aux réfugiés syriens attendus au Luxembourg entre 19h15 et 19h30.
A personn holds a placard reading "Refugees Welcome" on September 6, 2015 during a rally in support of Syrian refugees at the place de la Comedie in Lyon. Germany and France have agreed that the European Union, facing an unprecedented influx of migrants, should impose binding quotas on the numbers member states take in, German Chancellor Angela Merkel said on September 3, 2015. The head of the United Nations refugee agency Antonio Guterres said today that while Europe's asylum system was dysfunctional, the migrant crisis was "manageable" if countries worked together. AFP PHOTO / JEAN-PHILIPPE KSIAZEK
Tous nos articles sur la crise des réfugiés en Europe et l'arrivée de familles de réfugiés au Luxembourg.
Migrant girl with a teddy bear waits with other migrants for their transport at the police collection point close to the Hungarian-Serbian border near Roszke village on September 6, 2015. Europe is deeply divided over how to handle the continent's biggest refugee crisis since the end of World War II. AFP PHOTO / CSABA SEGESVARI
Ce mardi à l'aéroport du Findel
43 réfugiés syriens sont arrivés au Luxembourg ce mardi midi, parmi lesquels 27 enfants. Une femme et deux enfants arriveront à leur tour au Grand-Duché mercredi. Ils seront donc 46 à terme.
Les familles sont été accueillies à l'aéroport de Luxembourg par Corinne Cahen, ministre de la Famille et de l’Intégration, Yves Piron, directeur de l’Office luxembourgeois de l’accueil et de l’intégration (OLAI) et Ernest Walerius, bourgmestre de Berdorf et vice-président du Syvicol.