Changer d'édition

Retour du loup au Luxembourg: «Ça peut arriver demain»
Luxembourg 2 min. 17.12.2014 Cet article est archivé
Sa propagation est suivie de près

Retour du loup au Luxembourg: «Ça peut arriver demain»

Un loup vit en général sur un territoire d'environ 250 km2. La superficie du Luxembourg est de 2.586 km2. Soit dix fois plus. Mais seule sa partie Nord conviendrait en réalité à son mode de vie.
Sa propagation est suivie de près

Retour du loup au Luxembourg: «Ça peut arriver demain»

Un loup vit en général sur un territoire d'environ 250 km2. La superficie du Luxembourg est de 2.586 km2. Soit dix fois plus. Mais seule sa partie Nord conviendrait en réalité à son mode de vie.
AFP
Luxembourg 2 min. 17.12.2014 Cet article est archivé
Sa propagation est suivie de près

Retour du loup au Luxembourg: «Ça peut arriver demain»

Le retour du loup -notamment dans les Ardennes luxembourgeoises- est pris très au sérieux par les ministres de l'Environnement et de l'Agriculture. Sa réapparition peut encore durer... ou être imminente. «Il n'est pas exclu que le loup soit déjà passé par le Luxembourg», selon l'Administration de la nature et des Forêts qui suit ce sujet de près.

(MF) - Le retour du loup -notamment dans les Ardennes luxembourgeoises- est pris très au sérieux par les ministres de l'Environnement et de l'Agriculture. Sa réapparition peut encore durer... ou être imminente. «Il n'est pas exclu que le loup soit déjà passé par le Luxembourg», selon l'Administration de la nature et des Forêts qui suit ce sujet de près.

Difficile de dire quand le loup effectuera son retour en terre luxembourgeoise. «Le retour du loup au Luxembourg peut encore durer 10 ans, mais ça peut aussi arriver demain», expliquent Carole Dieschbourg, la ministre de l'Environnement et Fernand Etgen, le ministre de l'Agriculture. Dans une réponse commune adressée au député (adr) Fernand Kartheiser qui s'inquiète de cette réapparition et de ses conséquences. Il a posé une question parlementaire sur ce sujet.

«Il n'est pas exclu que le loup soit déjà passé par le Luxembourg mais cela n'est pas forcément facile à affirmer du fait de son attitude extrêmement farouche à l'égard de l'homme et parce que chaque loup n'est pas nécessairement détecté», font savoir les ministres.

Fait est que le loup, même s'il n'est pas facile de le repérer, est déjà depuis de longues années dans le collimateur des spécialistes de l'Administration de la nature et des Forêts qui suivent sa propagation en Europe, et surtout dans les pays voisins, de près. Depuis l'an 2000, ils ont «régulièrement des échanges sur ce thème avec leurs collègues de l'étranger», assure-t-on côté ministériel.

L'Administration de la nature et des Forêts est même «en ce moment» en train de mener des discussions informelles avec des spécialistes de la question des pays voisins «pour créer un groupe d'experts dans le but de plancher sur un Plan de management interrégional».

Un plan qui doit avant tout porter sur une sensibilisation massive de la population «car beaucoup de personnes ont une fausse image du loup à cause de contes comme le Petit Chaperon rouge».


Sur le même sujet

Des analyses scientifiques ont confirmé la présence du loup au Luxembourg, après que des moutons avaient été retrouvés à moitié dévorés, en juillet, dans l'ouest du Grand-Duché.
Le loup repéré au Luxembourg est un loup gris (canis lupus).
Il avait été aperçu en Belgique, on l'attendait au Luxembourg. Mercredi vers 23h30, un animal a été vu dans la campagne proche de Leudelange, selon le ministère de l'Environnement.
Cette photo a été prise mercredi soir dans la campagne près de Leudelange.
«C'est absolument envisageable»
«Le retour du loup au Luxembourg est absolument envisageable. L'habitat est là et la nourriture aussi», explique le directeur-adjoint de l'Administration de la nature et des forêts. Le sujet passsionne. Près de 850 personnes ont déjà assisté à sa conférence aux quatre coins du pays.
Laurent Schley: «Le loup est à la recherche d'un habitat un peu convenable. Il s'installe parce qu'il y a beaucoup de chevreuils et de sangliers à manger».