Changer d'édition

«Réticences au sein du corps médical» sur l'euthanasie
Luxembourg 3 min. 13.11.2019

«Réticences au sein du corps médical» sur l'euthanasie

Pour le Dr Jean-Claude Schmit, président de la plateforme «fin de vie», le besoin de formation sur cette question reste d'actualité, dix ans après le vote des lois de 2009.

«Réticences au sein du corps médical» sur l'euthanasie

Pour le Dr Jean-Claude Schmit, président de la plateforme «fin de vie», le besoin de formation sur cette question reste d'actualité, dix ans après le vote des lois de 2009.
Photo: Lex Kleren
Luxembourg 3 min. 13.11.2019

«Réticences au sein du corps médical» sur l'euthanasie

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Dix ans après le vote des lois autorisant le recours à une fin de vie consentie et au suicide assisté, certains questionnements restent d'actualité. Explications avec Jean-Claude Schmit, directeur de la Santé et président de la plateforme «fin de vie».

Depuis 2009, 52 personnes sont officiellement décédées dans le cadre défini pour l'euthanasie. Seules deux l'ont été par assistance au suicide. Comment ces données peuvent-elles être interprétées selon vous?

Dr Jean-Claude Schmit - «Le nombre de gens qui ont recours à l’euthanasie ou au suicide assisté reste relativement faible comparé à des chiffres comparables d’autres pays. On peut donc se poser la question si l’information du public et des professionnels de santé quant à la possibilité de recourir à ces modalités est suffisante. 

Dans ce sens, un des buts de la conférence ce mercredi soir- «Ma volonté en fin de vie... et avant», organisée à l'abbaye de Neumünster, ndlr - est d’informer le grand public et les professionnels sur les différentes options en fin de vie que la loi luxembourgeoise permet. Nous avons également édité récemment une brochure en quatre langues - français, allemand, anglais et portugais, ndlr - qui explique les trois lois qui s’appliquent en fin de vie et qui incitent le citoyen à réfléchir sur ses choix personnels.

Dix ans après les lois sur les soins palliatifs et l'euthanasie, une nouvelle stratégie doit être mise en place, notamment pour mieux former les professionnels. Cela signifie que des réticences existent encore au sein du corps médical?

«Effectivement, il existe encore des réticences au sein du corps médical vis-à-vis de l’euthanasie. C’est d’ailleurs un droit du médecin, prévu explicitement par la loi, de refuser de pratiquer l’euthanasie si cela est contraire à ses convictions personnelles, philosophiques ou religieuses. Par contre, il a l’obligation alors d’orienter son patient désireux de recourir à l’euthanasie à un confrère qui la pratique. Et ceci dans des délais réalistes. 


Un plan national sur la fin de vie d'ici fin 2020
Dix ans après le vote de la loi autorisant le recours à l'euthanasie au Luxembourg, le gouvernement annonce lundi sa volonté de mettre en place une stratégie visant notamment à «respecter le choix du patient», «réduire les inégalités d'accès» ou bien encore «former les professionnels».

Au-delà des réticences, il y a également un besoin de formation à plusieurs niveaux : comment aborder le sujet de la fin de vie avec ses patients ? Comment orienter le patient sans l’influencer indûment dans ses choix personnels à faire pour sa fin de vie ? Comment en pratique réaliser une euthanasie correctement ?

La future stratégie doit également inclure «certaines organisations supplémentaires» dans le dispositif afin de bénéficier d'une «représentativité correcte dans le secteur». Quelles lacunes cette mesure doit-elle combler?

«Un sujet très personnel comme la fin de vie se réfère généralement à des considérations philosophiques et génère souvent des réactions émotionnelles fortes. Pour cette raison, il est important pour la cohérence de notre société de procéder dans les discussions et décisions qui y sont liées, autant que faire se peut, par consensus. Et ce, en associant au débat toutes les parties prenantes importantes. 


Depuis l'entrée en vigueur de la loi sur l'euthanasie en 2009, 52 patients au Luxembourg ont reçu un traitement de suicide assisté.
L'euthanasie considérée comme une mort naturelle
Le conseil de gouvernement a adopté, jeudi 11 juillet, la modification du projet de loi visant à «assimiler la mort d’une personne décédée à la suite d’une euthanasie ou d’une assistance au suicide à une mort naturelle».

Même si on prend par la suite des décisions dans l’un ou l’autre sens, il est important que tous soient d’abord entendus en leur avis. Le groupe de travail au ministère de la Santé qui existait par le passé et qui s’occupait des discussions autour des thématiques de fin de vie ne comprenait pas certains acteurs importants et il prévu d’y remédier dans le groupe qui élaborera le futur plan national fin de vie.»


Sur le même sujet

L'euthanasie considérée comme une mort naturelle
Le conseil de gouvernement a adopté, jeudi 11 juillet, la modification du projet de loi visant à «assimiler la mort d’une personne décédée à la suite d’une euthanasie ou d’une assistance au suicide à une mort naturelle».
Depuis l'entrée en vigueur de la loi sur l'euthanasie en 2009, 52 patients au Luxembourg ont reçu un traitement de suicide assisté.
Environ dix cas d'euthanasie par an
Selon un rapport déposé à la Chambre ce mardi, le nombre d’assistances au suicide est resté constant à 19 cas entre 2017 et 2018. L'acte se déroule de plus en plus à domicile selon la volonté du patient.
L'acte d'euthanasie se déroule de plus en plus à domicile selon la volonté du patient.