Changer d'édition

Reprise casse-tête sur les terrains de football
Luxembourg 4 min. 13.01.2021 Cet article est archivé

Reprise casse-tête sur les terrains de football

Seule la première division reprendra en février côté football; les autres joueurs devant toujours se contenter des entraînements.

Reprise casse-tête sur les terrains de football

Seule la première division reprendra en février côté football; les autres joueurs devant toujours se contenter des entraînements.
Photo : Nicolas Bouvy
Luxembourg 4 min. 13.01.2021 Cet article est archivé

Reprise casse-tête sur les terrains de football

Juliette MARIAGE
Juliette MARIAGE
Les footballeurs luxembourgeois peuvent rechausser leurs crampons depuis lundi. Si la reprise en première division est classique, les autres doivent se réinventer pour respecter les restrictions sanitaires.

Retour sur la pelouse pour les 40.000 licenciés de football au Luxembourg ce lundi, après plus de deux mois d'interruption. Mais un fossé de restrictions sépare les divisions premières des autres. Si les uns ont pu reprendre des sessions d'entraînement normales, les autres doivent respecter des règles strictes.


Le joueurs de tennis sont autorisés à reprendre leur raquette, mais pas en double.
Kersch desserre timidement la vis sur le sport
Annoncées mardi par le Premier ministre, évoquées mercredi en commission parlementaire, les nouvelles mesures sanitaires pour les différentes pratiques ont été détaillées jeudi.

Ces restrictions ont évolué depuis l'arrêt des entraînements en novembre. Désormais, les sportifs ne peuvent s'entraîner à plus de dix en même temps, et en respectant deux mètres entre chacun. «J'aurais bien aimé qu'on puisse reprendre les entraînements par groupe de quatre sans restrictions comme à l'automne», regrette Arno Bonvini, coordinateur du centre de formation du F91 Dudelange. Le protocole précédent permettait ainsi d'organiser des duels sur le terrain, à deux contre deux. Impossible avec les distanciations désormais obligatoires.

Aussi, les coaches ont-ils dû plancher sur de nouvelles méthodes. Pas d'aides de la part du gouvernement pour cela, le ministre des Sports Dan Kersch (LSAP) ayant simplement enjoint les entraîneurs à faire preuve «d'imagination». La reprise de l'activité sportive n'a en effet pas été relancée pour les performances mais parce qu'elle est jugée importante pour la «santé physique et mentale», en ces temps de pandémie.


Les tests pour les sportifs font débat
Prévue fin janvier, la reprise des compétitions sportives devrait s'accompagner d'un test rapide avant chaque match. Mais le choix de mobiliser 50.000 tests ne fait pas l'unanimité auprès des fédérations.

C'est pourquoi le centre de formation du F91 a décidé de reprendre seulement la semaine prochaine, le temps de réfléchir à des alternatives. «Il est important de ne pas mettre les jeunes en danger», rappelle Arno Bonvini. Le travail sera axé davantage sur les exercices individuels techniques avec le ballon, ou sur des éléments plus physiques comme la musculation.

 Et, dans ces conditions, attirer les joueurs vers les terrains relève du défi. «On a déjà un certain décrochage, notamment chez les plus vieux joueurs qui ne sont pas en équipe première et ne peuvent pas reprendre la compétition», se désole Arno Bonvini. Le club a perdu une quarantaine de licenciés au début de la saison, sur les 400 qui étaient inscrits en 2019/2020. Pas question de laisser filer ceux qui s'accrochent. 

Pour les jeunes de l'Académie du Hamm Benfica, la reprise a également eu lieu lundi.
Pour les jeunes de l'Académie du Hamm Benfica, la reprise a également eu lieu lundi.
Photo : Alexandre Lopes

Une tendance moins présente chez les plus jeunes pratiquants, même si l'hiver et ses températures froides sont une période classique de décrochage. «On a une forte demande chez les petits», assure Pascal Welter, directeur sportif du Fola Esch, où les séances ont repris dès lundi. Non sans difficultés. «Ce n'est pas évident d'expliquer à un enfant de six ans qu'il a le droit d'être proche de ses amis à l'école mais pas au foot», grince Pascal Welter. 

Un problème que ne connaîtront pas les joueurs des équipes premières, autorisés à reprendre des sessions d’entraînement sans restrictions. Les trois semaines d'entraînements qui les attendent avant la reprise des matches ne seront cependant pas de trop. «Même si les joueurs et joueuses avaient un programme de musculation individuel à suivre durant la pause, il faut retrouver les sensations avec le ballon et en équipe», détaille Pascal Welter.

Les membres de l'équipe et le staff se sont retrouvés lundi pour la première fois depuis deux mois. Au programme : techniques de replacement sur le terrain, d'anticipation de la trajectoire du ballon et tactiques de groupe. Au Hamm Benfica, l'un des clubs de la capitale, les footballeurs sont aussi de retour, prêts à en découdre malgré leur dernière place (avec un match de retard) au classement général de la BGL Ligue, arrêtée le 22 novembre dernier. Mais Alexandre Lopes, le directeur général, émet des doutes sur la reprise. «On se demande pour qui on joue», s'interroge-t-il.

Les matches se tiendront en effet toujours à huis clos, sans spectateurs en tribunes. «Et les caméras de RTL promises à la rentrée pour diffuser les matches en streaming ne sont toujours pas installées dans notre stade», déplore le responsable. La reprise est néanmoins prévue le week-end des 6 et 7 février.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Prévue fin janvier, la reprise des compétitions sportives devrait s'accompagner d'un test rapide avant chaque match. Mais le choix de mobiliser 50.000 tests ne fait pas l'unanimité auprès des fédérations.
Au lendemain de l'annonce par le Premier ministre Xavier Bettel d'un relâchement des restrictions liées à la pandémie, le ministre des Sports Dan Kersch a précisé en commission parlementaire les mesures strictes établies pour la reprise du sport.
Les sports individuels ou pratiqués à deux pourront reprendre sans restrictions ou port de masque.
Arno Bonvini n’a pas eu à réfléchir longtemps pour prendre la succession de Paulo Gomes démissionnaire de son poste d’entraîneur mercredi soir. «La semaine anglaise qui arrive sera décisive pour le maintien», annonce-t-il.
Arno Bonvini (Trainer Differdingen) / Fussball, Nationaldivision, Hostert - Differdingen, Hostert / 04.11.2018 / Foto: kuva
Ecrasé 0-6 par Dudelange, lors de l'ouverture du championnat, Wiltz va connaître un mois d'août difficile et passera un test intéressant dimanche à Rumelange, une formation appréciée par Romain Ruffier. Par la même occasion, le portier nordiste nous livre aussi ses «pronos» pour cette deuxième journée de BGL Ligue.
Romain Ruffier apprécie les valeurs véhiculées par l'USR mais il ne lui déplairait pas de prendre un point à Rumelange dimanche.