Changer d'édition

Une caverne d'Ali Baba aux CFL
Luxembourg 6 2 min. 15.06.2021
Reportage

Une caverne d'Ali Baba aux CFL

Les sacs à dos, chapeaux et autres blousons restent dans les locaux des CFL pendant deux mois.
Reportage

Une caverne d'Ali Baba aux CFL

Les sacs à dos, chapeaux et autres blousons restent dans les locaux des CFL pendant deux mois.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 6 2 min. 15.06.2021
Reportage

Une caverne d'Ali Baba aux CFL

A la gare de Luxembourg-Ville se trouve le bureau central des objets trouvés dans les trains du pays. Parapluies, vêtements, et autres poussettes y sont stockés, le temps d'être réclamés par leurs propriétaires... ou d'être donnés à des associations.

(m.d. avec Nora Weis) Depuis deux mois, la cadence s'est accélérée au bureau central des objets trouvés des CFL. «Pendant la pandémie, nous ne recevions que 200 articles par mois, alors que là nous sommes à 480», indique Paul De Jager à nos confrères du Luxemburger Wort. En poste à la gare de Luxembourg-Ville, ce responsable du bureau central voit passer chaque année 9.600 biens perdus.


Desk, Zug, Bahnhof, CFL, Öffentlicher Transport, TER, Streik, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
9.600 objets perdus (ou trouvés) sur les lignes CFL
C'est fou ce que les usagers du train peuvent être distraits. Heureusement, 40% réussissent à retrouver ce qu'ils ont égaré dans les wagons ou en salles d'attente.

Parapluies, casquettes, ou lunettes de soleil, égarés dans des trains, des gares ou des bus, restent sur ces étagères durant deux mois. Seuls bijoux, vélos, sacs à main et autres téléphones portables sont transmis à la police. «La plupart des personnes se manifestent dans les trois jours», précise Paul De Jager. Seuls 5% d'entre elles le feraient encore une semaine plus tard. Passés ces deux mois, les articles non réclamés sont acheminés au Spendchen, centre national de collecte et de tri géré par Caritas et la Croix-Rouge, pour être donnés à des personnes dans le besoin.

Parfois les agents des CFL font des découvertes plus «insolites», allant du chat ou du lapin jusqu'au sac à dos rempli de drogue, en passant par des enveloppes pleines d'argent. Par le passé, jusqu'à 12.000 euros ont ainsi été retrouvés et transmis aux forces de l'ordre.

«Nous avons également une responsabilité sociale», souligne Paul De Jager. Pas question pour le responsable des objets trouvés de laisser une mère et son enfant sans leur poussette, oubliée dans un wagon. «Le mieux est de contacter immédiatement les CFL, pour déterminer quel était le train concerné», explique-t-il.

Pour identifier plus facilement les propriétaires et simplifier les déclarations de perte les CFL ont adopté en juin dernier un nouveau logiciel, Nova Find. Les usagers des CFL (14,5 millions en 2020) peuvent y rechercher leur bien perdu par catégorie, en donnant quelques indications complémentaires, comme la couleur ou les signes distinctifs. Entre le 1er juin 2020 et le 30 avril 2021, 3.540 articles ont été enregistrés via ce système, et 2.475 personnes se sont manifestées pour retrouver leur bien. Et pour 40% d'entre elles les recherches ont été fructueuses.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Bien que l'entreprise publique ait vu le nombre de ses voyageurs s'effondrer en 2020, le groupe est parvenu à maintenir la tête hors de l'eau avec un chiffre d'affaires en légère progression. Tout comme le nombre de personnels, en progression de plus de 300 personnes, selon le bilan annuel publié lundi.
Lokales, Bahnhof, Hauptbahnhof, CFL, Fahrgast, Passagier, Passager, Mobilität, Zug, Train, Bahnsteig, Quai, 
Schutzmaske, masque, Covid-19, Coronavirus, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort