Changer d'édition

L'obligation scolaire prolongée jusqu'à 18 ans
Luxembourg 1 2 min. 13.09.2021
Rentrée 2021-22

L'obligation scolaire prolongée jusqu'à 18 ans

Le nombre d'élèves scolarisés âgés de plus de 16 ans dépasse les 20.400 adolescents. Et près de 1.600 quittent le système scolaire sans diplôme ou en cours de formation.
Rentrée 2021-22

L'obligation scolaire prolongée jusqu'à 18 ans

Le nombre d'élèves scolarisés âgés de plus de 16 ans dépasse les 20.400 adolescents. Et près de 1.600 quittent le système scolaire sans diplôme ou en cours de formation.
Photo : Anouk Antony
Luxembourg 1 2 min. 13.09.2021
Rentrée 2021-22

L'obligation scolaire prolongée jusqu'à 18 ans

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Si jusqu'à présent, au Luxembourg, l'enseignement était obligatoire de 4 à 16 ans, le ministre de l'Education a annoncé lundi que le temps scolaire allait être augmenté de deux ans. Cela en réaction avec un taux de décrochage, «encore trop important».

Deux jours avant élèves et professeurs, Claude Meisch a fait sa rentrée. Et déjà, parmi ses devoirs de l'année, le ministre de l'Education nationale s'est fixé une obligation : déposer un projet de loi «cet automne» permettant de repousser l'obligation scolaire de 16 à 18 ans. Une surprise annoncée ce lundi et qui se justifie, selon le responsable politique, par un seul chiffre : «Plus d'un tiers des décrocheurs actuels sont justement âgés de 16 à 18 ans. Nous ne pouvons pas laisser cette jeunesse sans opportunité d'avenir».


ARCHIV - 28.09.2020, Baden-Württemberg, Leutenbach: Schülerinnen und Schüler nehmen im Klassenzimmer einer 9. Klasse der Gemeinschaftsschule Leutenbach am Geografieunterricht mit Hilfe von Laptops und Tablets teil. (zu dpa/lnw: «Viele Lehrer in Nordrhein-Westfalen wollen in Informatik dazulernen») Foto: Marijan Murat/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Satisfecit autour du décrochage scolaire
En quatre rentrées, le nombre d'élèves abandonnant l'enseignement avant l'obtention d'un diplôme ou une qualification a diminué de 250 jeunes par an. Un résultat confirmé même lors du premier épisode covid.

Depuis quelques années, le Luxembourg a fait des progrès en la matière. D'ailleurs en mai dernier, le ministère se ''satisfaisait'' de constater un nombre d'adolescents quittant l'école sans diplôme ou formation qualifiante de plus en plus faible. De l'ordre de 1.670 cas tout de même pour l'année scolaire 2019-20. 

«Même si cela ne concerne que 7 à 8% des jeunes, c'est encore trop.» Aussi, afin d'assurer les chances pour ces adolescents de pouvoir s'intégrer dans une vie professionnelle, le ministre entend étendre la durée de leur scolarité. «Mais sans forcément aller à l'école», s'empresse-t-il d'ajouter.

Forcément, contraindre par la loi un jeune en rupture scolaire à retrouver une salle de cours ne serait que pure perte. «Il faut lui tendre une autre main.» Et ce secours pourrait bien être ce qui se fait déjà via les centres d'insertion socioprofessionnelle existants. Le plus souvent, il s'agit de proposition de formation et d'encadrement portée par des asbl. Un cadre plus souple que le milieu purement scolaire, «mais qui reste en lien avec l'école via le suivi du psychologue ou des enseignants si besoin». 

A l'avenir, le ministère compte donc s'appuyer sur ces «lieux d'éducation alternatifs» pour mener les décrocheurs vers une formation professionnelle diplômante ou un emploi. La formule ouverte aux adolescents comme aux jeunes adultes serait à l'avenir accessible sur demande de l'intéressé lui-même ou après une orientation par un service telles l'Adem, l'Agence de transition vers la vie active ou les antennes locales de l'ALJ.

«La durée de séjour des jeunes dans un de ces centres serait, en principe, d'une année», a laissé entrevoir le ministre. Sachant que les détails resteraient à peaufiner par les députés avant l'adoption du texte. Actuellement, les élèves des classes du régime professionnel (sur la voie du DAP) sont les décrocheurs les plus nombreux, toutes années confondues.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Avec, en moyenne, moins de 10 écoliers par enseignant en fondamental, le Luxembourg est au premier rang des pays aux classes les moins surchargées en début de scolarité. Bien mieux noté que Belgique, Allemagne, Portugal ou, bonnet d'âne, la France.
ARCHIV - 31.08.2015, Sachsen-Anhalt, Haldensleben: Schüler treffen an der Otto Boye Grundschule ein. (Zu dpa «Schulbeginn in Sachsen-Anhalt - Polizei verschärft Verkehrskontrollen») Foto: Jens Wolf/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'Education nationale entend faire un emploi plus intensif des tests de dépistage rapide. Et c'est encore le modèle avec prélèvement nasal qui sera proposé pour ces premières semaines de cours.
ARCHIV - 19.04.2021, Nordrhein-Westfalen, Köln: Eine Schülerin macht vor Unterrichtsbeginn in der Katharina Henoth-Gesamtschule einen Corona-Antigen-Schnelltest. Köln plant einen Modellversuch, bei dem nur noch positiv getestete Schüler in Quarantäne sollen.          (zu dpa «Modellversuch in Köln geplant: Quarantäne nur für infizierte Schüler») Foto: Marius Becker/dpa - ACHTUNG: Name auf Formular gepixelt +++ dpa-Bildfunk +++
A cause du virus, les filles et garçons issus des classes sociales les plus basses ont davantage été confrontés au décrochage scolaire et parfois aux violences conjugales, selon Marie-Josée Jacobs. La présidente de Caritas appelle à la mise en place d'«un réel accompagnement psychologique».
En quatre rentrées, le nombre d'élèves abandonnant l'enseignement avant l'obtention d'un diplôme ou une qualification a diminué de 250 jeunes par an. Un résultat confirmé même lors du premier épisode covid.
ARCHIV - 28.09.2020, Baden-Württemberg, Leutenbach: Schülerinnen und Schüler nehmen im Klassenzimmer einer 9. Klasse der Gemeinschaftsschule Leutenbach am Geografieunterricht mit Hilfe von Laptops und Tablets teil. (zu dpa/lnw: «Viele Lehrer in Nordrhein-Westfalen wollen in Informatik dazulernen») Foto: Marijan Murat/dpa +++ dpa-Bildfunk +++