Changer d'édition

Rentrée 2016/2017: «Vie et société»: ce qui change pour les professeurs de religion
Luxembourg 2 min. 07.07.2016 Cet article est archivé

Rentrée 2016/2017: «Vie et société»: ce qui change pour les professeurs de religion

Pour devenir professeur de "Vie et société", il faudra dorénavant être diplômé à l'université en sciences humaines ou sociales.

Rentrée 2016/2017: «Vie et société»: ce qui change pour les professeurs de religion

Pour devenir professeur de "Vie et société", il faudra dorénavant être diplômé à l'université en sciences humaines ou sociales.
Shutterstock
Luxembourg 2 min. 07.07.2016 Cet article est archivé

Rentrée 2016/2017: «Vie et société»: ce qui change pour les professeurs de religion

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
Le nouveau cours «Vie et société» remplacera l'instruction religieuse et la formation morale et sociale à partir de septembre dans les classes du secondaire. Pour devenir professeur, il faudra dorénavant être diplômé à l'université en sciences humaines ou sociales.

Par Virginie Orlandi

Le nouveau cours "Vie et société" remplacera l'instruction religieuse et la formation morale et sociale à partir de septembre dans les classes du secondaire. Pour devenir professeur, il faudra dorénavant être diplômé à l'université en sciences humaines ou sociales.

Les actuels professeurs de religion suivent une formation et reprendront ces cours à la rentrée.

"Ce cours concerne la conception du monde et le fait religieux», rappelle Tammy Muller du ministère, «il est demandé aux professeurs de respecter la plus grande neutralité ".

Les professeurs en question sont ceux qui enseignent déjà au secondaire et qui vont suivre la formation leur permettant de passer de l'instruction religieuse au cours de  "Vie et société". Le recrutement d'enseignants pour cette branche se fera ensuite différemment: les postulants devront être détenteurs d'un grade de bachelor et/ou de master en lien avec la philosophie, les  sciences politiques, la théologie ou les sciences sociales.

"Il s'agit d'une formation d'initiation qui porte sur les objectifs, les contenus et les principes méthodologiques et didactiques du nouveau cours", reprend Tammy Muller, "la formation est organisée par l'Institut de formation de l'Éducation nationale (IFEN) et porte sur seize heures".

Une première session a lieu actuellement. Elle est suivie par 233 enseignants. Une deuxième session est organisée à partir de septembre et 120 personnes s'y sont déjà inscrites.

"Chaque session de formation comprend un module thématique au choix durant lequel  les enseignants sont amenés à préparer et à présenter une leçon", explique Tammy Muller, "mais l'IFEN proposera des formations continues tout au long de l'année scolaire".

Rentrée 2017 pour l'école fondamentale

Le cours de "Vie et société" sera introduit à l'école fondamentale à partir de septembre 2017.

Les professeurs de religion du primaire ne sont pas des membres de l'équipe de l' Éducation nationale mais sont actuellement employés par l'archevêché. Ils se divisent en deux catégories et concernent 140 personnes.

Une centaine de personnes va intégrer la réserve des suppléants. Ces professeurs ont un niveau de qualification minimal requis pour intervenir dans l'enseignement fondamental et vont recevoir une formation théorique et pratique en cours de 120 heures.

En termes de carrière et de rémunération, elles seront classées dans la carrière du chargé de cours de l'enseignement fondamental et l'ancienneté sera prise en compte en fonction des années de service.

De l'autre côté, une quarantaine de personnes sont moins qualifiées et auront le titre de réserve des auxiliaires éducatifs. Une fonction qui vient d'être créée.

Ces professeurs pourront choisir des postes dans l'enseignement fondamental, l'Éducation différenciée, un lycée, auprès du Service national de la jeunesse ou dans les Maisons d'enfants de l'État.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Plus de 6.000 inscrits aux cours de rattrapage
L'initiative du ministère de l'Education nationale de proposer aux élèves une révision générale à quelques jours de la rentrée a trouvé son public. Reste à savoir qui fera face aux classes et sous quelles modalités sanitaires.
Lokales, Schoulrentrée Ribeschpont Besuch Claude Meisch, Maske, Maskenpflicht, Schule, Covid-19, Corona, Grundschule, Fondamental, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
La Belgique manquera d'enseignants à la rentrée
C'est surtout du côté des instituteurs que le pays peine à recruter. Mais il manque également nombre de professeurs de langues, français et sciences pour assurer les cours. Au Grand-Duché, le recrutement des enseignants a été élargi pour éviter ce genre de situation.
Le Luxembourg a fait le choix d'élargir les modalités de recrutement pour étoffer ses effectifs d'enseignants.