Changer d'édition

Rendez-vous à Dudelange pour les «acheteurs en vrac»
Luxembourg 1 2 min. 12.03.2020 Cet article est archivé

Rendez-vous à Dudelange pour les «acheteurs en vrac»

Joshua Streitz, le gérant de Ouni, a fait ses premières armes dans des magasins en Allemagne.

Rendez-vous à Dudelange pour les «acheteurs en vrac»

Joshua Streitz, le gérant de Ouni, a fait ses premières armes dans des magasins en Allemagne.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 1 2 min. 12.03.2020 Cet article est archivé

Rendez-vous à Dudelange pour les «acheteurs en vrac»

Trois ans après l'ouverture d'une première épicerie à Luxembourg, Ouni ouvre ses portes ce samedi dans la Forge du Sud. Et toujours avec le même credo: du bio et sans emballage.

(DH avec AH) - Les peintures sont encore fraîches au 11-16 rue de la Libération à Dudelange, mais l'attente des consommateurs va prendre fin. C'est en effet ce samedi que le deuxième magasin Ouni accueille ses premiers clients. Un réel motif de satisfaction pour l'équipe autour de Joshua Streitz, le nouveau gérant arrivé au mois de janvier. 

En effet, le concept de l'épicerie qui prône les produits locaux, 100% bio et sans emballage a rapidement trouvé son public. C'est ainsi que le magasin ouvert dans le quartier de la gare à Luxembourg, il y a trois ans, connaît aujourd'hui une déclinaison dans la Forge du Sud. Et si la troisième ville du pays a été choisie pour accueillir le deuxième magasin de la coopérative, ce n'est pas le fruit du hasard. 

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

«Nous avons préféré Dudelange plutôt que Wiltz, Ettelbruck ou Diekirch, qui désiraient aussi notre installation, car nous avions la communauté de membres suffisante pour assurer une partie de la logistique», avait indiqué Anne-Claire Delval, en charge des relations presse. En l'espèce, c'est en grande partie l'association Transitioun Diddeleng qui a fait office de terreau favorable à la naissance d'un deuxième magasin Ouni. «Depuis le mois de décembre, et aidés par de nombreux bénévoles, nous avons rénové les locaux et construit des étagères en bois recyclé et en palettes. Les murs et les fenêtres ont également été décorés», explique Myriam Schütz, une responsable de l'association.

A ce jour, une cinquantaine de bénévoles se sont inscrits pour être formés et apporter leur aide dans le magasin. Côté finances, ce sont quelque 165.000 euros qui ont été collectés et qui servent de capital pour le démarrage de l'activité. L'épicerie bio et sans emballage sera ouverte les lundis, mardis et mercredis de 11 h à 20 h. Les jeudis, vendredis et samedis de 8h30 à 20h. Quant à l'inauguration officielle, elle sera organisée à la fin mars.


Sur le même sujet

«Ouni reste d'abord un lieu de vie et de rencontres»
Forte d'un succès fulgurant dans le quartier de la Gare, à Luxembourg-Ville, et d'un chiffre d’affaires «hallucinant» de 750.000 euros, la coopérative bio et sans emballage s’apprête à ouvrir une deuxième épicerie à Dudelange. Mais toujours avec le même esprit et le sourire aux lèvres.
Lokales, OUNI, Gespräch mit Dan Biancalana, Myriam Schütz,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Ouni s'installera à Dudelange «courant 2020»
Le concept des achats 100% bio, locaux et sans emballage, cartonne et va s'étendre au Luxembourg. La coopérative a réussi son pari de levée de fonds et annonce qu'elle ouvrira un second magasin dans la quatrième ville du pays l'an prochain.
Le gaspillage alimentaire, tous concernés
124 kilos de nourriture sont jetés par an et par personne au Luxembourg alors que près de la moitié de ces déchets pourraient être évités. Pour limiter le phénomène, les consommateurs peuvent déjà compter sur les mesures mises en place.
«Ouni» cartonne et poursuit son expansion
Face à une demande toujours plus croissante, l'épicerie bio «sans emballage», qui a ouvert ses portes fin 2016 dans la capitale, va ouvrir une seconde structure du côté de Dudelange.
Ouni Buttek,Einkaufen ohne Verpackung.Foto:Gerry Huberty
Objectif «zéro déchet»
Alors que la chasse au plastique prend de l'ampleur dans le monde, le Luxembourg lance ce lundi une nouvelle stratégie. La ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg, invite ainsi la population à proposer ses idées, concrètes, pour lutter contre ce fléau.