Changer d'édition

Renault Twingo Electric
Luxembourg 3 min. 05.01.2021 Cet article est archivé

Renault Twingo Electric

RENAULT TWINGO III ELECTRIC (B07 ZE) - PHASE 2

Renault Twingo Electric

RENAULT TWINGO III ELECTRIC (B07 ZE) - PHASE 2
Luxembourg 3 min. 05.01.2021 Cet article est archivé

Renault Twingo Electric

Nous avons tous un jour pensé de quelque chose « Mais pourquoi ça n'a pas existé plus tôt ? ». Après une petite journée passée au volant de la Twingo Electric, c'est exactement ce que nous nous sommes dits.

La voici donc lancée, la Twingo Electric, à l'occasion du rafraichissement du modèle présent sur nos routes depuis déjà 5 ans. A quoi la reconnaît-on ? A sa sœur thermique… à part quelques touches de bleu (la couleur « électrique » du constructeur) sur la carrosserie comme dans l'habitacle, et, bien sûr, un tableau de bord adapté qui indique par exemple quand on consomme de l'électricité et quand on en récupère. Les batteries étant logées sous les sièges avant et le moteur électrique prenant la place du moteur classique à l'arrière sous le plancher de coffre, il n’y a aucune différence non plus en matière d'habitabilité. Et c'est tant mieux, car dans ce domaine, l'actuelle Twingo n'a hélas pas la générosité proverbiale de ses devancières. Mais en même temps, l'intérieur est toujours aussi coloré, souriant et finalement très agréable à vivre. Finalement, le seul défaut de la version électrique par rapport aux autres Twingo, ce sont les câbles de chargement qui prennent de la place dans un coffre déjà étriqué (188 litres), puisque Renault n'a pas cherché à aménager ne serait-ce qu'une boîte pour les ranger sous le capot avant.

Vive et efficace

La Twingo Electric reçoit un moteur de 82 ch et 160 Nm alimenté par des batteries de 22 kWh. Celles-ci promettent une autonomie moyenne de 190 km, voire 225 km en mode Eco, et même 270 km en conduite strictement urbaine. Si ces chiffres ne sont pas assez « spectaculaires » pour vaincre les réticences de certains, soyez sûrs qu'ils sont bien suffisants pour la vraie vie, d'autant qu'ils sont très réalistes. Car il se trouve qu'avec sa petite taille et son couple disponible immédiatement, la Twingo Electric est une boule de fun. D’ailleurs nous n'avons pas résisté à l'envie de  cravacher sur les petites routes campagnardes durant la moitié de notre essai : une conduite engagée qui ne va évidemment pas dans le sens de l'autonomie maximale. Et pourtant… après cette moitié de parcours à la baguette et une autre moitié plus posée, plus anticipative, nous avons atteint une autonomie réelle de 180 km. Par conséquent, nous en sommes sûrs : en conduisant tout le temps « normalement », sans même engager le mode Eco qui bride légèrement les accélérations, on les a, les 190 km promis. Et probablement plus.

Un EV qui a vraiment du sens

Un autre chiffre à retenir : 11,7 kWh/100 km. C'est la conso moyenne de la Twingo Electric, alors que la plupart des SUV électriques tellement à la mode oscillent entre 25 et 30 kWh/100 km, pompant autant d'électricité qu'un ménage belge… en une journée. Si le but de l'électrification de l'automobile est bien de réduire la consommation d'énergie et les émissions de CO2, quelle catégorie de voitures électriques a vraiment du sens d'après vous ?

Conclusion

Sachant enfin qu'elle démarre à moins de 20.000€ (une première sur le marché de l'électrique), cette Renault Twingo a tout le potentiel pour être votre première expérience en électromobilité. Car remplacer la seconde voiture du ménage, ça fait moins « grand saut dans l'inconnu » que remplacer la voiture principale. 

Bornes de recharge : y a plus qu'à !

L'essai de cette remarquable voiture électrique est l'occasion de taper une fois de plus sur le clou. Car ce qui précède nous montre que la voiture électrique idéale est une citadine, et cela vaut pour d'autres que la Twingo. Petite par définition, une citadine électrique consomme peu d'énergie et sa présence en ville est tout bénéfice pour le confort de tous, tant sonore qu'olfactif ou sanitaire. Sauf que… les citadins qui pourraient adopter la voiture électrique ont souvent un problème majeur : pas de garage où recharger. A défaut de cela, des bornes omniprésentes feraient l'affaire.


Sur le même sujet

S’il y a un membre du gouvernement qui « polarise », c’est bien Claude Turmes. En fait, c’est simple : on l’apprécie vraiment… ou pas du tout. D’aucuns vont jusqu’à le qualifier d’écolo « extrémiste ». Critique qu’il balaie d’un revers de la main en rappelant à qui veut l’entendre les ravages liés au changement climatique. Il aime aller contre vents et marées, ne serait-ce parce que ces deux énergies-là vont l’aider à réussir la transition énergétique dans laquelle il a engagé le Grand-Duché.
Télécran, Claude Thurmes, Minister für Energie und Raumentwicklung, Foto: Guy Wolff/ Télécran
Disparue des radars depuis la faillite survenue en 2005, la légendaire marque britannique est de retour sous pavillon chinois. Adieu les petits roadsters, bonjour le SUV compact et 100% électrique.