Changer d'édition

«Réformer la tutelle des handicapés reste une priorité»
Luxembourg 3 min. 15.01.2020 Cet article est archivé

«Réformer la tutelle des handicapés reste une priorité»

Olivier Grüneisen, le directeur de Info-Handicap, l'accessibilité aux  bâtiments publics et l'accès au marché de l'emploi représentent des priorités.

«Réformer la tutelle des handicapés reste une priorité»

Olivier Grüneisen, le directeur de Info-Handicap, l'accessibilité aux bâtiments publics et l'accès au marché de l'emploi représentent des priorités.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 3 min. 15.01.2020 Cet article est archivé

«Réformer la tutelle des handicapés reste une priorité»

Alors que Corinne Cahen, la ministre de la Famille, présente ce mercredi les mesures que le gouvernement s'est engagé à prendre en vue d'améliorer la situation des personnes handicapées, la réforme de la loi sur les régimes de protection apparaît comme l'urgence d'Olivier Grüneisen, le directeur d’Info-Handicap.

(DH) - Corinne Cahen (DP), la ministre de la Famille, de l'Intégration et de la Grande Région présente, ce mercredi, les mesures que le Luxembourg s'est engagé à prendre au cours de la période 2019- 2024 en vue d'améliorer la situation des personnes handicapées. Avant de découvrir les contours du nouveau projet, Olivier Grüneisen, le directeur d'Info-Handicap, dresse un bilan mitigé de l'action entreprise par le gouvernement depuis 2012.

«Le gouvernement a travaillé au niveau de l'accessibilité, ou encore au niveau du langage des signes, par contre certaines choses inscrites pour la période 2012-2017 n'ont jamais été mises en place. C'est notamment le cas de la loi concernant les tutelles et curatelles», souligne le porte-parole de 60 associations représentant environ 15% de la population.

Selon lui, la loi qui date de 1982 est aujourd'hui «obsolète» et devrait être «réformée». Et le président d'Info-Handicap de prendre l'exemple des personnes avec un handicap cognitif qui les empêche de gérer un budget, «mais le problème est que ces personnes n'ont pas le droit de se marier, ni de voter. C'est une incohérence.»

Un difficile accès au marché du travail

En termes d'incohérence, et alors que le gouvernement en avait fait une de ses priorités, il a fallu un mouvement de grogne pour que la gratuité des transports pour les personnes à mobilité réduite soit confirmée au mois de novembre. Autre sujet d'inquiétude pour les associations, l'accessibilité aux bâtiments publics «reste encore problématique». 


Le projet de loi prévoit des mesures qui pourraient profiter aux utilisateurs de fauteuils roulants ainsi qu'aux personnes ayant d'autres handicaps et aux personnes sans déficience.
Des bâtiments publics accessibles à tous d'ici 2029
Chaque bâtiment devrait être accessible pour tous d'ici 2029, notamment pour les personnes à mobilité réduite ou encore les malvoyants. Pour ce faire, le ministère de la Famille a préparé un nouveau projet de loi.

D'autre part,  selon le droit luxembourgeois, les entreprises sont tenues d'embaucher un certain nombre de salariés handicapés, défini en fonction du type d'entreprise et de la taille de l'entreprise. Pour autant l'accès au marché de l'emploi «reste difficile». «Le secteur public se donne du mal, mais le privé est à la traîne.» La loi a pourtant prévu des quotas et des sanctions équivalentes à 50% du salaire social minimum mensuel pour chaque salarié handicapé aussi longtemps que dure le refus.

Malgré les aides de l'Etat, et si les chiffres sont en recul par rapport à 2018, le Luxembourg comptait 3.385 demandeurs d'emploi handicapés au 1er janvier 2019, soit près d'un quart (22,3%) des inscrits à l'Adem. Pour rappel, un salarié handicapé est une personne bénéficiaire du statut qui présente une diminution de sa capacité de travail d'au moins 30% et qui est reconnue apte à exercer un emploi salarié sur le marché du travail ordinaire ou dans un atelier protégé. 

Manque de communication

Autre cheval de bataille des associations, le nombre de jours de congé attribués aux aidants. A ce propos, un congé destiné aux aidants, d'une durée de cinq jours par an, a été voté au niveau européen en janvier 2019. Toujours dans le cadre de la santé, «des formations spécialisées à l'adresse des infirmiers et infirmières est aussi nécessaire.»  

Toutefois, si le directeur d'Info-Handicap délivre quelques bons points, notamment en ce qui concerne le domaine participatif des séances de travail, il regrette que «seul le ministère de la Famille a présenté des propositions qui était de son ressort. Ce qui fait qu'on ne sait pas ce qu'il y a dans le plan 2019-2024.»

C'est à la Chambre, ce matin, puis en conférence de presse, l'après-midi, que  Corinne Cahen lèvera le voile.


Sur le même sujet

Mieux inclure les handicapés dans la société
29 priorités, 55 objectifs et 97 actions concrètes en direction des 15% de la population atteinte d'un handicap. Corinne Cahen, la ministre de la Famille a présenté les mesures que le Luxembourg s’est engagé à prendre au cours de la période 2019- 2024.
Le système Adapto gratuit mais au cas par cas
La gratuité du transport pour les personnes à mobilité réduite a été confirmée ce jeudi matin à la Chambre. Des aménagements du service de bus à la demande sont aussi prévus afin d'éviter les abus.
24.04.09 Illustration Novabus.Foto:Gerry Huberty