Changer d'édition

Réforme du lycée : "L'école est bonne, mais pas pour tous les élèves"
Luxembourg 2 min. 05.07.2017 Cet article est archivé

Réforme du lycée : "L'école est bonne, mais pas pour tous les élèves"

 Présentée ce mercredi matin par le gouvernement, la réforme du lycée suscite certaines critiques du côté de l'opposition.

Réforme du lycée : "L'école est bonne, mais pas pour tous les élèves"

Présentée ce mercredi matin par le gouvernement, la réforme du lycée suscite certaines critiques du côté de l'opposition.
Serge Waldbillig
Luxembourg 2 min. 05.07.2017 Cet article est archivé

Réforme du lycée : "L'école est bonne, mais pas pour tous les élèves"

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
Présentée ce mercredi matin par le gouvernement, la réforme du lycée suscite certaines critiques du côté de l'opposition. Passage en revue des mesures que Claude Meisch entend adopter pour 2017/18 et réactions du CSV qui juge la réforme "peu courageuse".

(VO) - Présentée ce mercredi matin par le gouvernement, la réforme du lycée suscite certaines critiques du côté de l'opposition. Passage en revue des mesures que Claude Meisch entend adopter pour 2017/18 et réactions du CSV qui juge la réforme "peu courageuse".

Le ministre de l'Education nationale l'a déclaré d'emblée: "L'école luxembourgeoise est bonne, mais elle n'est pas bonne pour tous les élèves". Pour Claude Meisch, le redoublement et l'échec scolaire sont "bien trop présents dans le système secondaire" et il explique le phénomène par l'hétérogénéité des élèves qui composent ses rangs. Horizons culturels et sociaux différents, langues maternelles diverses, compétences personnelles variées: la réforme devrait permettre à ce pays cosmopolite de trouver une voie de réussite pour sa jeunesse.

Le gouvernement prévoit pour la rentrée prochaine la mise en place de mesures répondant aux 12 défis que plusieurs mois de réflexion et de concertation avec les acteurs du terrain, ont permis de mettre en lumière. Fondée sur ce que Mady Delvaux-Stehres avait mis en place lors de son mandat, la réforme du lycée de Claude Meisch entend aller bien plus loin.

De la liberté pour les lycées

Les établissements scolaires du secondaire vont bénéficier d'une plus grande autonomie pédagogique et financière. Le but étant de permettre à chaque lycée de "cadrer davantage son action" en fonction de ses élèves et de leurs besoins.

Le manque de cadre, c'est justement ce que le CSV reproche au gouvernement. La députée, Martine Hansen, a déclaré ce mercredi matin, que "cette réforme manquait de courage" et surtout d'un cadre: "le ministère de l'Education nationale se doit d'être présent aux côtés des établissements".

Le gouvernement ne voit là, aucune démission mais plutôt la volonté de donner aux lycées la mesure "d'une plus grande autonomie pour une meilleure qualité".

Multiplier les voies de réussite

"Notre système scolaire est comme un restaurant au menu unique", s'amuse Claude Meisch. "Sur la carte: schnitzel et frites! Pas de poisson, pas de riz, pas de légumes. comment font les végétariens?"

La métaphore filée, le ministre de l'Education annonce que le nombre de parcours de formations diplômantes va être augmenté de sorte à permettre à chaque profil linguistique de trouver sa voie.

L'offre scolaire internationale va être renforcée et les sections francophone et anglophone, déjà présentes à Differdange, vont être étendues à Esch-sur-Alzette où une nouvelle section germanophone va voir le jour. Le lycée Michel Lucius proposera dès septembre, des classes internationales.

Du côté du CSV, on estime que les niveaux de langues sont trop disparates et manquent de cohérence.

Le gouvernement a réfléchi à une autre approche, celle par compétences correspondant aux aspirations de leurs élèves. Trois pôles sont en train de se mettre en place: les lycées axés sur l'apprentissage des technologies et des sciences, les "entrepreneurials schools" et les lycées qui s'engageront dans le développement durable.

D'après Claude Wiseler, "le programme des élections n'est pas encore défini". Cependant, la réforme scolaire devrait y avoir toute sa place.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Seuls trois lycées n'imposent pas le masque
Laissé au libre choix de chaque établissement, le port d'une protection buccale a conquis la très grande majorité du secondaire. L'information a été donnée, mercredi, par le ministre de l'Education.
STAMFORD, CONNECTICUT - NOVEMBER 19: Third grade teacher Cara Denison speaks to students while live streaming her class via Google Meet at Rogers International School on November 19, 2020 in Stamford, Connecticut. Due to the coronavirus pandemic, most children in Stamford Public Schools attend alternate days of distance learning and in-class participation as part of the school district's hybrid education model. A smaller percentage of students distance learn full-time at home due to families' Covid-19 concerns.   John Moore/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Cinq détails sur la rentrée qui ont pu vous échapper
La reprise des cours, le 15 septembre, ne sera pas seulement exceptionnelle du fait des aménagements liés au covid, elle le sera aussi par le nombre record d'élèves accueillis: 91.048 jeunes attendus. Mais ce n'est pas tout...
(FILES) In this file photo taken on September 4, 2017 Pupils arrive at a primary school on the first day of the new school year, in La Rochelle, western France. - French President Emmanuel Macron said during a televised speech on June 14, 2020 that all French schools, except high schools, would fully reopen from June 22, a move that will allow more parents to return to work and give students at least a few days with their teachers before the summer break. (Photo by XAVIER LEOTY / AFP)
Surtout bien prendre soin des lycéens
Au-delà des questions scolaires, le ministère de l'Education estime qu'il va falloir porter une attention toute particulière au comportement des 42.700 jeunes qui s'apprêtent à faire leur rentrée en lycée public.
Lokales, Lycée Josy Barthel, Mamer Lycéee, Lizeum, Ferien, Sommerferien, Schulende  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
L'école buissonnière forcée continue
Clos depuis le 16 mars dernier, les établissements scolaires n'ouvriront à nouveau leurs portes que début mai. Le gouvernement a en effet annoncé mercredi la prolongation de la durée de suspension pour deux semaines supplémentaires.
Rentrée scolaire: le ministre fait le point: Un enseignement «multilingue, différencié et centré sur l'enfant»
Plus d'autonomie pour les écoles, un lycée MINT dédié aux sciences, un Centre pour le développement scolaire,... le ministère de l'Education nationale déborde de projets de réforme. Juste avant la rentrée de 135.900 élèves, Claude Meisch, fait le point et réaffirme sa politique éducative axée sur le multilinguisme, une prise en charge différenciée et centrée sur l'élève.
Claude Meisch lors de la conference de presse au Lyc�e de gar�ons a LuxembourG, le 14 Septembre 2015. Photo: Chris Karaba