Changer d'édition

Réforme du collège, refonte des programmes, EMC: Comment le lycée Vauban voit sa rentrée
Luxembourg 6 min. 06.09.2015 Cet article est archivé

Réforme du collège, refonte des programmes, EMC: Comment le lycée Vauban voit sa rentrée

Michel Hiebel est proviseur du lycée Vauban depuis 2013. D'originie alsacienne, il était avant ce poste proviseur en Haute-Savoie.

Réforme du collège, refonte des programmes, EMC: Comment le lycée Vauban voit sa rentrée

Michel Hiebel est proviseur du lycée Vauban depuis 2013. D'originie alsacienne, il était avant ce poste proviseur en Haute-Savoie.
Anouk Antony
Luxembourg 6 min. 06.09.2015 Cet article est archivé

Réforme du collège, refonte des programmes, EMC: Comment le lycée Vauban voit sa rentrée

Michel Hiebel, proviseur du lycée Vauban, fait le point pour wort.lu/FR sur la rentrée 2015 ainsi que sur les sujets qui agitent le monde de l'éducation en France: la réforme du collège, la refonte des programmes et le nouvel «enseignement moral et civique».

Par Virginie Orlandi

Les lycéens francophones vont reprendre le chemin de l'école dans quelques jours et poursuivre leur cursus scolaire au sein d'un des établissements du pays dévolu à la langue française: le lycée Vauban. Son proviseur, Michel Hiebel, fait le point pour wort.lu/FR sur la rentrée 2015 et sur les sujets qui agitent le monde de l'éducation en France: la réforme du collège, la refonte des programmes et le nouvel «enseignement moral et civique».

Dans quelle mesure le lycée Vauban suit-il les recommandations du ministère de l'Education nationale français pour cette nouvelle année scolaire?

Le lycée Vauban est homologué par l'Education nationale, il a une mission de service public mais n'est en aucun cas un service public. Il nous est donc demandé de suivre les directives et nous le faisons mais a minima.

Cela veut-il dire que le lycée Vauban est peu concerné par la prochaine réforme du collège ainsi que par l'«enseignement moral et civique» obligatoire dès cette rentrée?

Nous sommes concernés par cette réforme ainsi que par la refonte des programmes puisque nous suivons les programmes de l'Education nationale et nos élèves passent des diplômes français. Cependant, en tant qu'établissement faisant partie de l'AEFE (Agence pour l'enseignement français à l'étranger), nous adaptons ce programme à nos élèves et à sa philosophie d'enseignement. Nous avons ici des moyens en termes de ressources humaines et de finance qu'un lycée en métropole n'a pas.

Vous voulez parler des classes bilangues?

Cela fait des années que les élèves de Vauban débutent leur cursus scolaire avec deux langues vivantes dès la 6e et qu'ils passent le Baccalauréat avec au minimum 3 langues à l'examen! Ici, la problématique des classes bilangues ne se pose pas car nous évoluons dans un univers cosmopolite.

Qu'en est-il du latin et du grec, ces langues mortes susceptibles, elles aussi, de disparaître des grilles de programme de l'Education nationale?

Nous n'enseignons pas le grec ici, mais le lycée Vauban a de nombreux latinistes puisqu'un tiers de nos élèves suit des cours de latin. Je ne peux donc pas imaginer supprimer le latin du cursus.

Le lycée va-t-il mettre en place l'«enseignement moral et civique» comme préconisé par Najat Vallaud-Belkacem?

Ce cours n'est pas une nouveauté pour nous puisque nous l'avions déjà mis en place par la force des choses. Le lycée compte 34 nationalités et les questions de valeurs morales et civiques, le devoir de mémoire ou l'engagement sont des notions que nous abordons depuis longtemps avec nos élèves.

Le lycée Vauban semble être un laboratoire d'expériences susceptible d'inspirer la métropole.

Et c'est ce que nous sommes comme tous les lycées membres de l'AEFE qui testent beaucoup de choses avant que la métropole ne les intègre. Par exemple, la dématérialisation des copies a déjà cours dans les lycées à l'étranger: plus aucune copie ne transite par voie postale, tout est informatisé. Cette avancée va arriver en France très prochainement mais a été d'abord testée au sein de l'AEFE.

C'est votre troisième rentrée scolaire au lycée Vauban, quelle est selon vous la force de cet établissement?

Nous avons un système d'orientation très performant mené par une équipe spécialement dévolue à la tâche et formée aux filières internationales. De plus, nous avons misé ces dernières années, sur la diversification des filières à travers, surtout, la section internationale qui va de la 6e à la Terminale et qui permet aux élèves de se présenter bien préparés dans les écoles et universités du monde entier.

C'est la première année que cette filière est accessible dès la 6e?

Oui, et c'est un véritable succès. Les effectifs sont au complet bien que la filière demande beaucoup de travail de la part des élèves qui ont plus d'heures de cours. Nous avons d'ailleurs noté une augmentation du nombre de nos élèves cette année. Le lycée comptera à la rentrée 1.270 élèves, une augmentation de 10% par rapport à l'année dernière.

Il est temps de déménager à Gasperich?

Nous avons encore de la place et ne limitons pas l'accès au lycée pour autant: tous les élèves sont acceptés même en cours d'année à condition, bien entendu, qu'ils soient francophones! Cependant, le déménagement prévu pour 2017-2018 est le bienvenu.

Le lycée compte-il de plus en plus d'élèves?

Depuis 5 ans, on constate une augmentation de 6% des élèves d'année en année. Cette année, avec 10%, nous sommes encore au-delà de la demande habituelle. Nous avons également recruté 11 nouveaux professeurs en Lettres, SVT, Luxembourgeois, Mathématiques et Histoire Géographie car nous avons dû créer de nouvelles classes.

Ces nouveaux élèves sont-ils tous des primo arrivants?

Non, nous accueillons également d'anciens élèves de l'ISL, Sainte Sophie, de l'Ecole européenne et du système public luxembourgeois.

Le lycée a-t-il une philosophie particulière?

Nous pratiquons la culture de l'excellence. Cependant, elle est adaptée à chacun et a pour but de conduire chaque élève au plus haut de son potentiel.

Le lycée Vauban en quelques chiffres:


1270 élèves pour 115 professeurs. Au collège, on compte 761 élèves et au lycée, 509 élèves. En moyenne, les classes comptent un effectif de 24 élèves. Le lycée accueille cette année 120 nouveaux élèves et a recruté 11 professeurs. On compte 34 nationalités différentes parmi les élèves et le lycée est l'un des 494 établissements français du réseau AEFE (Agence pour l'enseignement français à l'étranger) présents dans 136 pays dans le monde. Ce réseau est le premier réseau d'éducation au monde.




Sur le même sujet

Au Ban de Gasperich: «Ouf !», la construction du campus francophone est lancée
L'Ecole et lycée français du Luxembourg, le futur campus francophone qui pourra accueillir 2.300 élèves et doit ouvrir en septembre 2017, devient réalité. Le Premier ministre, Xavier Bettel, a parlé d'«un projet qui répond à la modernisation de l'Etat au Luxembourg» avant de donner le premier coup de pelle, lundi au Ban de Gasperich.
Entouré de Lydie Polfer (bourgmestre de Luxembourg) à sa droite, et de Claude Meisch (ministre de l'Education nationale) à sa gauche), le Premier ministre, Xavier Bettel -ancien bourgmestre de Luxembourg-ville- a rappelé que "la communauté française est la première communauté représentée aujourd'hui à Luxembourg".